Lecture : « On regrettera plus tard » d’Agnès Ledig

Cela fait bientôt sept ans qu’Éric et sa petite Anna-Nina sillonnent les routes de France. Solitude choisie. Jusqu’à ce soir de juin, où le vent et la pluie les obligent à frapper à la porte de Valentine. Un orage peut-il à lui seul détourner d’un destin que l’on croyait tout tracé ?

On regrettera plus tard – Agnès Ledig

Éditeur : Albin Michel (2016)

Pages : 311

Ma note : 4,25/5

Mon avis :

Dans On regrettera plus tard, on retrouve la plume douce et pleine d’humanité d’Agnès Ledig. Ses « romans doudous » nous font toujours passer un délicieux moment de lecture. 

J’avais beaucoup aimé Juste avant le bonheur même en présence de certaines facilités et exagérations. Ici, pour mon plus grand plaisir, ces petits défauts ne sont plus. Mais les émotions restent et j’ai pu reprendre une bonne dose d’altruisme.

En effet, Valentine et Éric sont deux adultes au passé douloureux, deux passés différents mais qui pèsent tout autant sur leurs présents respectifs. Alors quand ils se rencontrent, leur relation n’augure pas des jours simples et convenus. C’est un orage qui va les obliger à tout bousculer, à remettre en question leurs certitudes, leurs doutes mais aussi leurs plus profondes envies.

L’écriture de l’auteure est encore une fois pleine de sincérité et de bienveillance. Elle dégage beaucoup de chaleur humaine, et la pétillante et attachante fille d’Éric, Anna-Nina, sept ans, apporte une véritable tendresse au récit. Elle constitue le trait d’union des deux âmes égarées adultes qui l’entourent. Reste à savoir si elle arrivera à attacher et nouer entre eux les fils qui les lient désormais.

« Nous sommes tous des petits morceaux d’univers.
Anna-Nina est une jolie petite galaxie que je n’imagine plus trop voir repartir. Ce serait une explosion terrible dans ma voûte céleste à moi. »

En parallèle de cette histoire s’en déroule une autre, en 1944, et on ne sait pas bien où peut être le lien entre elles deux. Au fur et à mesure des chapitres – qui passent à vitesse grand V -, nous sommes émus également par ce récit en pleine guerre et quand l’on découvre ce qui le relie à nos protagonistes principaux, une belle émotion nous submerge. Du moins, cela a été mon cas et je ne m’y attendais pas. J’ai ressenti une forte compassion m’envahir et j’avais les larmes au bord des yeux. Non pas de tristesse, mais d’affection.

Ce roman n’est pas triste, il n’est pas gnan-gnan, il n’est pas ultra romancé, il est emprunt des grandes valeurs humaines que j’ai déjà mentionnées plus haut. L’amitié est en toile de fond de la thématique de l’amour. J’ai aimé lire le soutien indéfectible entre deux êtres, les épreuves du cœur qu’ils subissent et qu’ils tentent de surmonter. J’ai aimé aussi le rapport au deuil, thème cher à l’auteure et qui est aussi le mien ; en cause, nos passés communs, si je peux me permettre. Et j’ai aimé cette boule de dévouement, de gentillesse et de compréhension qui se dégage d’un récit fluide et juste.

La vie n’est pas rose et les épreuves sont autant de montagnes desquelles on apprend beaucoup quand on prend le temps de les gravir, à notre rythme et en pleine conscience. Mais les hésitations et la peur sont légitimes, la peur de refaire les mêmes erreurs, la peur de revivre les mêmes douleurs, la peur de regretter. Et c’est ce que ce roman nous raconte : la vie doit être plus forte que les blessures. On peut surmonter les épreuves. On peut même apercevoir un bel avenir s’il on ouvre grand les yeux mais aussi le cœur.

« La gueule de bois donne parfois un goût amer à la fête.
Et pourtant, on la fait quand même, en se disant qu’on regrettera plus tard. »

Je vous recommande ce roman si vous aimez les histoires humaines, tout simplement. Vous ne serez pas atterrés, époustouflés, bouches bées, mais vous aurez chaud au cœur et c’est très agréable. Comme moi, vous vous lèverez peut-être en cours de lecture pour serrer dans vos bras la personne qui partage votre vie. Ou si vous vivez seul(e), vous aurez certainement très envie de tout faire pour que cela change, en commençant par vous tourner vers vous-même afin de vous sentir au mieux pour appréhender la vie, à votre rythme. De mon côté, je me rue sans transition sur la suite, De tes nouvelles, parue en début de mois. Et je vous en parle très vite !

Publicités

Auteur : ducalmelucette

Du calme Lucette est un blog lifestyle, où l'on parle de tout donc, mais avec sincérité.

4 réflexions sur « Lecture : « On regrettera plus tard » d’Agnès Ledig »

Laisser un petit mot (ou un grand)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s