Lecture : « La simplicité des nuages » de Julien Aranda

Tiraillé entre ses idéaux et son quotidien désabusé de cadre parisien, Bastien ne se sent pas vivre – il vivote. Et la situation ne fait qu’empirer lorsque sa grand-mère, Yvonne, est hospitalisée pour un malaise qui se change bien vite en dépression. Bastien ne sait que faire pour aider celle qu’il aime tant, lui qui n’arrive déjà pas à gérer sa propre vie. Pourtant, au bout de ce qui semble être une impasse, Bastien reprend espoir : il découvre une correspondance entre sa grand-mère et une de ses anciennes amies, Eugénie.

Eugénie est-elle encore vivante ? Acceptera-t-elle l’idée d’une rencontre avec Yvonne, seul remède à même de rompre la solitude de cette dernière ?

Pour le savoir, une seule solution : aller là où tout a commencé, près du phare des Baleines, sur l’île de Ré.

Importance du passé, de la nature, critique d’une société de moins en moins humaine… Après le succès de son premier roman, Julien Aranda renoue avec ses thèmes de prédilection dans ce nouvel opus à la fois plus intime et plus révolté, au style subtil et maîtrisé. À la suite de Bastien, partez sur les chemins de l’amour et de la redécouverte de soi.

la-simplicite-des-nuages

La simplicité des nuages – Julien Aranda

Éditeur : Amazon Publishing (22 mars 2016)

Pages : 268 (Ebook)

Ma note : 4,25/5

Mon avis :

Le résumé de ce roman me faisait très envie et présageait d’une belle histoire familiale truffée d’amour, et en effet, c’est tout à fait ce qu’il s’est produit. 

C’est typiquement le genre de roman qui fait un bien fou au cœur, et je pense que vous ne me contredirez pas quand j’affirme qu’on en a terriblement besoin parfois, surtout en ces temps un peu… particuliers. Une petite dose d’humanité ne fait de mal à personne, n’est-ce pas ?

« (…) le rêve est la matière première de toute réalité. »

La simplicité des nuages, c’est un roman d’espoir, de redécouverte de soi, de bienveillance, d’altruisme, de solidarité et d’amour. Rien que ça, oui ! Alors effectivement, à la lecture, vous ne découvrirez aucune surprise, il n’est pas fait dans ce but. Et les personnes qui exècrent la sensibilité et l’émotion un peu chamallow n’apprécieront pas certains passages. Mais l’auteur met le doigt sur les dérives humaines, l’individualisation, la surconsommation, le manque de reconnaissance au travail, et le sentiment de solitude qui s’empare de plus en plus de gens de nos jours. Et je suis tellement en accord avec ce qu’il décrit… Il y a quelques années, j’ai tout quitté, j’ai arrêté de me morfondre dans un travail dans lequel je ne me reconnaissais pas. Un événement dramatique a tout précipité (je vous en ai parlé ici il y a quelques mois) et m’a ouvert les yeux, il m’a offert une nouvelle vie, celle dans laquelle j’ai trouvé davantage ma voie et dans laquelle je suis plus heureuse (même si cela peut paraître improbable étant donné que tout cela découle, au départ, d’un événement très douloureux). Je vous raconte cela parce que ce roman résonne en moi et je le pense, en beaucoup d’entre vous. J’imagine que de nombreuses personnes vivent des jours difficiles et ne sont pas heureuses dans leur vie actuelle, qu’elles doivent faire de grands efforts chaque matin pour aller rejoindre un travail qu’elles n’aiment pas ou plus. Et ce roman nous embarque dans ce renouveau tant attendu et dans la ré-humanisation de l’être.

« (…) les gens joyeux sont comme les glaces de l’Antarctique : plus l’humanité avance, moins il y en a. »

Julien Aranda dénonce donc, mais il parsème aussi énormément d’espoir et d’amour. Son écriture est un peu conventionnelle dans les temps qu’il utilise parfois mais elle est bourrée de poésie. C’est un roman qui se lit très facilement, qui vous enveloppe, chapitre après chapitre, de chaleur et de solidarité. Et je crois que l’on a tous envie de vivre de tels moments. Les passages épistolaires m’ont beaucoup plu également, je trouve que c’est toujours un bon moyen de rythmer le récit.

« Il y a des moments dans une vie que l’on n’oublie jamais. De brefs instants pendant lesquels toute la magie du monde concentre son énergie en un lieu bien précis; autour d’un événement, d’une cause ou d’autre chose. Elle tisse sa toile dans l’ombre des choses visibles, dépose un baiser sucré sur nos lèvres, pénètre subtilement nos peaux perméables et remplit nos cœurs d’espérance; elle fait voler en éclats nos certitudes et nos préjugés. »

L’histoire de ce petit-fils qui fait tout pour redonner le goût de vivre à sa grand-mère redonne foi en l’être humain. Dans une époque où la technologie prend le dessus sur l’altruisme, ce récit recentre sur ce qui doit constituer notre priorité, l’Autre et le vivre ensemble. Car aider et aimer son prochain donne un sens à notre propre vie.

« C’est en s’ouvrant aux autres que l’on trouve notre véritable place dans ce monde. »

Alors même s’il donne dans l’émotion, celle-ci fait du bien. Et quand notre âme est un peu sombre, il nous envoie un peu de lumière. Alors, rien que pour cela, merci beaucoup Julien Aranda.

En refermant ce livre, nous nous souvenons que c’est dans la simplicité et l’humanité que nous pouvons vivre heureux, et qu’il appartient à tous de prendre son destin en main.

Un grand merci à NetGalley et à Amazon Publishing pour cette lecture réconfortante. À déguster enroulé(e) dans un plaid, un chocolat chaud dans la main… La saison s’y prête, profitez-en !

NetGalley_Logo

Publicités

Auteur : ducalmelucette

Du calme Lucette est un blog lifestyle, où l'on parle de tout donc, mais avec sincérité.

Une réflexion sur « Lecture : « La simplicité des nuages » de Julien Aranda »

Laisser un petit mot (ou un grand)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s