Lecture : « La ferme du bout du monde » de Sarah Vaughan

Cornouailles, une ferme isolée au sommet d’une falaise. Battus par les vents de la lande et les embruns, ses murs abritent depuis trois générations une famille… et ses secrets.
1939. Will et Alice trouvent refuge auprès de Maggie, la fille du fermier. Ils vivent une enfance protégée des ravages de la guerre. Jusqu’à cet été 1943 qui bouleverse leur destin.
Été 2014. La jeune Lucy, trompée par son mari, rejoint la ferme de sa grand-mère Maggie. Mais rien ne l’a préparée à ce qu’elle y découvrira. Deux étés, séparés par un drame inavouable. Peut-on tout réparer soixante-dix ans plus tard ?

La ferme du bout du monde – Sarah Vaughan

Éditeur : Préludes (5 avril 2017)

Pages : 445

Ma note : 3,75/5

Mon avis :

Un récit au cœur des Cornouailles et des secrets de famille, une nature sauvage et des mystères gardés entre les murs de cette vieille ferme retirée, voilà ce que contient ce roman rural et familial. 

J’aime beaucoup les histoires qui donnent la part belle aux paysages et qui, par conséquent, nous offrent une sensation d’évasion et nous plongent profondément dans un décor. Ici, c’est résolument le cas et j’ai beaucoup apprécié cet aspect. De même que je me suis attachée à Maggie, ce personnage dont les secrets rongent l’âme en peine. Nous la suivons dans les années 40 puis de nos jours afin de découvrir peu à peu ce qui pèse sur sa famille. J’ai parfois trouvé le déroulement un peu long avec l’impression que l’on tournait autour du pot ou que certains chapitres n’étaient pas toujours nécessaires et faisaient durer le suspense inutilement. Heureusement, l’écriture est agréable et je n’ai pas peiné tant que cela au bout du compte.

Nous suivons Maggie à la fin de son adolescence, à l’orée de l’âge adulte, puis à presque 90 ans. Nous découvrons cette jeune femme passionnée qui travaille à la ferme familiale mais que sa sévère mère destine à un avenir plus grand et brillant. La guerre est aussi très présente dans le roman et l’arrivée de Will et Alice à la ferme, deux jeunes réfugiés frère et sœur, va chambouler le destin. Arrivée dans les dernières années de sa vie, Maggie repense toujours à cette époque qui fut lumineuse mais aussi dramatique. L’espoir et la peine ne semblent pas l’avoir quittée toutes ces années. Au fil de la découverte de son secret, j’ai ressenti beaucoup d’empathie pour elle, mais aussi de la frustration en sachant que tout cela était un immense gâchis, qu’il en aurait fallu peu pour que cette femme ait une toute autre vie. Les révélations ne sont pas d’une grande originalité mais elles vous prennent au cœur. Jusqu’aux dernières lignes, on espère, et la fin clôt de belle façon toute cette intrigue.

C’est une histoire de relations humaines, de conflits intérieurs et de non-dits qui empoisonnent l’existence. L’auteure nous emmène sur une fausse piste au départ, puis l’étau se resserre doucement afin de nous amener sur le bon chemin. En parallèle, nous suivons Lucy, la petite fille de Maggie, qui connaît une période difficile dans son couple et au travail. Elle passera l’Été à la ferme pour fuir les soucis londoniens et se ressourcer. Les femmes tiennent en effet une place importante dans le roman et si la ferme a gardé longtemps le poids de drames, elle saura aussi guérir certains maux.

C’est un roman assez complet qui nous sert une histoire finalement peu singulière mais touchante et authentique. De fait, les tâches agricoles, le lien qui unit les Hommes et les animaux, la guerre, les relations familiales, le poids de la société mais aussi celui des non-dits, les paysages sauvages, les éléments qui se déchaînent parfois, ainsi que la difficulté de faire vivre une ferme de nos jours sont développés avec justesse et sincérité. L’écriture fluide de l’auteure et l’attachement à certains personnages font que cette saga familiale est agréable à lire malgré quelques petites longueurs. À découvrir !

Un grand merci aux Éditions Préludes pour cet envoi !

Publicités

Auteur : ducalmelucette

Du calme Lucette est un blog lifestyle, où l'on parle de tout donc, mais avec sincérité.

3 réflexions sur « Lecture : « La ferme du bout du monde » de Sarah Vaughan »

Laisser un petit mot (ou un grand)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s