Mes très chers parents #2

Le 26/03/2020

Mes très chers parents,

Aujourd’hui, j’ai dû aller faire les courses car cela faisait plus d’une semaine que je n’y étais pas allée. Hier soir, je me suis surprise à sucer une barrette de chocolat pâtissier car je n’avais plus que ça dans mes placards et qu’il fallait absolument que j’assouvisse ce manque (question de vie ou de dépression). Autant vous dire qu’il était temps de se ravitailler !

J’ai donc imprimé la nouvelle attestation de déplacement afin de pouvoir sortir de prison chez moi et comme je ne sais plus comment je vis, j’ai eu un gros doute lorsque j’ai dû y apposer la date manuscrite. Je me suis mise à trembler, ayant eu peur de me tromper et donc qu’on me jette en prison (la vraie) si lors d’un contrôle, il s’avérait que j’avais écrit la date d’hier.
« Périmée ! Au cachot ! »
Déjà que je transpire à grosses gouttes dès qu’un gendarme ou un policier m’interpelle (ce qui, je dois l’avouer, arrive très rarement puisque j’ai un comportement exemplaire). Si en plus, j’avais dû payer 135 € d’amende et renoncer à mon ravitaillement chocolaté (entre autre), je me serai carrément évanouie, soit par avarice soit par hypoglycémie.

Mais j’ai tout rempli comme il faut et j’ai pu me mettre en route. J’ai failli me perdre tellement ça faisait longtemps que je n’avais pas fait le trajet. En plus, mes yeux piquaient, ils n’étaient plus habitués à autant de paysages.

Arrivée sur le parking du magasin, j’ai vu une longue file d’attente de caddies en métal les uns derrière les autres (séparés d’un mètre de distance) avec à leurs poignées des mains avec des gants appartenant à des personnes masquées (ohé ohé). Ça m’a fait un drôle d’effet. Ça faisait longtemps que je n’avais pas vu des gens, surtout des comme ça. Ça m’a rappelé des mauvais souvenirs de blocs opératoires.

De mon côté, je me suis contentée de me frotter les mains au gel hydroalcoolique une bonne vingtaine de fois et je l’ai même sniffé à plusieurs reprises au cas où le virus aurait eu la mauvaise idée de se promener dans l’air.

Deux heures plus tard, j’étais de retour à la maison pour un repos d’une semaine et demi en attendant la prochaine sortie pour achat de denrées alimentaires de très grande nécessité.

Avec tout ça, j’ai oublié d’acheter du chocolat. Entre ça et le jogging dans le jardin, j’ai bien peur de maigrir, ce serait une grande première.

Bon, je vous laisse, je suis crevée, trop d’émotion pour une seule journée. Je vais aller me désinfecter et aller me coucher.

Je vous embrasse, en espérant que vous n’êtes pas en rade de papier toilette. Désormais, quand on en voit en rayon, on a l’impression d’avoir trouvé une pépite d’or.

Votre fille préférée (et je ne dis pas ça parce que vous n’en avez qu’une).

PS : cette histoire est inspirée de faits réels.

Auteur : ducalmelucette

Du calme Lucette est un blog lifestyle à forte tendance littéraire.

Laisser un petit mot (ou un grand)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.