Lecture : « Représailles » de Hans Koppel [Rentrée littéraire]

Calle Collin, journaliste free-lance, rédige pour un hebdomadaire le portrait de Kent, un adolescent mort des années plus tôt dans un tragique accident. Il rencontre son frère, Mattias, homme de main et amant de Sara, redoutable femme d’affaires mafieuse.
Après avoir lu l’article, Anders Malmberg, célèbre chroniqueur, qui était en classe avec Kent, est choqué. Il décide de rétablir la vérité sur la personnalité de Kent, son harceleur, son pire cauchemar… au risque de provoquer Mattias, et surtout Sara, qui aurait préféré que certains secrets restent enfouis.
Les représailles de la jeune femme, qui seront d’une cruauté proche de la folie, ne font que commencer… Personne ne sera à l’abri.

represailles-photo

Représailles – Hans Koppel

Éditeur : Presses de la Cité (26 janvier 2017)

Pages : 283

Ma note : 3,75/5

Mon avis :

Je suis assez déroutée par ce roman. Annoncé comme un thriller, j’ai moi-même assez de mal à le situer réellement. Entre roman policier, polar et thriller, il chavire les codes et bouscule nos habitudes. J’ai adoré le lire, je l’ai dévoré même mais il y a un je-ne-sais-quoi qui m’a dérangée. Je ne m’attendais pas à ce dénouement, je ne le souhaitais pas peut-être, alors il m’a perturbée, j’ai besoin de le digérer. Pourtant, rien de compliqué dans son contenu. Tiens, d’ailleurs c’est surement cela qui me fait douter un peu. Je m’attendais à un scénario plus tordu, un peu plus psychologique. C’était un peu facile parfois. Et pourtant je l’ai aimé, oui, je n’en ai fait qu’une bouchée. 

Hans Koppel m’a fait passée un très bon moment. Je me suis attachée à Calle, le journaliste sensible en quête de vérité, j’ai aimé suivre l’obstination dévastatrice de Sara, la reine maquerelle calculatrice qui n’a pas froid aux yeux, j’ai adoré ce contraste entre la violence des faits et l’amour entre Calle et David, l’alternance entre familles et gangsters. Mais j’ai aussi la sensation d’inachevé. Les courts chapitres ont défilé, m’ont tenue en haleine, et tout est passé trop vite. Tout ne s’est pas déroulé comme je le voulais et j’aime cela, même si l’auteur m’a désarmée. Je suis le cul entre deux chaises.

J’ai comme l’impression que l’auteur n’a pas sa langue dans la poche, qu’il a profité de son roman pour faire passer quelques messages. C’est la première fois que je le lis, mais c’est ce qui en résulte après avoir refermé Représailles. Était-ce les siennes ? Non, n’exagérons rien. Mais je serai curieuse de lire d’autres de ses romans afin d’appréhender plus précisément son style.

« Les écrivains étaient un triste ramassis de gens bourrés d’espoir, et le pire qui pût leur arriver était précisément que leurs rêves se réalisent. Dans le meilleur des cas, ils obtenaient une poignée de critiques aimables, peut-être des interviews, voire quelques minutes dans un canapé de télévision ; mais ces miettes étaient tellement dispersées dans le temps que leur heure de gloire était déjà passée au moment où ils avaient enfin l’impression d’avoir atteint la notoriété. Quand les médias se détournaient d’eux, ils découvraient pour de bon ce qu’étaient le désespoir et l’amertume. Et plus ils avaient été sous les feux des projecteurs, plus dure était la chute. »

Je suis certaine que ce roman ne fera pas l’unanimité parmi les fans du genre et je serai curieuse de récolter les différents avis, tout cela serait tellement intéressant ! Entre facilités et addiction, Hans Koppel, lui, ne nous facilite pas la tâche. Là où nous serons d’accord je pense, c’est que les pages se tournent à une vitesse fulgurante, et cela constitue pour moi un vrai point fort. Embarquer un lecteur, c’est déjà un bon chemin de fait vers la réussite.

En bref, ce roman policier / polar / thriller regroupe un peu des trois mais n’en approfondit finalement aucun. En revanche, ne vous méprenez pas, j’ai été emportée dans cette folle histoire de vengeance, de violence et d’amour. Des facilités, certes. Le temps qui file beaucoup trop vite, assurément. À vous de vous faire votre propre avis sur ces Représailles déroutantes.

Un grand merci à Anne des Éditions Presses de la Cité pour cette lecture saisissante et troublante.

Logo Presses de la cité

Publicités

Auteur : ducalmelucette

Du calme Lucette est un blog lifestyle, où l'on parle de tout donc, mais avec sincérité.

5 réflexions sur « Lecture : « Représailles » de Hans Koppel [Rentrée littéraire] »

Laisser un petit mot (ou un grand)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s