Lecture : « L’oiseau des neiges » de Tracy Rees

Janvier 1831. Abandonnée, à même la neige, Amy n’a que quelques jours lorsqu’elle est trouvée par Aurelia Vennaway, huit ans, l’unique héritière d’une famille aristocratique. Malgré l’hostilité de ses parents, elle réussit à faire recueillir l’enfant, qui grandira à Hatville Court parmi les domestiques.

La jeune et sémillante Aurelia est sa seule amie. Aussi, quand cette dernière lui apprend qu’elle va mourir, Amy est dévastée.

Aurelia, cependant, lui a laissé un dernier cadeau : une série de lettres à retrouver aux quatre coins de l’Angleterre, telle une chasse au trésor, et qui l’aideront à lever le voile sur sa propre histoire mais aussi sur celle, inattendue, d’Aurelia.

Amy parviendra-t-elle à résoudre l’énigme ?

loiseau-des-neiges-photo

L’oiseau des neiges – Tracy Rees

Éditeur : Presses de la Cité (paru le 1er octobre 2016)

Pages : 494

Ma note : 4,5/5

Mon avis :

 Je frôle le coup de cœur pour ce roman, autant le dire tout de suite ! 

Je me suis attachée à l’histoire, aux personnages, à la qualité de conteuse de l’auteure. Ce roman est très bien écrit et nous plonge assurément dans le XIXème siècle. Je suis presque triste de quitter Amy.

Tout d’abord, le résumé m’a tout de suite plu et donné envie d’en savoir plus. Pas vous ? Et cette couverture… une merveille.
Et puis dès les premières lignes et la découverte de ce bébé dans la neige, j’ai été happée. On ne peut qu’apprécier Aurelia et Amy, respectivement fille bourgeoise mais rebelle et fille sans origine détestée par ses parents adoptifs (malgré eux puisque c’est leur fille Aurelia qui imposera de garder l’enfant au sein de leur famille). La relation de ces deux jeunes filles que huit ans séparent est émouvante et affectueuse. L’arrivée fracassante d’Amy et ce qu’elle vit au quotidien – isolement, détestation – sont contrebalancés par la façon courageuse et aimante dont Aurelia s’occupera d’elle et la protégera. Un véritable lien les unit et c’est beau à lire.

Et puis le drame surgit et fait disparaître Aurelia, laissant Amy esseulée et désœuvrée. Mais c’est sans compter la fougue et la sagacité d’Aurelia qui laissera à Amy, à titre posthume, une dernière chasse au trésor à résoudre, nous transportant dans un voyage passionnant à travers l’Angleterre de l’époque. Je ne me suis pas ennuyée une seule seconde, j’accompagnais Amy dans ses pérégrinations, espérais qu’elle trouve les clés des énigmes laissées par sa regrettée amie et désirais connaître les secrets qui entouraient la jeune aristocrate. J’ai apprécié découvrir ses hôtes et hôtesses tantôt d’une gentillesse extraordinaire tantôt d’une extravagance démente. D’amitié en amour, le récit est ponctué de petits rebondissements et d’épisodes épistolaires entraînants.

Nous suivons Amy dans sa quête et dans ses bouleversements aussi, car cette jeune femme, désormais âgée de dix sept ans, se verra évoluer aussi bien physiquement que socialement. Et bien sûr, l’amour s’immisce et réveille notre romantisme féminin. J’avoue que de temps en temps, cela fait du bien !

Certains passages peuvent paraître convenus mais cela ne gâche pas la lecture, on ne s’engage pas dans une enquête éblouissante et tonitruante en lisant ce roman, mais dans un récit débordant de descriptions poétiques oscillant entre l’ombre et la lumière, entre la peine et la joie, entre convenances et liberté. L’auteure sait conter une atmosphère, sans conteste.

En bref, je vous conseille ce roman en tout point pour l’ambiance qu’il dégage, pour la qualité d’écriture (et de traduction) qu’il recèle et pour les bons moments qu’il nous fait passer, tout simplement. Il regorge d’amitié, de fraternité, d’amour et d’espoir. Presque 500 pages de délices littéraires ! Une pépite mettant en exergue la femme dans le XIXème siècle anglais.

Je remercie chaleureusement Presses de la Cité pour m’avoir permis de le découvrir, j’en suis très heureuse !

Logo Presses de la cité

Publicités

Auteur : ducalmelucette

Du calme Lucette est un blog lifestyle, où l'on parle de tout donc, mais avec sincérité.

10 réflexions sur « Lecture : « L’oiseau des neiges » de Tracy Rees »

  1. La couverture est superbe. Cela me rappelle de loin Ma Grand-Mère vous passe le bonjour. C’est un roman que j’ai lu récemment, dans lequel une petite fille est chargée par sa Mamie de distribuer des courriers, après la mort de celle-ci. Au fur et à mesure qu’elle distribue les lettres, elle rencontre des gens qui ont compté dans la vie de la Mamie et lui permettent de découvrir que sa Grand-Mère a eu finalement plusieurs vies en une, et n’a pas toujours été celle qu’elle a connu… C’est un joli roman. Je te le conseille si tu ne le connais pas encore. 🙂

    Aimé par 1 personne

Laisser un petit mot (ou un grand)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s