Huit ans de toi

Si avant toi on m’avait décrit ton visage, je n’aurai pas hésité une seconde à me lancer dans la grande aventure. J’aurai tout enduré pour te rencontrer enfin. J’aurai laissé mon corps gonfler, me filer la nausée, je t’aurai laissé m’envahir et me remplir d’amour.

Si avant toi on m’avait expliqué la sensation d’être mère pour la première fois, j’aurai désiré profondément la ressentir à mon tour. J’aurai tout fait pour que ça marche, pour que mon esprit s’envole dans les nuages à la recherche de tes traits, de tes sourires, de ce mot qui fera toi et que l’on prononcera pour que tu nous rejoignes, pour t’avertir d’un danger, pour t’engueuler et pour t’aimer.

Si avant toi on m’avait prévenue de tout ce qu’il se passerait, j’aurai tout arrêté. J’aurai eu peur, j’aurai pleuré, j’aurai crié, je n’aurai pas voulu le vivre. Je n’aurai pas voulu du désespoir, des ténèbres, de la profondeur des sentiments noirs qui s’incrustent jusque dans le moindre petit lopin de chair. Je n’aurai pas osé te voir si belle mais si fragile, si immobile dans ce moment qui se devait tellement exceptionnel. Je n’aurai pas voulu t’aimer, pas comme ça.  Lire la suite

Publicités

Je ne suis pas intéressante, je n’ai pas d’enfant.

Aujourd’hui, je vais te parler d’un problème de société. Oui, disons que cela est un problème. Tout dépend pour qui.

Quel est le sujet très largement abordé sur les blogs ? Sur les réseaux sociaux ? En réunion de famille ? Avec les gens en règle générale ?

Les enfants.
Oui, les bambins font parler, font rêver (ou pas). Ils ont la suprématie des mots – et des maux parfois – de leurs parents, de leurs photos aussi. On discute anniversaire, premier pipi dans le pot, boutons de varicelle, quenottes, premiers pas, cheveux bouclés, et toutes ces choses qui font que cet enfant est le plus beau de l’univers tout entier. Et qu’il est le tout.

Les « sans-enfants ».
Mais qui sont ces bêtes étranges qui sont à contre-courant du monde ?
Bon, déjà, il faut distinguer les personnes qui ne peuvent pas avoir d’enfant, et ceux qui n’en veulent pas. Et ça, c’est pas simple, parce que ce n’est pas tamponné sur leur front. Il vaut mieux donc être prudent quand on s’aventure sur ce terrain. Lire la suite

Une fille

Il faut que je te dise…

Parce que nous sommes le 15 janvier et que cette date restera à jamais au fond de mes tripes et à fleur de ma peau.

Il y a 6 ans, j’ai fait une rencontre. Une fille. Un visage d’ange, tu ne peux pas t’imaginer à quel point. Un doux visage, paisible. Mais tu sais, je n’ai pas pu voir son sourire, ni la couleur de ses yeux. C’est avec beaucoup de tristesse et de tendresse que je t’en parle. Cela restera le terrible regret de ma vie, pour toujours. L’absolu manque. L’infini désespoir.

Il y a 6 ans maintenant, je savais que nous allions nous rencontrer, c’était prévu comme cela, 5 jours auparavant. On avait une date toutes les deux. J’étais à la fois impatiente, bouleversée et apeurée. J’avais hâte de la voir, de découvrir ses traits. Après plus de 7 mois à tâtonner, à jouer à cache-cache, à vivre un début d’histoire, nous allions passer à l’étape supérieure. Même si c’était malgré tout un peu tôt.

Il y a 6 ans, je suis passée par toutes les émotions, la souffrance et l’apaisement, la peur et le calme, mais aussi les gémissements puis le silence. C’est gravé, comme si c’était hier. Elle est désormais si loin mais pourtant tellement proche. Elle m’accompagne chaque jour, elle m’a tellement aidée depuis ce 15 janvier 2010, par sa présence et tout ce que cela a déclenché au plus profond de mon être. Il y a des rencontres comme ça qui te bouleversent la vie, complètement, entièrement. Tu en as surement eu l’expérience aussi. Une femme, un homme, une âme qui entre dans ta vie et chamboule tout. Moi c’était un enfant, le mien.  Lire la suite