Lecture : « Esprit d’hiver » de Laura Kasischke

« Réveillée tard le matin de Noël, Holly se voit assaillie par un sentiment d’angoisse inexplicable. Rien n’est plus comme avant. Le blizzard s’est levé, les invités se décommandent pour le déjeuner traditionnel. Holly se retrouve seule avec sa fille Tatiana, habituellement affectueuse, mais dont le comportement se révèle de plus en plus étrange et inquiétant… »

Esprit d'hiver

Esprit d’hiver – Laura Kasischke

Editeur : Editions Christian Bourgois (2013)

Pages : 276

Ma note : 4,25/5

Mon avis :

Laura Kasischke signe un huis-clos mère-fille glacial et à l’étouffée, emprunt de psychologie, de drame familial et invite le lecteur à se pencher sur la filiation et tout ce qui en découle : la motivation à devenir mère, l’adoption, l’amour porté à un enfant, sans oublier nos propres envies et besoins malgré tout. Mais aussi sur la soi-disante nécessité de bannir certaines réalités, en l’honneur du mieux-être, qui peut mener irrémédiablement à la perte. 

Malgré des longueurs dans le récit, ce roman dévoile tout son intérêt dans les toutes dernières pages, et par là même vous oblige à reconsidérer l’intrigue avec le plus grand intérêt. Une fois plongé dans la réalité de ce dénouement surprenant, vous pourrez réexaminer les détails et flotter dans l’état de choc psychologique d’après le drame. Cet esprit qui, le jour de Noël, ce jour important notamment pour cette famille américaine, finira par faire ressurgir les refoulements maternels des treize dernières années, ce « quelque chose qui les avait suivis depuis la Russie jusque chez eux ». Ce quelque chose que cette mère est désormais incapable de coucher sur papier, pour se soulager.

L’angoisse et le malaise sont accentués par le déroulement intime du récit sur une seule journée et par l’isolement des deux personnages en raison de la neige omniprésente et engloutissante. Cette neige qui engendrera l’absence des invités tant attendus et le retour tardif du père qui sonnera le glas final.
Parallèlement, les étrangetés comportementales croissantes de l’adolescente Tatiana, adoptée dans le sinistre orphelinat sibérien Pokrovka n°2 à l’âge de deux ans, nous font comme basculer dans une folie douce et asphyxiante.

Loin du roman léger et divertissant, Laura Kasischke nous interroge sur le contrôle de l’esprit, sur le rejet des réalités et sur leurs conséquences psychologiques et humaines. Dans une atmosphère oppressante et surréaliste, basculant de l’étrange à la simplicité, de la joie à la tristesse, de la peur à l’ordinaire, nous prenons finalement conscience de toute la détresse, la culpabilité et l’amour de cette mère, mais aussi de son besoin irrépressible d’accéder à la normalité.

Merci encore aux matchs de la rentrée littéraire PriceMinister-Rakuten 2013 pour cette lecture (je rapatrie certaines « anciennes » chroniques sur ce nouveau blog) ❤

Logo PriceMinister Rakuten pour MRL

Publicités

Auteur : ducalmelucette

Du calme Lucette est un blog lifestyle, où l'on parle de tout donc, mais avec sincérité.

3 réflexions sur « Lecture : « Esprit d’hiver » de Laura Kasischke »

Laisser un petit mot (ou un grand)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s