Lecture : « La Soledad » de Natalio Grueso (Rentrée littéraire 2016)

Bruno Labastide est venu s’installer à Venise, dans le quartier de Dorsoduro, au terme d’une vie bien remplie durant laquelle il n’a cessé de voyager. Cela fait bien un an qu’il y réside lorsque, un jour, il voit une jeune Japonaise d’une beauté stupéfiante passer devant le café où il a ses habitudes. C’est le coup de foudre. Mais cette dernière, Keiko, ne lui concédera une nuit d’amour que s’il parvient à l’émouvoir avec un poème ou une histoire… Mais par laquelle commencer ?

La Soledad Photo

La Soledad – Natalio Grueso

Éditeur : Presses de la Cité (paru le 1er septembre 2016)

Pages : 317

Ma note : 4/5

Mon avis :

Aujourd’hui, je vous présente un roman de la rentrée littéraire pas comme les autres. 

Tout d’abord, Les Presses de la Cité ont un don pour nous ravir régulièrement à travers des couvertures sublimes, et ici c’est particulièrement le cas.

Ensuite, ce roman est assez original dans son contenu. Tantôt emprunt de poésie, de tendresse et de fantasque, nous le lisons tel un recueil de nouvelles qui toutefois, sont constamment liées entre elles par un fait, un personnage ou une pensée. Sa construction peut donc déconcerter au premier abord. Ici, nous ne ressentons pas d’attachement particulier aux personnages puisqu’ils changent, par conséquent, régulièrement (hormis deux). Mais là n’est pas le but véritable du récit. L’auteur nous conte les péripéties et les états d’âme de son personnage principal, Bruno Labastide, un voyageur invétéré, qui, pour passer une nuit, une seule, avec une femme très belle, Keiko, va devoir user de sa plus belle plume ou histoire.

« Alors elle planta les yeux sur moi. Pour la première fois. Et, bien que de nombreuses lunes se soient écoulées depuis, je ne peux oublier ce moment, le moment où pour la première fois les doux yeux couleur miel de Keiko m’ont regardé. Toute la mélancolie du monde se concentrait dans ce regard, c’était un passage secret vers un univers inconnu et attirant, sans doute dangereux, mais irrésistible. Et moi, Bruno Labastide, je courtisais de nouveau le danger. »

C’est ainsi que nous voyageons en sa compagnie aux quatre coins du monde : en Italie, en Amérique latine, au Cambodge, en Chine, en France, en Suisse, en Russie, et plus encore. À travers une galerie de personnages et de pays, les histoires s’enchaînent, nous offrant poésie, tendresse, mais aussi ironie et aberrations de ce monde. De ci de là, l’auteur pointe la liberté, le pouvoir, l’argent, le sexe… Il dépeint, mais tout en susceptibilité et finesse, une société malade dans lequel l’Homme peut être mauvais et immoral. L’histoire du « contrebandier de mots » est particulièrement saisissante et inquiétante. En effet, dans celle-ci, la parole est taxée…

« Heureusement, les choses allaient bien pour lui, il jouissait d’une solide situation matérielle, d’une famille unie, et acceptait de bon gré de payer ses impôts, même pour un motif aussi extravagant et absurde qu’une taxe sur la parole. De telle sorte que, chez Clara, on parlait beaucoup, mais toujours de façon légale, en payant pour chaque substantif, pour chaque verbe et pour chaque adverbe. »

Il est aussi question de solitude, comme son titre l’indique, de la quête d’un homme, qui, même s’il a beaucoup voyagé, même s’il a rencontré multitude de personnes, connaît la solitude mieux que personne. Et c’est peut-être à travers la sublime Keiko qu’il réussira à la briser.

« Tes lèvres sont le journal sur lequel j’écris mes instants de bonheur. »

Certaines histoires m’ont plu davantage que d’autres mais la fin m’a vraiment laissée une belle impression. Je vous conseille ce roman pour sa poésie, pour l’impression de voyage qu’il nous laisse, mais aussi pour les différentes émotions qui nous parcourent à sa lecture. Parfois déroutant, ce récit est absolument original et vous fera passer d’un univers à un autre, d’un sentiment à un autre, de belle façon. Tout en délicatesse.

Je tiens à remercier chaleureusement Les Presses de la Cité pour l’envoi de roman car ce fut une belle découverte.

Logo Presses de la cité

Publicités

Auteur : ducalmelucette

Du calme Lucette est un blog lifestyle, où l'on parle de tout donc, mais avec sincérité.

Une réflexion sur « Lecture : « La Soledad » de Natalio Grueso (Rentrée littéraire 2016) »

Laisser un petit mot (ou un grand)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s