Lecture : « Le jour où tout bascule » d’Édouard Moradpour (Rentrée littéraire Janvier 2019)

« J’étais matérialiste. Je ne croyais qu’en ce que je voyais. L’âme était une invention des religions et il n’y avait rien après la mort, rien que le néant. Pas de « vie » après la vie, le vide, comme une nuit sans rêves. Je ne croyais pas non plus à l’amour et pensais être incapable d’aimer, d’avoir réellement de l’amour pour l’autre ; en avais-je pour moi ? Et puis survint la tragédie. Le 26 juin 2008, ma compagne Elena avec qui je vivais depuis sept ans à Moscou se suicidait dans notre appartement.

Je me sens maintenant assez fort pour vous raconter l’itinéraire de mon « Éveil » vers la Spiritualité : celui que j’étais et celui que je suis. Je veux témoigner, partager ce tournant de ma vie. Expliquer comment cette épreuve m’a ouvert les yeux et m’a apporté la Lumière, malgré les heures les plus sombres de mon existence. » 

L’auteur livre un récit personnel et sincère, dans lequel il explore les thèmes du couple, du deuil, de la culpabilité après le suicide de sa compagne, et comment il a surmonté cette épreuve. Il revient sur ses expériences « mystiques » avec de grands médiums, qu’il décrit avec lucidité ; au départ très sceptique, il a été amené à changer sa vision de « l’après », et par là-même celle du mystère de la vie et de l’origine de l’univers.

Le jour où tout bascule – Édouard Moradpour

Éditeur : Fauves (à paraître au 31 janvier 2019)

Pages : 217

Ma note : 3,75/5

Mon avis :

J’ai déjà lu plusieurs romans d’Édouard Moradpour (« Le Mausolée« , « Nous parlions d’amour de peur de nous parler d’autre chose« , « Les dix plaies de la Russie« , « Moi, Édouard, vieux garçon, maniaque et fier de l’être« ) donc quand on m’a proposé ce livre, qui va paraître dans quelques jours, j’étais complètement partante pour le découvrir. D’autant plus que la quatrième de couverture a su attirer mon attention, de par sa thématique ésotérique.  Lire la suite

Publicités

Lecture : « Le parfum du bonheur est plus fort sous la pluie » de Virginie Grimaldi

« Je veux qu’on divorce. »
Il aura suffi de cinq mots pour que l’univers de Pauline bascule.
Installée avec son fils de quatre ans chez ses parents, elle laisse les jours s’écouler en attendant que la douleur s’estompe. Jusqu’au moment où elle décide de reprendre sa vie en main.
Si les sentiments de Ben se sont évanouis, il suffit de les ranimer.
Chaque jour, elle va donc lui écrire un souvenir de leur histoire. Mais cette plongée dans le passé peut faire resurgir les secrets les plus enfouis.

Le parfum du bonheur est plus fort sous la pluie – Virginie Grimaldi

Éditeur : Le Livre de Poche (2 mai 2018)

Pages : 409

Ma note : 4,75/5

Mon avis :

J’avais aimé son premier roman, Le premier jour du reste de ma vie, léger et bienfaisant. J’avais davantage aimé son deuxième, Tu comprendras quand tu seras plus grande, car plus abouti et encore plus humain. Aujourd’hui, je dois vous dire que j’ai adoré son troisième roman !  Lire la suite

Lecture : « À même la peau » de Lisa Gardner (Rentrée littéraire janvier 2019)

Deux meurtres spectaculaires sont perpétrés à Boston à six semaines d’intervalle. Dans les deux cas, les victimes sont des femmes seules, atrocement mutilées, à côté desquelles l’assassin a déposé une rose.

L’inspectrice D.D. Warren, chargée de l’enquête, décèle vite une similitude entre ces mises en scène macabres et une longue série de meurtres ayant défrayé la chronique à Boston quarante ans plus tôt et dont l’auteur, Harry Day, s’est suicidé depuis.

Seul recours pour D.D. Warren : se rapprocher des deux filles de Harry Day. Se pourrait-il qu’il y ait un lien entre les récents crimes et Shana et Adeline ? Pour le savoir, D.D. Warren va devoir se confronter à cette interrogation : peut-on échapper à son destin lorsqu’il est marqué du sceau de la mort ?

À même la peau – Lisa Gardner

Éditeur : Albin Michel (2 janvier 2019)

Pages : 512

Ma note : 4/5

Mon avis :

Un mystérieux tueur à la rose sévit à Boston avec pour particularité la mutilation précise et pointilleuse de ses victimes féminines, ce qui n’est pas sans rappeler un fameux tueur en série d’il y a quarante ans, Harry Day. S’agit-il d’un fan qui procède par imitation ?  Lire la suite

Mon top de mes lectures en 2018

En 2018, 6 romans m’ont particulièrement touchée. De différentes façons, sur différents sujets, et c’est justement cela la richesse des livres.

Retrouvez toutes mes lectures 2018 dans mon index.

★ ☆ ★

Changer l’eau des fleurs de Valérie Perrin

Un roman furieusement humain sur l’amour et l’amitié, qui met en avant les belles rencontres qui jalonnent la vie. On en ressort le cœur gonflé à bloc, du bonheur. Ma chronique ici.

★ ☆ ★

La Grande Roue de Diane Peylin

Un merveilleux roman qui affronte avec intelligence et psychologie un sujet difficile qui touche des centaines de milliers de femmes chaque année. Diane Peylin a un style tellement reconnaissable, et c’est pour moi la force des bons écrivains. Ma chronique ici.

★ ☆ ★
Découvrir la suite