Lecture : « Ainsi fleurit le mal » de Julia Heaberlin (Rentrée littéraire 2016)

« J’ai toujours pensé que la mort avait quelque compte à régler avec moi. »
À seize ans, Tessa est retrouvée agonisante sur un tas d’ossements humains et au côté d’un cadavre, dans une fosse jonchée de milliers de marguerites jaunes aux yeux noirs. Partiellement amnésique, seule survivante des « Marguerite » – surnom que les journalistes ont donné aux victimes du tueur en série –, elle a contribué, en témoignant, à envoyer un homme dans le couloir de la mort. Terrell Darcy Goodwin, afro-américain, le coupable parfait pour la juridiction texane.
Presque vingt ans ont passé. Aujourd’hui, Tessa est une artiste et mère célibataire épanouie. Si elle entend parfois des voix – celles des Marguerite qui n’ont pas eu sa chance –, elle est toutefois parvenue à retrouver une vie à peu près normale. Alors, le jour où elle découvre un parterre de marguerites jaunes aux yeux noirs planté devant sa fenêtre, le doute l’assaille… Son « monstre » serait-il toujours en cavale ? La narguerait-il ?

ainsi-fleurit-le-mal

Ainsi fleurit le mal – Julia Heaberlin

Éditeur : Presses de la Cité (paru le 8 septembre 2016)

Pages : 560

Ma note : 4,25/5

Mon avis :

Cette couverture sublime m’a happée instantanément ! Ensuite, le résumé m’a vraiment mise l’eau à la bouche. C’est donc avec joie et impatience que j’ai commencé ma lecture. 

Le roman est divisé en trois parties au rythme allant crescendo.
La première oscille entre la Tessa d’aujourd’hui et celle au moment de son agression dix huit ans en arrière (Tessie). De récurrents flash-back de son enfance d’avec sa meilleure amie Lydia sont révélés. Bien qu’intéressante, j’ai trouvé cette partie un peu longue. Je ne me suis pas ennuyée à proprement parler mais je pense qu’elle aurait mérité d’être écourtée afin de donner plus de tonus au récit. Le côté psychologique est tout à fait palpable et travaillé. On sent que l’auteure s’est documentée afin de rentrer dans l’esprit d’une adolescente, d’une femme, qui aurait subi un tel drame, celui de se retrouver, seule survivante, dans une fosse fleurie en compagnie d’autres victimes et ossements. Comment vivre avec cela jour après jour ? Comment se reconstruire ? L’esprit joue et l’on ne sait plus ce qui est vrai ou faux dans les pensées de Tessa. Mais aussi comment ne pas se laisser submerger par la culpabilité d’avoir peut-être permis à un homme (innocent ?) de se retrouver dans le couloir de la mort ?
La relation entre les deux amies d’enfance, Tessie et Lydia, est aussi largement étudiée. Cette relation à la fois belle et malsaine qui est mise à l’épreuve à cause du drame.

« Ce que ce passage dans cette tombe m’a appris de plus précieux ? À relativiser. »

La deuxième partie est plus intrigante, avec le déroulement de nos jours de l’enquête juste avant la date programmée d’exécution de Terrell Darcy Goodwin, déroulement entrecoupé des témoignages en 1995. Les multiples petits rebondissements et points de suspens sont disséminés ça et là avant la dernière partie et permettent d’apporter une tension mesurée qui attend plutôt sagement pour exploser. Nous en sommes, à ce niveau du récit, au tic-tac de la bombe et parfois le cœur s’emballe car on ne sait pas combien de temps il reste avant le tac final. Les informations scientifiques sont très intéressantes ! Nous apprenons notamment que nous sommes la terre, que nous ne faisons pas que la fouler. Je ne vous en dis pas plus, je vous laisse découvrir par vous-mêmes 😉

« Les souvenirs ne sont pas comme du compost, avait déclaré le docteur en me guidant jusqu’à son bureau. Ils ne se décomposent pas. »

Et puis arrive la troisième et dernière partie et là, boum ! Les chapitres sont très courts, les pièces du puzzle s’emboîtent, le thriller psychologique abat ses dernières cartes. Levé de rideau, reprenez vos esprits, tamponnez-vous les aisselles, c’est la fin d’un suspens et d’une intrigue que vous n’avez pas deviné.

