Lecture : « Le Mausolée » d’Édouard Moradpour

Moscou, 2014. Dans la Russie trouble et tourmentée de Poutine, Tatiana gagne sa vie en dansant tous les soirs au Club 121, haut lieu de rencontres entre hommes d’affaires. Sa beauté ne laisse personne indifférent, et surtout pas Oleg Bezroukov. La jeune femme succombe rapidement au charme magnétique de ce dernier. Mais très vite, le doute s’installe. Qui est cet homme qui paraît si amoureux mais ne cesse de disparaître sans la moindre explication et surtout, semble être doté d’un étrange et inquiétant pouvoir de prédiction ?
En tentant de percer le mystère Bezroukov, la jeune femme va se retrouver entraînée dans les coulisses d’un monument emblématique, objet de tous les fantasmes, symbole d’une Russie partagée entre tradition et modernité, superstition et rationalité : le mausolée de Lénine. Dans cette aventure, Tatiana devra accomplir une mission périlleuse : arracher le corps embaumé de Lénine des griffes d’une mystérieuse organisation secrète pour l’enterrer dans une forêt de l’Oural.
Mêlant suspense, politique et mysticisme, Édouard Moradpour signe un thriller habilement construit autour d’un des monuments les plus énigmatiques et fascinants du XXe siècle.

Le Mausolée

Le Mausolée – Édouard Moradpour

Éditeur : Éditions Michalon (2013)

Pages : 384

Ma note : 4,5/5

Mon avis :

Ce roman est mêlé d’intrigue, d’histoire, de politique, de présent et de passé, de réel et d’irréel. La frontière est parfois mince au point de se demander où se situe la vérité. L’emprunte mystique est fortement présente et donne tout son piment à ce roman bien construit qui nous plonge tantôt dans le Bien tantôt dans le Mal, tantôt dans la Russie de Poutine tantôt dans l’ex URSS de Lénine, mais toujours dans le côté sulfureux du pays en question. Tous ces univers nous transportent à tour de rôle, et Édouard Moradpour mène habilement la barque.

Jamais indigeste ni soporifique, la politique offre toute son importance dans l’histoire sans jamais prendre le dessus.

Nous suivons Tatiana, jeune stripteaseuse dans un bar, avec attention, suspens et action. Son rôle majeur nous entraîne dans un polar dont le mystère demeure jusqu’aux dernières lignes du livre.

Les fans du Da Vinci Code trouveront un grand intérêt à ce roman.
De plus, la bonne connaissance d’Édouard Moradpour à propos de la Russie, sa maîtrise du sujet, ne trompent pas.

Un roman à dévorer le soir tombé pour immerger dans les méandres du mausolée de Lénine et toute l’intrigue qui y est liée.

« C’est alors que la Voix se mit à résonner dans sa tête, sous la forme d’un gémissement sourd. Elle se redressa d’un seul coup dans son lit, et la Voix continua de vibrer comme si elle venait d’un corps invisible devant elle. Elle se retrouva debout dans sa chambre à agiter ses mains dans tous les sens pour toucher cette présence incertaine. Mais, il n’y avait rien qu’une Voix, une Voix rassurante, une Voix qui était en quelque sorte la promesse indubitable que quoi qu’elle fasse et où qu’elle aille, elle serait accompagnée et protégée dans cette quête qui était la sienne. »

Je remercie beaucoup Nathaly, Édouard Moradpour et les Éditions Michalon pour cette belle découverte et ce captivant moment de lecture en 2013 (je rapatrie certaines « anciennes » chroniques sur ce nouveau blog) ❤

logo michalon

Publicités

Auteur : ducalmelucette

Du calme Lucette est un blog lifestyle, où l'on parle de tout donc, mais avec sincérité.

2 réflexions sur « Lecture : « Le Mausolée » d’Édouard Moradpour »

Laisser un petit mot (ou un grand)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s