Lecture : « Nos années sauvages » de Karen Joy Fowler

Il était une fois deux sœurs, un frère et leurs parents qui vivaient heureux tous ensemble.

Rosemary était une petite fille très bavarde, si bavarde que ses parents lui disaient de commencer au milieu lorsqu’elle racontait une histoire. Puis sa sœur disparut. Et son frère partit. Alors, elle cessa de parler… jusqu’à aujourd’hui. 
C’est l’histoire de cette famille hors normes que Rosemary va vous conter, et en particulier celle de Fern, sa sœur pas tout à fait comme nous…

Nos années sauvages Photo

Nos années sauvages – Karen Joy Fowler

Éditeur : Presses de la Cité (2016)

Pages : 366

Ma note : 4,25/5

Mon avis :

 Je tiens d’abord à saluer l’esthétisme de ce livre, il est vraiment beau et agréable à manipuler et à lire. La couverture est mate, douce et éclatante. Éclatante comme l’histoire qu’elle protège. Ceci étant, le roman est également bouleversant, perturbant, percutant et atypique. Vous l’aurez compris, il recèle un petit trésor qu’il est difficile d’oublier. 

 Karen Joy Fowler nous trouble avec ce récit dont je dois taire la majeure partie des éléments fédérateurs sous peine de spoiler la première partie du roman. Ce qui gâcherait indéniablement votre lecture et la découverte de l’élément crucial de l’histoire. Alors je vais rester évasive et concise.

Rosemary nous raconte l’histoire de sa famille, sa mère, son père, sa sœur pas comme les autres, et son frère. La petite fille autrefois pipelette s’est tue quand sa sœur a disparu et quand son frère est parti quelques années plus tard. Et c’est à travers sa mémoire qu’elle retranscrit son passé comme elle le peut, à sa façon et de son point de vue. Elle pioche dans ses souvenirs pour reconstituer ce qu’il s’est passé et pourquoi.
Alors nous déambulons dans le milieu de l’histoire, dans la fin du début et le début de la fin de celle-ci, dans ce savant mélange de psychologie humaine, de relations familiales (maternelles, paternelles et fraternelles), et de science. A travers ce récit documenté et déroutant, nous faisons face à l’absurdité dont les Hommes peuvent faire preuve. Nous croisons la jalousie, la supériorité, l’instinct, la solidarité, la communication, la différence. Oui, il est beaucoup question de différence dans ce roman, et de la façon dont elle peut être vécue mais aussi perçue.

« Il était difficile de tenir Fern à l’écart, un vrai carpe diem monté sur ressorts, qui sans cesse tourbillonnait, virevoltait, caracolait. »

Nos années sauvages nous emmène dans des contrées inattendues qui nous poussent à la réflexion. L’écriture un peu folle peut déconcerter, mais il est certain qu’elle fait sourire, qu’elle émeut et qu’elle force le respect. Tout cela à la fois. Elle est pleine d’intelligence autant qu’elle est à côté de la plaque.
Je n’ai jamais lu de roman de cette trempe. Il est original autant dans l’histoire que dans la plume de l’auteure. Il ne faut absolument pas passer à côté. Il possède un côté tragique et dramatique, mais il est contrebalancé par l’amour fraternel. Le ton détaché et hors norme permet de ne pas en faire un roman sombre et difficile. Le sujet est intéressant, il est assez peu abordé en règle générale, ce qui est aussi sa force. On ne tombe pas dans le vu et revu de la thématique « famille ».

« Le monde tourne grâce à cette souffrance sans fin et sans fond. Les gens savent, mais tant qu’ils ne voient rien, cela ne les gêne pas. Si on les oblige à regarder, alors ils sont révoltés et ils te détestent parce que tu les as forcés à voir. »

En conclusion, sans ne rien dévoiler, vous tomberez des nues à la 99ème page, vous explorerez l’âme humaine, vous jonglerez entre des souvenirs d’enfant et des révélations d’adultes, vous reconstituerez le puzzle en même temps que Rosemary, vous apprendrez à connaître sa famille et ses agissements, vous vous frotterez à la psychologie et à la science, vous vivrez la différence, vous serez révoltés contre la bêtise humaine, vous serez émus. Vous lirez quelque chose d’extraordinaire.
Ce livre est une expérience originale qui ne vous laissera certainement pas indifférent.

Publicités

Auteur : ducalmelucette

Du calme Lucette est un blog lifestyle, où l'on parle de tout donc, mais avec sincérité.

14 réflexions sur « Lecture : « Nos années sauvages » de Karen Joy Fowler »

  1. Je viens de le lire et de le chroniquer. Cajou Comme toi j’ai trouvé que c’était une expérience de lecture originale mais même si j’ai adoré son idée de départ, la narration m’a trop ennuyée :/
    Au plaisir de te lire,
    Cajou

    J'aime

Laisser un petit mot (ou un grand)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s