Lecture : « Sorry Children » de Pierre Charrier et Gregory Poinsenet

Sorry Children. Les pires excuses à donner demain à nos enfants pour avoir ravagé la planète et autant d’actions pour réagir aujourd’hui

Qu’allons-nous bien pouvoir dire à nos enfants pour leur expliquer pourquoi nous leur laissons un monde à ce point dégradé ? Qu’il fallait faire du fric ? Que c’était trop tard ? Pas nos priorités ? Qu’on avait besoin de bouffer cinq steaks par semaine ? Nous sommes très forts pour produire des justifications plus ou moins recevables pour nous « tirer d’affaire » : c’est-à-dire nous permettre, individuellement et collectivement, de supporter notre inaction et d’assister tranquillement à la destruction du vivant, l’épuisement des ressources et l’aggravation progressive des problèmes climatiques.

Face à cette apathie qui semble pathologique, on a envie de secouer l’humanité tout entière (et certains spécimens en particulier !) en hurlant « Réagis ma vieille ! Mais réagis ! Qu’est-ce que tu attends, bon sang ? ». C’est à cette question complexe que ce livre s’attaque : « Pourquoi ne réagissons-nous pas à la hauteur des enjeux ? »

Appuyées ici par les centaines de photos de Josef Helie (dont celles de Corinne Masiero, Nicolas Hulot, Anny Duperey, Noam Chomsky, Pablo Servigne, Hugo Clément, Clara Morgane, IAM, Guillaume Meurice, Philippe Katerine…), les excuses deviennent un prétexte pour décortiquer les nombreux mécanismes freinant un « réveil écologique » massif. En prenant du recul face à ces justifications tantôt graves et sérieuses, tantôt ironiques et décalées, ce livre invite à mieux les comprendre pour les dépasser et réagir aujourd’hui plutôt que s’excuser demain.

Sorry Children – Pierre Charrier et Gregory Poinsenet, Photographies de Josef Helie

Éditeur : Alternatives, Gallimard (16 septembre 2021)

Pages : 159

Ma note : 4,25/5

Mon avis :

Excusez-nous les enfants, de ne pas avoir agi comme il se devait. Voici le message que nous pourrons leur laisser alors que la planète « brûlera » furieusement. Vous trouvez cela exagéré ? Alors lisez ce livre qui vous expliquera pourquoi il est complexe d’admettre que la situation est critique et pourquoi il est plus facile de s’inventer des excuses.

Alors même que les experts sont formels et ne cessent de nous alerter, alors même que nous pouvons constater de plus en plus les amplitudes climatiques destructrices (incendies, inondations…) et les extinctions massives du monde animal et végétal, les Hommes sont encore nombreux à rester dans le déni.

Collectivement, nous procrastinons et ne traitons pas les problèmes écologiques qui se dressent devant nous. Individuellement, nous voulons profiter. Parce que cela nous permet, pour un temps encore, de ne pas voir les problèmes grandir chaque jour. Nous espérons même qu’avec un peu de chance, les conséquences les plus graves ne nous atteindront pas : elles seront pour lesdites générations futures, sacrifiées sur l’autel du confort et de la consommation.

Nous nous cachons aisément derrière la non-action des politiques, derrière celle des autres en règle générale. Nous nous disons que notre seule action ne suffirait pas. Pourquoi je ferai, alors que lui ne fait rien. Il faut bien avouer que tout ceci est pratique, et bien plus simple qu’agir.

Et puis il faudrait se délester d’un peu de notre immense confort et réduire notre (sur)consommation. Ceci n’est pas simple non plus. Pourtant, il n’a jamais été question de « revenir au Moyen-Âge » afin de limiter notre empreinte écologique.

Sorry Children vulgarise les enjeux, nous détaille en plusieurs actes ce qui nous fait nous DÉTOURNER (et rejeter en bloc les problèmes en y mettant notamment une distanciation émotionnelle), PROFITER (égo, confort matériel…), et ce que l’on peut TRAVERSER face à cette crise (qui peut s’apparenter à un deuil). Mais ils nous donnent également des pistes pour limiter les dégâts.

Dans un tel contexte, est-il bien raisonnable de faire des enfants ?

De plus en plus de couples se posent cette question, pour deux raisons liées aux enjeux écologiques. La première engage notre responsabilité : alors que nous sommes de plus en plus nombreux et épuisons la planète, faire des enfants n’est-il pas un acte égoïste et irresponsable, notamment dans les pays occidentaux où nos modes de vie tendent à augmenter chaque jour un peu plus notre impact individuel ? La seconde est plus basique : dans quel monde vont-ils vivre ? Vivront-ils sur une planète aux ressources épuisées, au sein d’une humanité soumise à des épidémies, des famines et des conflits ? (…) Ces interrogations entrent bien évidemment en conflit avec nos envies de parentalité, envies qui s’inscrivent, elles, dans un processus naturel de procréation. Alors, que doit-on faire ? Faire des enfants ou rejeter les rejetons ?

Ce livre est fluide, il n’est pas ennuyeux et est entrecoupé des photographies de personnes (des personnalités ou non) tenant les pancartes de leurs plus belles pires excuses. Et alors vous, quelle serait la vôtre ? 

Je n’y croyais pas ?

Ce n’était pas à moi d’agir ?

Je m’étais habitué(e) à mon confort, je ne pouvais y renoncer ?

J’étais accro aux réseaux ?

Je n’avais pas de temps à perdre ?

J’aimais trop voyager ?

J’en voulais toujours plus ?

Je préférais le neuf à l’occasion ?

Je ne me sentais pas capable ?

Je voulais jouir plutôt que réduire ?

Être écolo, ce n’était pas tendance ?

Avec la nouvelle année qui approche, ne serait-ce pas l’occasion de relever le défi ? Car oui, tel le colibri, il appartient à chacun d’entre nous d’agir pour notre monde. Je trouve tout cela très motivant ! C’est une belle opportunité de se réaliser soi-même, dans l’intérêt du collectif.

Un grand merci à Babelio ainsi qu’aux éditions Gallimard (Alternatives) pour cette lecture dans le cadre de la Masse Critique Graphique.

Logo BABELIO

Auteur : ducalmelucette

Du calme Lucette est un blog à forte tendance littéraire. Mais pas que !

Une réflexion sur « Lecture : « Sorry Children » de Pierre Charrier et Gregory Poinsenet »

Laisser un petit mot (ou un grand)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :