Lecture : « Hanna » de Laurence Peyrin

Pour oublier les périls qu’a surmontés son couple, Hanna a quitté l’Irlande et ouvert à New York une librairie/salon de thé dont le succès n’est qu’un début. Mais si l’avenir semble son unique préoccupation, c’est le passé qui hante Hanna. Eleanor, d’abord, gazouillant bébé de 6 mois dont la présence lui rappelle sans cesse un amour sacrifié… Et puis Zelda, la vieille dame à l’identité mystérieuse dont le souvenir solaire vient souvent la visiter.
Il suffira d’un impromptu retour en terre natale pour, d’un souffle, écrouler le château de cartes qu’est devenue sa vie… Et rebondir à nouveau.

Hanna – Laurence Peyrin

Éditeur : Pocket (6 avril 2017)

Pages : 316

Ma note : 4,25/5

Mon avis :

La lecture de La Drôle de vie de Zelda Zonk a été un plaisir – rappelez-vous – et cette suite, Hanna, est de nouveau un bonheur. Vous ne pouvez pas passer à côté du deuxième tome si vous avez apprécié le premier, vraiment. Il répondra aux interrogations que vous aurez éventuellement gardées en refermant le premier opus. 

Ce roman est également un ravissement puisque l’écriture de Laurence Peyrin est toujours aussi délicieuse, l’histoire est humaine, et nous avalons les chapitres sans nous en rendre compte.

« L’amour et la peur qu’on a pour les gens ne doivent pas les déposséder de leur vie. De leur envie de se mettre en danger, parfois. On a tous droit à nos tempêtes. »

On retrouve Hanna et sa famille, ses amours, ses doutes mais désormais elle prend davantage son destin et sa vie en mains.
Zelda Zonk reste la toile de fond de cette histoire romanesque, sauf que dorénavant, les mystères de la vieille dame finissent par s’éclaircir.
C’est pourquoi vous ne pouvez pas lire l’un et pas l’autre. Ces deux romans se complètent formidablement bien et Hanna est un véritable rafraîchissement.

« Ce type est un mystère (…) comme le fantasme qui l’a mis au monde. »

Il est beaucoup question d’amour, de famille et de filiation. L’évolution du couple est au centre du roman ainsi que les épreuves qu’il peut rencontrer, mais aussi la passion nouvelle qui peut tout remettre en question. On peut aisément retrouver un peu de soi dans cette histoire, à travers les difficultés rencontrées mais aussi via un chemin qui se trace devant nous, voie que l’on choisit d’emprunter ou non.

Les relations au sein même de la famille sont également mises en exergue, encore plus que dans le premier tome. Les liens filiaux sont bien développés et nous plongent dans le questionnement identitaire des personnages.

Je dirai donc que la surprise est évidemment moindre dans cette suite, mais que le fonds est davantage creusé. J’ai beaucoup apprécié ce roman, tout comme j’avais aimé découvrir la mystérieuse Zelda Zonk dans le premier opus. Ici, la vieille dame hante toujours les pages et révèle ses secrets. Elle nous offre une jolie histoire de vie dans laquelle l’amour n’est pas un long fleuve tranquille, dans laquelle les décisions sont difficiles à prendre, et dans laquelle on retrouve beaucoup de vérités.

Souvent, il faut laisser parler son cœur et suivre les signes du destin.

« Les mots étaient trop grands pour elle, n’avaient aucun sens, se catapultaient au-dessus de son champ de ruines. Ses jambes l’abandonnèrent et elle se sentit glisser. »

Je remercie beaucoup Emmanuelle des Éditions Pocket pour l’envoi de ce roman !

Publicités

Auteur : ducalmelucette

Du calme Lucette est un blog lifestyle, où l'on parle de tout donc, mais avec sincérité.

2 réflexions sur « Lecture : « Hanna » de Laurence Peyrin »

Laisser un petit mot (ou un grand)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s