Lecture : « 13 à table ! » Édition 2018 [Les Restaurants du cœur]

13 à table !
pour célébrer l’amitié

Françoise BOURDIN * Michel BUSSI * Maxime CHATTAM * Adélaïde de CLERMONT-TONNERRE * François d’EPENOUX * Éric GIACOMETTI et Jacques RAVENNE * Karine GIEBEL * Christian JACQ * Alexandra LAPIERRE * Marcus MALTE * Agnès MARTIN-LUGAND * Romain PUÉRTOLAS * Leïla SLIMANI

Illustration de Sempé

13 à table ! 2018 – Collectif d’auteurs

Éditeur : Pocket (2 novembre 2017)

Pages : 283

Ma note : 4/5

Mon avis :

13 à table ! est de retour et c’est encore avec grand plaisir que je me suis procurée la nouvelle édition. C’est une bien jolie action que je ne louperai sous aucun prétexte chaque année. 13 nouvelles à déguster sans modération !  Lire la suite

Rentrée littéraire Janvier 2018 : Mes repérages #2

Je vous ai déjà donné une première liste des romans que j’ai repérés en cette période de rentrée littéraire. Voici donc la deuxième partie. N’hésitez pas à me donner vos envies en commentaire en bas d’article et à m’indiquer lesquels de ces romans vous interpellent.

***

Larmes blanches de Hari Kunzru
JC Lattès – 10/01/18 – 300 pg

Carter et Seth, âgés d’une vingtaine d’années, appartiennent à des mondes opposés. Le premier est l’héritier d’une grande fortune américaine, l’autre est un misfit social sans le sou, timide et maladroit. Ils forment un tandem uni par une passion commune, la musique, qu’ils écoutent dans leur studio. Seth, obsédé par le son, enregistre par hasard un chanteur de blues inconnu dans Washington Square. Carter, enthousiasmé par la mélodie, l’envoie sur Internet, prétendant que c’est un disque de blues des années 20, un vinyle perdu depuis longtemps, œuvre d’un musicien obscur, Charlie Shaw.
Lorsqu’un vieux collectionneur les contacte pour leur dire que leur faux musicien de blues a réellement existé, Seth accompagné par Leonie, la sœur de Carter, partent dans le Mississippi sur les traces de ce personnage.
Découvrir tout le listing

Rentrée littéraire Janvier 2018 : Mes repérages #1

Nous voici déjà à l’aube de la parution des premiers romans de cette rentrée littéraire 2018. Encore une fois, j’ai repéré une belle liste que j’aimerai partager avec vous. Voici donc la première partie d’entre eux. N’hésitez pas à me donner vos envies en commentaire en bas d’article et à m’indiquer lesquels de ces romans vous interpellent.

***

Lumière noire de Lisa Gardner
Albin Michel – 3/01/18 – 503 pg

472 jours : c’est le temps qu’a passé Flora aux mains de son bourreau. 472 jours plongée dans un abîme de ténèbres, à n’espérer qu’une chose : survivre.  Découvrir tout le listing

Lecture : « Le charmant cottage d’Amelia » de Abby Clements

Alors qu’elle s’apprête à fêter ses trente ans, Amelia retrouve dans un vieux carton une liste de vœux qu’elle s’était promis de réaliser. Même si elle a déjà accompli bon nombre d’eux – comme épouser Jack ou nager avec des dauphins -, un souhait la laisse songeuse : vivre à la campagne.
Troublée par ces quelques mots ressurgis du passé, Amelia s’interroge : ne serait-il pas temps, pour Jack et elle, de quitter leur petit appartement londonien ?
La jeune femme est loin d’imaginer que son rêve de cottage fleuri, perdu dans la campagne anglaise, risque à tout moment de bouleverser sa vie.

Le charmant cottage d’Amelia – Abby Clements

Éditeur : Prisma (Octobre 2016)

Pages : 327

Ma note : 4/5

Mon avis :

Dernière lecture 2017, première chronique 2018 !

Pour finir l’année, j’ai voulu lire un roman qui fait du bien sans pour autant être naïf ou gnangnan. Alors pour commencer 2018 en douceur, voici ma chronique concernant Le charmant cottage d’Amelia. Qui sait, acheter une maison à rénover, peut-être est-ce un de vos souhaits pour cette nouvelle année ? En tout cas, je vous souhaite tout le meilleur et vous remercie de me suivre depuis 2 ans. D’ailleurs, j’aurai une surprise pour vous ce mois, mais chuuut 😉

Ce roman est un peu un doudou qui finit par réchauffer le cœur. C’est un roman qui résonne en moi puisque nous avons, nous aussi, rénové toute notre maison. Je m’y suis donc vraiment intéressée, je connais les difficultés et les petits sacrifices que cela demande même si au final c’est un vrai bonheur. Évidemment, on doit le lire en tant que chick-lit, en toute connaissance de cause. Ce genre ne plaît pas à tout le monde, c’est certain, mais personnellement j’aime les histoires réconfortantes de temps en temps. Même si finalement tout ne se passe pas si facilement dans le charmant cottage de la campagne londonienne.  Lire la suite