Lecture : « Le chemin des fugues » de Philippe Lacoche [Rentrée littéraire 2017]

À soixante ans, Pierre Chaunier est un journaliste à l’ancienne, incurable nostalgique du monde d’avant. Hussard rouge, il porte à la boutonnière sa nostalgie des Trente Glorieuses et son dégoût des nouvelles technologies. Récemment quitté par une jolie chanteuse, Pierre pensait s’en sortir à coups de Prozac. Peine perdue. Il s’est remis à la Pucelle, une bière pression artisanale, a découvert les vins bio. Des cuites entre copains suivent. Des conquêtes d’un soir apparaissent. Une rencontre fulgurante avec l’Orangée de Mars, envoûtante dame brune, n’en finit pas de hanter le narrateur. Mais dans les aubes blêmes de sa chère Picardie, les réveils de Pierre sont de plus en plus difficiles…

Le chemin des fugues – Philippe Lacoche

Éditeur : Éditions du Rocher (à paraître le 23 août 2017)

Pages : 316

Ma note : 3/5

Mon avis :

Quand j’ai reçu le mail des Éditions du Rocher, je me suis dit que ce roman pouvait me plaire mais aussi me correspondre sur plusieurs points, et notamment concernant le ras le bol des nouvelles technologies. Effectivement, notre cher Pierre Chaunier est au bout du rouleau, il n’en peut plus de ce logiciel informatique de mise en page du Journal qui lui en fait voir de toutes les couleurs. Il rêve d’un retour dans le passé option machine à écrire et encre sur les doigts. Et miracle, son rêve va se réaliser ! Bon, je ne suis pas aussi radicale et aussi nostalgique que lui (je suis aussi plus jeune), mais c’est un sentiment que je peux tout à fait comprendre. Et donc, lors de ses réflexions, de ses énervements contre la société de consommation, mais aussi lors de ses envies d’un recul en arrière, j’ai facilement pu m’attacher au personnage, d’une certaine manière.

Mais Pierre Chaunier boit aussi, beaucoup, et je suis presque tombée dans un coma éthylique à sa place lors de ma lecture. Et j’avoue avoir un peu de mal avec cela, tout comme je suis écœurée de voir fumer intensivement un acteur dans un film… Toutefois, ses relations sincères en amitié m’ont touchée, même si elles se déroulent quasiment constamment dans un bar (ou dans une sorte de Centre de désintoxication loufoque).

C’est la France rurale au temps des copains, c’est le café du coin, ce sont les souvenirs des Trente Glorieuses, époque regrettée en plein libéralisme, c’est le quotidien antédiluvien de quelques personnages fragilisés par la vie que nous offre à lire Philippe Lacoche.

Il y aussi cette apparition féminine, l’Orangée de Mars, celle qui restera présente au fil des chapitres et qui apporte un petit côté mystique au récit. On se demande si Pierre Chaunier va réellement rencontrer la belle brune un jour, s’il on va finir par assister à un happy end ou non. Mais attention, pas de romantisme ici ! Notre jeune senior, malgré ses rêves de l’apparition flamboyante, ne va pas se gêner à succomber aux conquêtes d’un soir. Alors on se demande bien comment ce personnage fragile, en proie aux vices, va bien pouvoir s’en dépêtrer, et s’il en a réellement envie d’ailleurs, ou le courage.

C’est un roman qui se lit facilement et qui réserve de belles surprises dans son écriture, mais je n’ai pas été transcendée par son histoire. J’ai eu envie de secouer le personnage principal à plusieurs reprises, de le faire revenir à la vie si je puis dire. L’ambiance est quand même très nostalgique et alcoolisée et j’en ressors avec une pointe de déprime, en exagérant un peu. Ce que je veux dire, c’est que ce n’est pas le genre de roman qui fait du bien, voyez-vous. Même s’il n’est pas dans la négativité ou la noirceur la plus totale, j’en garde un petit goût de désillusion et de mélancolie. Je suis donc ravie d’avoir pu découvrir cet auteur dont la plume directe mais toutefois emprunte d’une certaine poésie m’a plu. Mais je reste un peu sur ma faim.

Merci à Laurence des Éditions du Rocher pour cette lecture !

Publicités

Auteur : ducalmelucette

Du calme Lucette est un blog lifestyle, où l'on parle de tout donc, mais avec sincérité.

1 réflexion sur « Lecture : « Le chemin des fugues » de Philippe Lacoche [Rentrée littéraire 2017] »

Laisser un petit mot (ou un grand)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s