Lecture : « Sous la même étoile » de Dorit Rabinyan

Tout commence par le froid glacial d’un hiver à New York et tout se termine sur le sable brûlant des plages de Jaffa.

Le hasard a fait se rencontrer et s’aimer une femme et un homme qui ne se seraient jamais adressé la parole dans d’autres circonstances. La femme, c’est Liat, une Israélienne dévorée par une nostalgie profonde de Tel Aviv. L’homme, c’est ‘Hilmi, un peintre palestinien originaire de Ramallah.

À New York, espace neutre hors du temps et de la politique, Liat et ‘Hilmi décident de s’immerger, le temps d’un hiver, dans un amour impossible. Commence alors une vie commune dont la date d’expiration se rapproche chaque jour un peu plus. Dans cet univers clos qu’ils se sont créé, Liat et ‘Hilmi ont décidé d’ignorer les à-côtés, les différences et les fissures. Mais la réalité finit toujours par s’imposer…

Après s’être retrouvé au cœur d’une controverse en Israël, Sous la même étoile a connu un immense succès populaire et a été salué par les plus grands.

Sous la même étoile – Dorit Rabinyan

Éditeur : Les Escales (2 mars 2017)

Pages : 391

Ma note : 3,75/5

Mon avis :

Sous la même étoile est un titre tellement bien choisi, parce que nous sommes tous issus du même monde, du même univers, mais que parfois, la politique et la religion, les guerres, les conflits d’intérêt (et j’en passe) nous séparent. Comme Liat et ‘Hilmi qui, s’ils ne s’étaient pas rencontrés par hasard à New-York, ne se seraient même pas parlés en temps normal. Elle, habitante d’Israël, lui, de Palestine, tous deux au cœur d’un conflit qui ne cesse de gronder, vivant sous la même étoile mais implacablement séparés par les frontières. Alors, le temps d’une existence en espace neutre, ils ont décidé de s’aimer. Sous le ciel de New-York. 

C’est un roman terriblement intéressant parce que l’on vit le conflit de l’intérieur. Ainsi, chacun campe souvent sur ses positions, même si parfois l’un ou l’autre cède, s’ouvre. Les corps s’embrasent mais l’esprit impose régulièrement sa raison. C’est un amour rude, passionné et compliqué qui s’inscrit ici et nous sommes spectateurs de la difficulté de gérer une culpabilité, une crainte, une honte même, d’avoir choisi la mauvaise personne, celle qui ne correspond pas à l’idéal de la famille, celle qui bouscule les codes mais aussi les mentalités.

« Et à nouveau, je me souviens de ce que j’ai pensé avant de basculer dans le sommeil. Combien il allait être dur de ne pas tomber amoureuse de lui. Comment cela pourrait même s’avérer impossible, voire risqué, de m’obstiner à lui résister, de fermer mon cœur à cet homme étrangement délicat, à la nuit que nous avions passée, au lieu de m’y abandonner. Oui, juste avant de m’endormir, enveloppée par son souffle, je m’étais dit combien ce serait dangereux, compliqué ; d’ailleurs, si je n’y veillais pas, je pouvais tomber amoureuse de lui sur-le-champ, avais-je aussi songé, ou même tomber tout court, à cet instant précis, vraiment. »

L’écriture de Dorit Rabinyan, auteure israélienne, est emprunte de poésie, de sincérité, de neutralité et de finesse effectivement. Malheureusement, j’ai parfois trouvé que l’histoire partait dans tous les sens, que les pensées se mélangeaient ou se succédaient abruptement, ce qui m’a fait ressentir des longueurs, et même un manque d’intérêt pour certains passages. Les chapitres souvent longs n’ont pas aidé non plus à dynamiser l’ensemble, ils m’ont essoufflée. En revanche, les derniers 10 % du roman sont sublimes, truffés de poésie et d’onirisme malgré un sujet ténébreux. Les derniers chapitres sont courts et nous offrent un final éblouissant. Si tout le livre avait été construit et écrit de cette façon, cela aurait été une pure merveille !

« Mais le mois prochain, en été, ‘Hilmi sera à Ramallah, et moi, demain, je serai en Israël, à Tel Aviv. Seuls soixante-dix kilomètres et quelque nous sépareront, un voyage d’une heure et demie en tout. Pourtant, c’est à peine si nous en parlions, car nous savions qu’en dépit de cette proximité, nous ne pourrions pas nous retrouver là-bas. Nous savions qu’entre les deux points où nous nous tiendrions, ce n’était pas une simple ligne de démarcation qui passerait, mais une voie semée d’obstacles, dangereuse pour moi, infranchissable pour lui. Or c’était comme si ce savoir muet, l’acceptation d’un tel état de fait et la légèreté avec laquelle nous évitions le sujet prouvaient que ces futurs barrages se dressaient d’ores et déjà, ici, entre nous. »

Elle a su également retranscrire les ambiances, les saisons, nous plonger dans les paysages enneigés de New-York mais aussi nous embarquer sur les terres brûlantes d’Israël et de Palestine. C’est un roman que l’on lit avec émotion, doucement mais profondément.

En bref, je suis assez mitigée concernant ce roman même si j’ai adoré certains chapitres et passages ainsi que le thème même qui est traité avec réalisme et neutralité. C’est un roman très intéressant dont l’existence me comble car il permet d’appréhender le conflit israélo-palestinien d’une façon bien plus humaine que ce dont nous avons l’habitude à travers les médias. Je comprends facilement qu’il ait pu faire l’objet de polémiques en Moyen-Orient… Mais bousculer une guerre avec de l’amour est tout à l’honneur de l’auteure et je l’en félicite sincèrement. Ce roman mérite d’être lu et compris par le plus grand nombre.

Je remercie grandement les Éditions Les Escales pour cette lecture qui marque les esprits.

Publicités

Auteur : ducalmelucette

Du calme Lucette est un blog lifestyle, où l'on parle de tout donc, mais avec sincérité.

7 réflexions sur « Lecture : « Sous la même étoile » de Dorit Rabinyan »

  1. Coucou, je lis ton avis car je suis en train de le lire. Je ressens les longueurs et parfois je me perds. J’ai l’impression que l’auteure passe du coq à l’âne où s’attarde sur des moments inutiles. Je me demandais justement si je pouvais m’attendre à une fin plus passionnante. Ton avis me rassure et me motive !

    Aimé par 1 personne

Laisser un petit mot (ou un grand)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s