J’ai terminé les dernières pages très contente du déroulement et c’est ce qui est assez important dans un thriller à mon humble avis. J’ai donc beaucoup apprécié ce roman malgré une première partie avec quelques longueurs, mais les deux autres rattrapent largement ce petit bémol. La construction du roman est d’ailleurs vraiment bien élaborée. L’écriture de l’auteure est très agréable, le suspens bien mené et les personnages crédibles et intéressants. En bref, vous l’aurez compris, je vous le recommande chaudement !

Un grand merci à NetGalley et aux Éditions Presses de la Cité pour cette formidable lecture numérique !

 NetGalley_LogoLogo Presses de la cité

Nota Bene : moi qui suis artisan couturière, je mets en avant également ce passage…

« Elle quitte le comptoir de granit noir qui sépare la minuscule cuisine du séjour et examine la machine à coudre industrielle Bernina sur la table de salle à manger, drapée de tulle blanc.
– Alors, c’est quoi le projet cette semaine ? Encore un truc pour ces dames pleines aux as ?
Je referme le réfrigérateur d’un coup de pied.
– Plutôt pour une des petites filles chéries de ces dames pleines aux as. Un tutu. Pour un concours. Base de tulle, application en satin lavande. Cristaux Swarovski.
– Mazette. Je parie qu’elle te paie une fortune.

Loin de là, en réalité, parce que c’est triste à dire, mais la plupart des nantis ne sont même plus capables de reconnaître la valeur des objets réalisés de la main exigeante d’un artisan. Maintenant qu’on peut tout acheter en Chine d’un clic de souris. »

J’en profite pour remercier mes fidèles clientes qui sont très souvent adorables et d’une extrême gentillesse et qui elles, savent reconnaître le travail des artisans. Je suis chanceuse !

Mais aussi celui-ci, d’actualité…

« – Miss Effie, cette lettre vient de ton assureur.
Charlie la parcourt rapidement.
– Ils te proposent une ristourne de cent dollars sur ta franchise plus vingt-cinq dollars en bon d’achat Amazon si tu remplis le formulaire et que les chiffres leur conviennent. Ils veulent aussi connaître ton taux de cholestérol.
– Des espions, oui, tous autant qu’ils sont. »

Publicités

Auteur : ducalmelucette

Du calme Lucette est un blog lifestyle, où l'on parle de tout donc, mais avec sincérité.

7 réflexions sur « Lecture : « Ainsi fleurit le mal » de Julia Heaberlin (Rentrée littéraire 2016) »

  1. Ce bouquin a été un vrai coup de coeur pour moi ! Je l’ai trouvé plutôt original dans les thèmes traités, les points de vue et j’ai vraiment beaucoup aimé l’héroïne. C’est vrai que ça prend du temps avant que l’on entre dans le vif du sujet, mais ça permet d’avoir des personnages vraiment bien construits auxquels on s’attache (ce qui n’est pas si fréquent dans le cadre d’un thriller).

    Aimé par 1 personne

    1. Tout à fait, mais il est vrai que l’on peut ressentir quelques petites longueurs du coup. Rien de bien méchant, mais j’ai mis quelques jours pour lire la première partie en conséquent (bon ok, j’avais aussi des choses à faire par ailleurs 😉 mais je n’ai pas dévoré cette partie en somme).

      J'aime

  2. J’aime beaucoup les thrillers, surtout quand ils ne sont pas trop sanglants. J’ai un faible pour les histoires « cold case » avec des faits qui remontent à loin, de vieux dossiers qui s’ouvrent à nouveau… Donc celui-ci pourrait me plaire, surtout si la fin est à la hauteur comme tu le dis. 🙂

    J'aime

Laisser un petit mot (ou un grand)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s