Mes très chers parents #4

Le 28/03/2020

Mes très chers parents,

J’ai attaqué le dixième roman du mois de mars. Je crois que je commence à ne plus distinguer le jour de la nuit. Je me réveille à 4 heures du matin, les billes grandes ouvertes et les cheveux en vrac. Alors je lis vingt pages de mon livre en cours, ou plus si je suis en forme, puis je finis par me rendormir comme une belette. À moins que ce soit un loir.

En attendant, j’ai peur que les Démons de minuit finissent par s’installer dans ma chambre et m’empêchent de dormir du sommeil du brave. À moins que ce soit du juste. Tout ça, je suis sûre que c’est la faute à Émile et Images. Désormais, ils m’entraînent au bout de la nuit et j’en ai ras le bol de me taper leur karaoké pendant des heures. Alors, pour chasser ces Vilains, j’éteins et je rallume ma lampe de chevet avec frénésie. Du coup, je sursaute car les dents de Jacquouille m’apparaissent en flashback, lui qui adorait jouer avec les interrupteurs. Quelle Fripouille celui-là !

Pour parler sérieusement, je me demande si ce n’est pas le manque d’activité physique tout au long de la journée qui engendre ces délires nocturnes. Qui peut le savoir ? Mise à part mon petit doigt.

« Nan mais le petit doigt, il dit, il ne sait pas. »

Ah tiens, le voilà celui-là. Désolée, c’est mon ami imaginaire. Il est franchement collant ces temps-ci. En plus il parle souvent pour ne rien dire. Il est si tatillon avec les mots. Il m’enquiquine ! À croire qu’il veut prendre la place des casse-pieds que je ne vois plus en ce moment. Comme si ça me manquait.

Bref, aujourd’hui je n’ai ni couru ni fait de yoga, je vais encore me faire entraîner jusqu’à l’insomnie. En revanche, le manque de courbatures me conforte dans l’idée que je suis une athlète au plus profond de mes muscles.

Sinon, au repas de ce soir, David a eu la bonne idée de ciseler de la ciboulette du jardin pour l’ajouter à l’omelette. Ça m’a tellement réjouie que j’ai battu des bras d’excitation et de bonheur. Sauf que j’avais oublié que je tenais encore ma fourchette pleine d’omelette. Du coup, il y en a plein les murs. Il me semble que je me ravis d’un rien en ce moment. Mais à ce qu’il paraît, il en faut peu pour être heureux, donc c’est finalement une bonne chose qu’il y ait un peu d’œuf sur le papier peint.

Allez, je vous laisse, je dois mettre la main à la pâte sinon on n’aura pas de pain demain.

Votre liseuse même pas numérique.

PS : J’espère que les Démons de minuit ne viendront pas vous chatouiller les orteils cette nuit (enfin, tant que ce sont les orteils…).

Auteur : ducalmelucette

Du calme Lucette est un blog lifestyle à forte tendance littéraire.

Laisser un petit mot (ou un grand)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.