Lecture : « Yaak Valley, Montana » de Smith Henderson (Rentrée littéraire) #MRL16 #PriceMinister

texte-yaak-valley

J’ai eu la chance de découvrir ce premier roman de Smith Henderson par le biais des Matchs de la Rentrée Littéraire organisés chaque année par PriceMinister-Rakuten. Je les remercie de tout cœur car j’avais très envie de me plonger dans ce roman obscur de l’Amérique profonde et désœuvrée. Je remercie également Sylire qui est une des marraines de cette édition qui a permis que l’on puisse choisir ce roman percutant, et bien sûr les éditions Belfond sans qui tout cela ne serait pas possible.

logo_rentreelitteraire

Après cette mise en bouche plus originale qu’à l’accoutumée de mon avis sur ce roman, je ne peux que le développer plus précisément dans une chronique classique. La voici ! 

Dans les paysages grandioses du Montana des années 1980, l’histoire d’un homme en perdition confronté à ce que l’humanité a de pire et de meilleur. Héritier des grandes œuvres de nature writing, un roman qui soulève les contradictions les plus violentes et dérangeantes d’une Amérique qui préfère ignorer ses marginaux. Portée par une écriture tour à tour sauvage, brutale et poétique, une révélation.

La première fois qu’il l’a vu, Pete a cru rêver. Des gosses paumés, il en croise constamment dans son job d’assistant social. Mais, tout de même, un enfant en pleine forêt, méfiant, en guenilles, l’air affamé… Pete s’accroche, laisse de la nourriture, des vêtements et finit par gagner la confiance du petit.
Suffisamment pour découvrir que le garçon n’est pas seul. Sa mère et ses frères et sœurs sont introuvables, il vit avec son père, Jeremiah Pearl, un fondamentaliste chrétien qui fuit la civilisation pour se préparer à l’Apocalypse et comploter contre un gouvernement corrompu et dépravé.
Petit à petit, entre Pete et Jeremiah s’installe une relation étrange. Car Jeremiah s’est isolé par désespoir, après un drame atroce ; Pete de son côté est au bord de sombrer : son frère est recherché par la police ; son ex, alcoolique, collectionne les amants ; et, surtout, sa fille de quatorze ans a disparu quelque part le long de la route du Texas…

Deux hommes aux prises avec des démons qu’ils ne pourront plus faire taire très longtemps…

yaak-valley-photo

Yaak Valley, Montana – Smith Henderson

Éditeur : Belfond (paru le 18 août 2016 – Rentrée littéraire)

Pages : 578

Ma note : 4,25/5

Mon avis :

Voici un roman qui ne vous laissera pas de marbre. Je pense d’ailleurs que je m’en souviendrai longtemps. Son atmosphère et la découverte d’une Amérique en proie aux démons vous mettront une claque, résolument !

L’alcool, la drogue, l’inceste, la prostitution, les âmes égarées, déchues, la nature aussi sauvage que ses habitants – ou l’inverse -, la misère, l’exclusion, la folie religieuse… en voilà un programme ! En effet. Rien n’est épargné. C’est un Montana qu’on ne soupçonne pas qui est mis en exergue ici et c’est un Montana qui a vu grandir l’auteur que nous découvrons de façon réaliste, par conséquent. C’est un Montana que l’on n’a plus vraiment envie de visiter après ça, il faut l’avouer. À mille lieux du rêve américain, c’est une parcelle décadente au nord-ouest de ce vaste pays qui est sous le feu des projecteurs à travers les quasi 600 pages de cette oeuvre de Smith Henderson. Il est si facile de succomber aux sirènes idéalistes de l’American Dream qu’il serait dommage de se priver de l’originalité et de l’infâme réalité que nous propose l’auteur.

Mais attendez, ne prenez pas vos jambes à votre cou ! Lisez-le, reposez-le, respirez, reprenez-le, soufflez. Fermez les yeux, vous êtes dans le Montana. Vous accompagnez Pete, vous ressentez ses faiblesses, ses espoirs et ses doutes. Vous avez mal, votre cœur bat à la chamade, vous vous débattez, vous voulez aider les enfants, la peine vous envahit, mais aussi l’envie de faire plus, d’aller plus loin. L’espace d’un roman, vous êtes assistant social dans une Amérique que l’on ignore. En effet, l’auteur nous immerge complètement, son écriture simple et percutante nous arrive droit dans la figure. Entre le malaise, l’étonnement et le dégoût, ce roman vous laisse sous le choc. Quelques bribes de lumière viennent toutefois éclairer l’obscurité de la Yaak Valley et elles font du bien, elles nous redonnent un peu de ce souffle qui est majoritairement assez court.

