Lecture : « Oser quitter la ville ! De citadin à néo-autonomiste, comment j’ai composté mon ancienne vie » de Brian Ejarque

« Les gens comme vous vont dans le Larzac ! »

C’est le cliché que Brian s’est souvent entendu dire lorsqu’il a décidé de quitter la ville pour poursuivre son rêve : tenter de produire sa nourriture, son électricité, être le plus autonome possible… mais en aucun cas vivre déconnecté ou seul au fond d’une grotte. Car Brian est comme tout le monde. La différence, c’est qu’il a osé franchir le pas !

Au départ, ses compétences en bricolage se limitaient à poser des étagères en kit et il n’avait jamais jardiné. Et pourtant, Brian a installé lui-même ses panneaux solaires, fait pousser ses fruits et ses légumes, et créé en quelques années son paradis : l’Archi’Pelle.

Dans ce livre, Brian témoigne avec transparence de son aventure, afin d’être utile à tous ceux qui seraient tentés de suivre son exemple. Il donne les clés pour progresser en autonomie, tout en évitant de nombreuses erreurs. Le livre est également nourri de ses rencontres avec des personnes, familles ou collectifs qui proposent des solutions à taille humaine.

Oser quitter la ville ! De citadin à néo-autonomiste, comment j’ai composté mon ancienne vie – Brian Ejarque

Éditeur : Ulmer (21 janvier 2021)

Pages : 159

Ma note : 4,25/5

Mon avis :

J’ai eu la chance de remporter le livre de Brian lors d’un concours avec France.tv (émission Ensemble c’est mieux ! Région Occitanie). Je les remercie beaucoup, ainsi que la maison d’éditions Ulmer !

J’ai eu envie de vous parler de celui-ci puisqu’il aborde une des thématiques qui me sont chères et qui guident ma vie depuis environ deux années maintenant. Sans compter que je suis abonnée à la chaîne YouTube de Brian, L’Archi’Pelle, depuis un bon moment (un an et demi / deux ans je dirais). J’ai par conséquent retrouvé beaucoup d’éléments issus de ses vidéos (pensées, actes, réussites et échecs, envies, projets) et ressenti sa jovialité et son optimiste au fil des pages.

Pour commencer, le titre est très évocateur et donne une très bonne idée de ce que vous pourrez trouver à l’intérieur du livre. Composter sa vie, comme je l’entends, c’est recycler une période passée de son existence pour amender un présent qui devient par conséquent de plus en plus riche (pas au sens monétaire du terme, vous l’aurez compris). Comme au jardin ! La comparaison est donc rudement bien trouvée. En effet, même si nos idées d’aujourd’hui sont bien éloignées de nos idées d’hier, cette expérience passée n’est pas à déplorer, elle nous a nourri et nous a aidé à nous tourner vers ce qui nous rend désormais plus heureux.

Concernant un petit point technique, l’effet papier recyclé de la couverture et de certains encadrés en pages intérieures est très sympa, mais s’il l’avait réellement été, cela aurait été encore mieux ! En effet, l’écologie et l’autonomie sont étroitement liées. J’aurai donc apprécié retrouver cette composante dans la conception même du livre.

Mais parlons du contenu. Ce livre est un témoignage de changement de vie, ce n’est en aucun cas un guide pratique même si Brian délivre ses conseils. Si vous désirez des informations exclusivement pratico-pratiques sur l’autonomie, tournez-vous vers la bible, la référence (dont je vous parlerais à l’occasion) : Le grand guide Marabout de l’autosuffisance de John Seymour. En effet, Oser quitter la ville ! est la confession d’un homme qui n’avait vécu qu’en ville et qui a décidé de tout quitter pour s’installer à la campagne, en toute simplicité et hors réseaux eau et électricité. Brian ne prétend pas détenir toute la vérité, il ne se pose pas en exemple à suivre absolument, il expose seulement son parcours qui inspire, à juste titre, beaucoup d’entre nous. La sobriété heureuse, comme on l’appelle, séduit de plus en plus de français, dont je fais partie. Ainsi, vivre avec moins rendrait plus heureux (je confirme !).

Alors, Brian nous explique comment il en est arrivé là, dans son coin de paradis tarnais, quels ont été ses déclics, quelles ont été ses difficultés, à quelles réticences de son entourage il a dû faire face, mais combien la satisfaction de vivre pleinement la vie que l’on souhaite est un véritable bonheur au quotidien. Adieu la pollution (sonore, visuelle, aérienne et plus encore), le stress, la pression, la charge financière d’un crédit immobilier qui n’en finit pas, l’inutilité de toutes ces choses qui nous encombrent, adieu la grisaille parisienne… Cela fait rêver, n’est-ce-pas ?

Il nous conseille pour la recherche de notre nouveau lieu de vie (les éléments à prendre en compte, de par sa propre expérience, les concessions que l’on aura certainement à faire), il nous délivre des informations intéressantes et aidantes concernant le solaire et le stockage de l’eau de pluie. Chapitre après chapitre, il aborde les points essentiels de la vie d’une personne qui tend vers l’autonomie (parce qu’on ne l’est jamais totalement). Il n’oublie pas la partie alimentaire qui est un élément essentiel et pour lequel il y travaille encore beaucoup personnellement. Chaque chose en son temps. L’autonomie demande de la patience (et de l’huile de coude). Il partage également ses rencontres, parce que l’aspect social est si important. Le but n’étant pas de vivre en autarcie, seul dans son coin. Et puis les reportages d’autres lieux sur sa chaîne YT sont fabuleux !

J’ai beaucoup apprécié ce livre fluide, qui va à l’essentiel et qui démontre surtout que la peur peut freiner de bien jolis projets et donc, qu’il est merveilleux de la surpasser. Il sera inspirant pour celles et ceux qui ont envie de franchir le cap, qui souhaitent retourner à l’essentiel. Mais pour les personnes dont la graine a déjà germé et bien poussé (comme c’est le cas pour moi), c’est aussi un plaisir de se retrouver à travers ces mots, de lire une histoire qui résonne au plus profond de soi. Même si j’ai quasiment toujours été « une fille de la campagne », j’ai beaucoup été intéressée par ce qu’un citadin pouvait ressentir au contact serein de la nature, par ce qui peut motiver à opérer ce virage à 180°C, ce pour quoi, finalement, je suis habituée depuis toujours et ce qui me fait toujours autant vibrer. Alors, même si vous n’êtes pas citadin(e), vous aimerez côtoyer les similarités de votre vie quotidienne, et même si vous ne souhaitez pas devenir autant autonome que Brian, cela reste intéressant d’obtenir des infos sur tous les aspects.

Brian a co-écrit ce livre avec sa sœur Jennifer, ainsi, je les félicite tous les deux 🙂 C’est beaucoup de travail d’écrire un livre, d’organiser toutes ses idées et de les coucher sur papier. Alors bravo !

Retrouvez mon avis en vidéo ici :

Auteur : ducalmelucette

Du calme Lucette est un blog lifestyle à forte tendance littéraire.

3 réflexions sur « Lecture : « Oser quitter la ville ! De citadin à néo-autonomiste, comment j’ai composté mon ancienne vie » de Brian Ejarque »

Laisser un petit mot (ou un grand)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.