Lecture : « Pater dolorosa » de Jérémie Szpirglas

Pour l’immense majorité des futurs parents, la grossesse, nimbée d’une aura magique, est synonyme de bonheur et de plénitude. Pour quelques-uns en revanche, les mauvaises nouvelles s’enchaînent au fil des examens médicaux, et le prodige tourne au cauchemar.

D’une écriture alliant sensibilité et audace stylistique, Jérémie Szpirglas retrace cette épreuve, traversée avec sa famille. Donnant le point de vue rarement entendu d’un père, il raconte leur histoire pour tous ceux qui font ou feront un jour face au deuil périnatal. Dans cette enquête intérieure précise et sincère, il partage également la douleur lancinante, la culpabilité, la résignation et les doutes incessants. Comment le couple, la famille, peuvent-ils y survivre ? Comment envisager une nouvelle grossesse, sachant qu’elle peut à son tour se solder par un deuil ?
Un récit fiévreux et poétique, qui suit au jour le jour les tourments d’un couple dans la tempête.

Pater dolorosa – Jérémie Szpirglas

Éditeur : Le Passeur (14 mars 2019)

Pages : 222

Ma note : 4,25/5

Mon avis :

Le deuil périnatal. Comment pouvais-je ne pas désirer lire ce roman, moi qui l’ai vécu. Même si la cause n’est pas la même que celle de Jérémie Szpirglas et sa femme, la douleur reste la même, et le séisme qui lézarde le couple aussi. C’est donc avec beaucoup d’empathie que je me suis plongée dans ce récit, celui du point de vue de l’homme, du père.

L’air est plus dense autour de toi. Il semble trembler et vibrer comme au-dessus du bitume par forte chaleur. Je ne peux plus refermer mes bras autour de tes épaules. Je ne peux plus te serrer contre moi. Non que tu m’en empêches, mais ce revers muet et entêté qu’inconsciemment tu m’opposes quand ma tendresse si douloureuse voudrait s’ouvrir à toi.
Je te vois face à moi, me repoussant de tes bras blancs. Livide, la face luisante de pleurs et de fatigue, à force d’insomnies.

Si la Mater dolorosa est généralement la plus abordée, la douleur du père issue de la perte d’un enfant est nettement moins dépeinte. Ce roman est très intéressant en cela. Jérémie Szpirglas nous confie ses joies, ses doutes, ses peines, sa culpabilité. Il raconte avec une certaine poésie ce qu’il advient lorsque l’on doit prendre la plus terrible des décisions. Et d’ailleurs, sommes-nous certains d’avoir pris la bonne ? Comment vivre avec ce doute, cette peine au quotidien ? Comment le couple peut-il continuer à perdurer alors que la vie ne sera plus jamais la même ? Comment arriver à se reconstruire ?

Pater dolorosa n’est pas là pour répondre à ces questions, les émotions de chacun étant bien différentes et les façons de les vivre également. Mais il est une confidence d’un père qui au fil du temps réapprend à vivre avec ce cataclysme qui s’est abattu sur sa famille. La tendresse avec laquelle il parle de sa femme et de sa douleur dans l’épreuve est très belle. Nous ressentons tout l’amour qu’il lui porte mais aussi la difficulté à rester sur la même longueur d’onde, étant donné celle de choc qui s’abat soudainement dans leur vie. En effet, il est courant qu’elle détruise tout sur son passage, mais heureusement le couple peut aussi y survivre. La lumière réapparaît doucement au bout du tunnel et une renaissance est possible. C’est également ce message que le roman délivre.

Un léger bémol serait l’écriture, audacieuse certes, mais qui a tendance à mettre des freins à la fluidité du récit. Je parle de la typographie qui change, de la taille de la police qui augmente ou diminue dans la même phrase. Et non de la façon de raconter qui elle, est très agréable.

C’est un roman plein d’émotions qui raconte avec justesse les étapes douloureuses qui accompagnent l’Interruption Médicale de Grossesse. Sans pathos mais avec poésie et amour, nous sommes spectateurs du lourd choix du couple, des rendez-vous médicaux, de la détresse, du doute qui persiste mais aussi de l’espoir d’une nouvelle grossesse qui illuminerait l’avenir. Un récit dur et tendre à la fois.

Un grand merci à Babelio pour cette lecture dans le cadre de la Masse Critique Littératures mais aussi aux éditions Le Passeur.

Auteur : ducalmelucette

Du calme Lucette est un blog lifestyle à forte tendance littéraire.

Une réflexion sur « Lecture : « Pater dolorosa » de Jérémie Szpirglas »

Laisser un petit mot (ou un grand)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.