Lecture : « La baie des baleines » de Jojo Moyes

Sur les plages préservées au sud de Sydney, Silver Bay est un véritable havre de paix. C’est ici que s’est réfugiée Liza McCullen avec sa fille Hannah pour échapper à sa vie passée. Mais l’arrivée de Mike Dormer va bouleverser la tranquillité de la petite communauté.
Cet Anglais trop curieux, qui prétend être venu à Silver Bay pour se reposer, risque en réalité d’anéantir tous les efforts de Liza pour sauver le petit hôtel familial et protéger les baleines.
La baie des baleines nous plonge dans la nature sauvage australienne, autour de personnages en quête d’un nouveau départ.

La baie des baleines

La baie des baleines – Jojo Moyes

Éditeur : Le livre de poche (2013 – Édition 06, 2015)

Pages : 498

Ma note : 4,5/5

Mon avis :

C’est dans le cadre du challenge LDPA de Livraddict d’avec Stellade que j’ai eu le bonheur de sortir ce roman de ma pile à lire. Je la remercie d’avoir fait ce choix parce que c’est avec émotion et le cœur battant la chamade que j’ai refermé ce livre. 

En effet, Jojo Moyes nous expose ici une bien jolie histoire pleine d’émotion et de sentiments dans laquelle la nature prend une place importante.

Les cétacés diffusent une ambiance presque poétique tout au long du récit. Jojo Moyes nous envoie des messages à travers eux sans jamais donner de leçon ; nous prenons notamment conscience des enjeux de la préservation des mers et de leurs habitants. Et puis j’ai senti le vent me fouetter le visage, entendu le clapotis des vagues de l’océan, humé l’odeur de la mer et du sable et écouté le chant des baleines en lisant ce roman, et cela fait un bien fou. Comme un air de vacances.
Ce cri que laissera échapper Liza dans les toutes dernières lignes sera d’ailleurs comparé au chant des baleines, celui qu’elles utilisent pour communiquer avec leur progéniture, lancinant, fiévreux, tantôt heureux tantôt douloureux.

« Durant des années, les gens du coin étaient venus constater les preuves de ce que la nature peut infliger à l’homme lorsqu’elle estime qu’il en a suffisamment profité. »

Côté personnages, nous apprenons à connaître Liza et sa fille Hannah, réfugiées dans l’hôtel de tante Kathleen en Australie en espérant un nouveau départ, Greg le baleinier séducteur à l’humour un peu lourd, et Mike, l’anglais qui évoluera beaucoup tout au long de l’histoire, mais aussi Monica, la sœur de Mike, qui aura un rôle majeur dans la dernière partie du roman alors qu’elle n’est que vaguement nommée dans plus de la moitié de celui-ci.
Je me suis attachée à eux, en particulier à Liza, Hannah et Mike ; Liza pour sa fragilité, Hannah pour son intelligence et sa spontanéité, et Mike pour ce qu’il est devenu.

Jojo Moyes sait retranscrire les émotions et sait détailler les évènements, et les lieux qu’elle décrit prennent vie dans notre esprit.
Elle nous emmène de plus en plus fortement dans le déroulement de l’histoire, ce final qui est prévisible mais que nous espérons de toutes nos forces au fur et à mesure que nous dévorons les pages. Et pourrait-il en être autrement ? Si la fin n’était pas celle-ci, j’aurai été déçue. Alors je préfère qu’elle soit prévisible mais belle.

C’est à travers le regard des différents personnages, tour à tour, que l’histoire nous est contée, ce qui nous permet de l’aborder à travers leurs différents points de vue mais aussi de nous attacher à eux plus encore.

Liza a fui l’Angleterre, sa fille Hannah sous le bras, pour échapper à un terrible évènement, que nous avons hâte de découvrir, et c’est avec tendresse et tristesse que nous suivons leur histoire, dont nous espérons tellement une issue heureuse.
La vieille tante de Liza, Kathleen, les a pris sous son aile dans l’hôtel familial qu’elle tient sur la baie. C’est avec force de caractère qu’elle maintient son affaire à flot du mieux qu’elle le peut, mais aussi qu’elle désire plus que tout que sa nièce et sa petite-nièce croisent la route d’un bonheur mérité.
Mike, quant à lui, est un carriériste sur le point d’épouser la fille de son patron, vivant dans le luxe et l’opulence. Mais le voici débarqué à Silver Bay, ce lieu magique et préservé qui changera à jamais sa vie.

« Il m’adressa un sourire et je ne pus retenir celui qui se formait sur mon visage. C’est ce qu’on ne vous dit jamais sur la vieillesse : elle n’empêche personne d’agir comme un jeune imbécile. »

Une histoire pas vraiment originale me direz-vous, comme on en a déjà lu et vu, mais je peux vous dire qu’elle est très bien amenée et nous procure émotion, questionnement et bonheur, et c’est bien le principal. Terminer un livre les larmes aux yeux et avec un sentiment de bonheur, c’est ce que j’appelle une réussite. Le style de Jojo Moyes est fluide et prenant, et nous passons un vrai bon moment dans la baie des baleines. Je recommande cette lecture à tous ceux qui apprécient les histoires romancées (et pourtant ce n’est pas forcément ce que je préfère, mais ce n’est pas résolument fleur bleue), la nature sauvage et la préservation écologique puisque c’est un savoureux mélange de tout cela. Sans aucun doute, vous aimerez !

1266-Jon-berkeley - Dessin baleineDessin de Jon Berkeley.

Publicités

Auteur : ducalmelucette

Du calme Lucette est un blog lifestyle, où l'on parle de tout donc, mais avec sincérité.

8 réflexions sur « Lecture : « La baie des baleines » de Jojo Moyes »

  1. Super! Un livre pour moi… Hâte de le trouver, cette auteure ne m’a jamais déçue pour le moment. Ton avis est rempli d’émotions et j’adore… Oh, bonheur de l’avoir sorti de ta pal !!! Merci à toi.

    J'aime

Laisser un petit mot (ou un grand)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s