Je ne suis pas intéressante, je n’ai pas d’enfant.

Aujourd’hui, je vais te parler d’un problème de société. Oui, disons que cela est un problème. Tout dépend pour qui.

Quel est le sujet très largement abordé sur les blogs ? Sur les réseaux sociaux ? En réunion de famille ? Avec les gens en règle générale ?

Les enfants.
Oui, les bambins font parler, font rêver (ou pas). Ils ont la suprématie des mots – et des maux parfois – de leurs parents, de leurs photos aussi. On discute anniversaire, premier pipi dans le pot, boutons de varicelle, quenottes, premiers pas, cheveux bouclés, et toutes ces choses qui font que cet enfant est le plus beau de l’univers tout entier. Et qu’il est le tout.

Les « sans-enfants ».
Mais qui sont ces bêtes étranges qui sont à contre-courant du monde ?
Bon, déjà, il faut distinguer les personnes qui ne peuvent pas avoir d’enfant, et ceux qui n’en veulent pas. Et ça, c’est pas simple, parce que ce n’est pas tamponné sur leur front. Il vaut mieux donc être prudent quand on s’aventure sur ce terrain. Par exemple, au tout début que l’on a emménagé dans notre maison, une des premières choses que le facteur m’a demandé, c’était s’il on avait des enfants. On ne se connaissait ni d’Eve ni d’Adam. ça faisait quoi, deux fois que l’on se voyait. Et bam, LA question était posée. Déjà. Comme si tout passait par là. Comme s’il fallait répondre oui. Biensûr, comme tout le monde.
Combien de fois on t’a posé la question à toi ? T’as compté ? Moi non, mais franchement, à chaque fois que je rencontre de nouvelles personnes, ça fait partie des toutes premières questions que l’on me pose. Et c’est vraiment le cas quand tu passes la trentaine. Là, tu as carrément une grosse horloge hormono-biologique au dessus de la tronche.
Alors je me demande un truc. Est-ce que le fait de dire non pose un soucis pour la société ? Est-ce que ma personnalité est définie en fonction de cet état familial ? Est-ce que je reste intéressante même si je réponds non à cette sempiternelle question ? Est-ce que je dois me fabriquer un badge avec comme indication préventive « Bonjour, moi c’est Delphine, je n’élève pas d’enfant. Mais je fais pleins d’autres choses dans la vie sinon ».
Pour en revenir à mon facteur, j’ai dû lui répondre non, pour ne pas rentrer dans des détails qui allaient encore me mettre sans dessus dessous (cliques ici pour savoir pourquoi). Et ça a été presque un cataclysme. « Mais il faut faire des enfants, c’est important, de transmettre ». Il faut
Etre prudent quand on aborde ce sujet. Souviens-toi de ça.
Parce que toutes les personnes qui n’ont pas d’enfant ne l’ont pas choisi. Et ceux qui l’ont choisi font ce qu’ils veulent. Non ce n’est pas une obligation ni même un choix parfois. On peut vraiment blesser quelqu’un en insistant de cette façon. Ou le saouler gravement.
Perso, j’ai dit que l’on verra ça plus tard, et j’ai changé de sujet…

Et ça, ce n’est qu’une goutte d’eau dans l’océan de la communauté parentale.
Au quotidien, quand tu n’as pas d’enfant, tu te sens, comment dire… un peu à part. Les parents discutent entre eux de leurs nombreux points communs, c’est-à-dire de la vie avec un ou des enfants. Et toi t’es là et t’écoutes. Tu ne peux pas participer quasiment, toi, tu n’en as pas. Donc toi, tu ne sais pas ce que c’est.
Sur les réseaux sociaux, on te squeeze plus facilement aussi. Il y a moins d’interaction. On prend moins de tes nouvelles. Tu es moins intéressant on dirait. Quand ton post sur ton dernier week-end en amoureux récolte des petits mots succincts de ton entourage, une photo du dernier né elle, explose tous les records. Et même si tu fais un tas d’activités, que tu as de beaux et grands projets dans la vie, non, tu n’as pas vraiment l’attention de tes proches. Certains se soucient de toi, biensûr, et heureusement. Sinon ce serait terriblement triste. De ne réduire l’intérêt d’une personne qu’à ses enfants… Mais tu sens quand même qu’une partie ne te suit pas vraiment, pas complètement.

Alors j’ai décidé de faire des photos de moi, sur le pot, en titubant dans le salon pour me rappeler mes premiers pas, des photos de mon dos et de mes cuisses après m’être jetée dans un talus d’orties pour simuler une varicelle. J’hésite aussi à me péter les dents et ne garder que les deux mignonnes du bas. Mais je crois que ce serait un peu excessif.

Sans déconner, j’aime les enfants. Vraiment, j’aimerai réussir à en avoir un autre, un jour. Un en bonne santé. Une fille ou un garçon. Un timide ou un excentrique. Pourvu qu’il aille bien. Pourvu que je puisse le serrer dans mes bras et l’aimer. Puisse un jour voir un sourire, celui de mon enfant. Une de mes plus belles réussites. Un de mes plus beaux projets. Pourvu que je puisse un jour vous envahir de mes mots et de mes photos de ce bambin, ce super héros qui aura réussi à arriver dans ce monde sans trop d’encombre. Mais je vous promets, je ne vous demanderai pas si vous avez des enfants dans la minute qui suit notre rencontre. Je ne vous demanderai pas pourquoi et je n’insisterai pas. Parce que vous êtes libre, tout comme moi je le suis. Parce que vous détenez peut-être une grande tristesse, comme moi je peux la contenir. Parce qu’en dehors du fait de vouloir ou non un enfant, on bâtit chacun notre histoire avec de beaux projets, on fait en sorte que le soleil entre dans notre maison. Chacun à notre façon.

Le soleil et la pluie

Publicités

Auteur : ducalmelucette

Du calme Lucette est un blog lifestyle, où l'on parle de tout donc, mais avec sincérité.

8 réflexions sur « Je ne suis pas intéressante, je n’ai pas d’enfant. »

  1. C’est vrai, on est un con parfois, on catalogue, on s’étonne, on questionne un peu vite, sans imaginer que peut-être il y a du chagrin derrière tout ça… Tu as raison de « nous » réouvrir les yeux, et le coeur par la même occasion. On est entier quoi qu’il arrive, avec ou sans enfant, en couple ou célibataire, avec un homme ou une femme, plus jeune ou plus âgée, noir ou blanc, rose ou gris, grand ou petit, d’ici ou d’ailleurs… on est quelqu’un juste pour soi, et c’est déjà beaucoup. Merci 🙂 ❤

    Aimé par 1 personne

  2. Hello,
    Je ne sais plus par quel miracle FB j’ai trouvé ton blog, quoi qu’il en soit, tant mieux ! 🙂
    meme moi qui ai 2 mini pouces, je n’aborde pas ce sujet avec des gens que je ne connais voir meme avec ceux je connais bien sans que ça vienne d’eux. On ne se met jamais trop à la place des gens sur ce sujet. Ces questions obligent une réponse voir une justification, ça touche à l’intimité et je trouve ça genant.
    bref ! on est nés d’abord hommes et femmes, pas pères ou mères put** de bor*** !! 😉

    J'aime

Laisser un petit mot (ou un grand)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s