Pete retrouvera-t-il Rachel, sa fille adolescente disparue ? Et aura-t-il des nouvelles de son frère Luke en cavale ? Benjamin, l’enfant de la montagne, s’en sortira-t-il ? Qu’adviendra son père Jeremiah qui semble noyé dans une folie dévastatrice ? Katie, la petite fille d’une mère droguée et éteinte, connaîtra-t-elle une enfance plus heureuse et normale ? Son frère, Cecil, continuera-t-il de sombrer ?
Tant de questions et de destins qui sont abordés ici de façon crue, rude, sincère, mais aussi poétique. Pete est un assistant social dont la vie part en miettes et qui, malgré ses bonnes volontés, échoue. Il échoue dans son rôle de mari, d’amant, de père. Son travail difficile semble déteindre sur sa vie et la noirceur envahit tout sur son passage. Il est entouré d’obscurité, de folie, de marginalité. Alors, quand sa fille disparaît, il tentera de tout gérer, comme il le peut, et mettra tout en oeuvre pour la retrouver, et comprendre. Il mettra sa propre vie en danger, il prendra du recul, puis il laissera place à l’espoir. C’est un personnage attachant que l’on a envie d’aider à notre tour.

« Tu vois maintenant ta fille dans son intégrité, d’un point de vue que même la paternité ne t’avait pas offert, un angle inédit. Tu ignores tout de sa trajectoire, tu n’étais même pas censé la connaître, à cause d’elle ou des circonstances. Tu lui souhaites simplement bonne chance. Une voix à l’intérieur de toi demande de veiller sur elle, de la tenir à l’abri, d’éclairer son chemin, de lui épargner la peur et de lui apporter bonheur et bravoure.
Au bout d’un moment tu réalises qu’il s’agit d’une prière. »

De plus, les points de vue tour à tour de Pete et de Rachel donnent du rythme au récit et c’est assez bien vu et original dans la présentation et l’écriture.

Pour finir, l’histoire détaille toutes ces vies brisées et il se pourrait que vous accusiez quelques longueurs. C’est pourquoi vous devez prendre le temps de lire ce roman, ne vous précipitez pas. Laissez-vous imprégner de chacun des personnages.
La fin me laisse un peu perplexe aussi, mais l’histoire a été racontée, elle a laissé sa trace indélébile, elle a dépeint une Amérique marginale et un métier difficile et épuisant, et l’originalité et la sincérité du thème abordé font mouche et rendent le roman indispensable. Vous avez été happé, le livre entre les mains, il est maintenant trop tard pour reculer. Laissez-vous porter…

J’ai eu le plaisir de découvrir ce roman en lecture commune avec Fan2polar (qui lit bien trop vite ;)), vous pouvez lire son avis ici.

Publicités

Auteur : ducalmelucette

Du calme Lucette est un blog lifestyle, où l'on parle de tout donc, mais avec sincérité.

4 réflexions sur « Lecture : « Yaak Valley, Montana » de Smith Henderson (Rentrée littéraire) #MRL16 #PriceMinister »

  1. Meuhhh nan, je lis pô vite ! Je lis à mon rythme qui est un peu plus rapide que la moyenne, c’est tout !!! Mais, au vu de ma PàL, je dirais que c’est pas assez rapide … 😀
    Ta chronique donne envie et je regrette presque d’avoir déjà lu ce roman !!!
    Merci pour cette L.C. … on remet ça quand ?

    J'aime

    1. Ma PAL est gigantesque et je lis moins vite que toi, je suis mal barrée ! 😀 Ceci dit, j’aime toujours prendre le temps pour découvrir un roman. Je m’imprègne bien comme ça. Chacun son rythme, comme les bébés 😀
      Merci pour ton compliment concernant ma chronique, on remet ça dès que ça se calme de mon côté (d’ici la fin du mois par exemple) si tu veux !

      J'aime

Laisser un petit mot (ou un grand)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s