Lecture : « Le dernier message » – Nicolas Beuglet

Île d’Iona, à l’ouest de l’Écosse. Des plaines d’herbes brunes parsemées de roches noires. Et au bout du « Chemin des morts », la silhouette grise du monastère. Un pensionnaire vient d’y être retrouvé assassiné, son corps étrangement mutilé. C’est l’inspectrice écossaise Grace Campbell qui est chargée de l’enquête. Après un an de mise à l’écart, elle joue sa carrière. De la victime, les moines ne connaissent que le nom, Anton. Tous savent, en revanche, qu’il possédait un cabinet de travail secret aménagé dans les murs. Que cherchait Anton ? Pourquoi l’avoir éliminé avec une telle sauvagerie ? Alors qu’elle tente encore de retrouver confiance en elle, Grace ignore que la résolution d’une des énigmes les plus vertigineuses de l’humanité repose tout entière sur ses épaules…

Le dernier message PHOTO

Le dernier message – Nicolas Beuglet

Éditeur : Pocket (16 septembre 2021)

Pages : 403

Ma note : 3,75/5

Mon avis :

J’avais beaucoup aimé la trilogie de l’auteur composée de : Le Cri, Complot et L’Île du Diable. Il y a toujours une même composante dans ses romans qui est le mélange de personnages de fiction et d’histoires incroyables basées sur des faits scientifiques et historiques réels. J’ai donc entamé ma lecture de ce nouvel opus avec grand intérêt.

Ici, nous découvrons de nouveaux personnages dont Grace Campbell, inspectrice écossaise au passé mystérieux.
Cette première enquête nous emmène au large de l’Écosse, au sein du monastère en pierre grise de l’île d’Iona dans lequel un cadavre atrocement mutilé a été découvert. Mais ne croyez pas que nous restons en huis-clos en compagnie des moines. Bien au contraire ! Nicolas Beuglet reste fidèle à lui-même pour cette nouvelle série et nous fait voyager à un rythme endiablé !

Un point commun à tous les paysages : une atmosphère hivernale, rude et énigmatique. C’est donc un roman parfait à lire au chaud alors que la neige tombe au-dehors.

J’aime toujours autant l’écriture cinématographique de l’auteur ainsi que l’action qui, couplée au suspense, nous tiennent en haleine jusqu’aux dernières lignes. Cette fois je regrette juste que les faits soient trop poussés et donc puissent manquer de crédibilité parfois. Si les fondements sont bien réels, il faut au lecteur une grande ouverture d’esprit pour se plonger au plus profond des révélations scientifiques. Mais j’applaudis le travail de recherche de l’auteur qui, une fois encore, nous fournit une multitude d’informations souvent méconnues du grand public.

Le dénouement de l’enquête pourra laisser un petit sentiment de frustration (même s’il est légitime) et la fin ouverte nous incite clairement à lire le tome suivant paru aux éditions XO : Le Passager sans visage. Ce que je ferai avec plaisir d’ailleurs !

C’est donc le quatrième roman de l’auteur que je lis et même s’il n’est pas mon préféré, il me laisse tout de même une impression positive quant aux qualités citées plus haut qui sont une constante dans ses récits. Le rythme est soutenu, on ne s’ennuie pas une seconde. La réalité se mêle à la fiction, les personnages sont intrigants, et l’écriture est fluide et pleine de suspense. Nicolas Beuglet nous invite à nous questionner sur nos travers contemporains et nous laisse un dernier message prêt à faire frissonner l’humanité tout entière. 

Un grand merci à Emmanuelle et Océane des éditions Pocket !

Auteur : ducalmelucette

Du calme Lucette est un blog à forte tendance littéraire. Mais pas que !

Laisser un petit mot (ou un grand)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :