Lecture : « Vers le bleu » de Sabrina Bensalah

Coincée dans une caravane entre une mère irresponsable et une petite sœur farfelue, Nel, 18 ans, voudrait fuir sa vie trop étroite. Partir loin, juste après l’élection de la Mini-Miss Camping à laquelle Noush rêve de participer…

Mais rien ne se passera comme prévu, dans la vie « cabossée bizarre » de Nel et Noush.

Et tant mieux, au fond : sinon, comment pourraient-elles espérer aller un jour vers le Bleu ?

Vers le bleu – Sabrina Bensalah

Éditeur : Sarbacane (Octobre 2014)

Pages : 188

Ma note : 3,75/5

Mon avis :

Avec légèreté et familiarité, Sabrina Bensalah nous raconte l’histoire de deux sœurs qui vont devoir survivre à l’abandon, à la fuite de leur mère en quête d’amour. Un portrait familial accidenté dont se dégage une certaine tendresse.
Lire la suite

Lecture : « Du haut d’un brin d’herbe, on voit bien la Terre » d’Antoine Paje

À quoi ça rime, tout ça ? Arthur Darrobat, la trentaine, chimiste, voulait trouver un remède à la maladie d’Alzheimer. Vivre le grand amour avec Sophie. Bref : réussir sa vie. Le voilà désormais démissionnaire et célibataire, avec pour seule compagne la chatte laissée par son ex – une siamoise tout en griffes qui le déteste, et réciproquement… Que faire, maintenant ? Et pourquoi ? Le Parisien s’installe alors à la campagne – pays du temps long où règnent les abeilles, les menus tracas, le bruit du vent. Du haut de son brin d’herbe, trouvera-t-il enfin ce sens qui manque à sa vie ?

Du haut d’un brin d’herbe, on voit bien la Terre – Antoine Paje

Éditeur : Pocket (4 juin 2020)

Pages : 209

Ma note : 3,75/5

Mon avis :

Aujourd’hui, je vous présente un petit roman qui fait du bien, qui allie l’humain à la nature, et qui fait passer un agréable moment à son lecteur.
Lire la suite

Lecture : « La vie est facile, ne t’inquiète pas » d’Agnès Martin-Lugand

! Attention, si vous n’avez pas lu Les gens heureux lisent et boivent du café et que vous en avez l’intention (ma chronique est ici), arrêtez-vous sous peine d’être spoilé(e) ! Puisque je vous parle de la suite de ce roman dans cette chronique.

***

Rentrée d’Irlande, Diane est bien décidée à reconstruire sa vie à Paris. Avec l’aide de son ami Félix, elle s’est lancée à corps perdu dans la reprise en main de son café littéraire. C’est là, aux « Gens heureux lisent et boivent du café », son havre de paix, qu’elle rencontre Olivier. Il est gentil, attentionné, et, surtout, il comprend son refus d’être mère à nouveau. Car elle ne peut se remettre de la perte de sa fille.
Bientôt, un événement inattendu va venir bouleverser les certitudes de Diane quant à ses choix, pour lesquels elle a tant bataillé.
Aura-t-elle le courage d’accepter un autre chemin ?

La vie est facile, ne t’inquiète pas – Agnès Martin-Lugand

Éditeur : Pocket (édition de Septembre 2019, initialement du 2 juin 2016)

Pages : 251

Ma note : 4,25/5

Mon avis :

J’ai lu il y a peu Les gens heureux lisent et boivent du café, que j’avais apprécié. La vie est facile, ne t’inquiète pas en est la suite et je l’ai aimé davantage encore.
Lire la suite

Lecture : « Chanson douce » de Leïla Slimani

Lorsque Myriam, mère de deux jeunes enfants, décide malgré les réticences de son mari de reprendre son activité au sein d’un cabinet d’avocats, le couple se met à la recherche d’une nounou. Après un casting sévère, ils engagent Louise, qui conquiert très vite l’affection des enfants et occupe progressivement une place centrale dans le foyer. Peu à peu le piège de la dépendance mutuelle va se refermer, jusqu’au drame.

Chanson douce – Leïla Slimani

Éditeur : Gallimard (18 août 2016)

Pages : 227

Ma note : 4,5/5

Mon avis :

Nous avons beaucoup entendu parler de ce roman qui a reçu le Prix Goncourt 2016. Je l’ai enfin sorti de ma bibliothèque, pour mon plus grand plaisir !
Lire la suite

Lecture : « Le jour où Anita envoya tout balader » de Katarina Bivald

L’été de ses dix-huit ans, Anita Grankvist s’était fixé trois objectifs : apprendre à conduire une moto, acheter une maison et devenir complètement indépendante.
Presque vingt ans plus tard, Anita n’a toujours pas réalisé ses rêves. Elle mène une petite vie tranquille, seule avec sa fille Emma, et travaille au supermarché local. Le départ d’Emma pour l’université va bouleverser ce quotidien un peu fade. Anita réalise qu’elle va devoir gérer quelque chose qui lui a cruellement manqué ces deux dernières décennies : du temps libre.
Qu’à cela ne tienne, Anita commence à prendre des leçons de moto, se lance dans un projet impossible, apprend à connaître sa mère légèrement sénile, et tombe follement amoureuse.
Finalement, n’est-ce pas merveilleux de réaliser ses rêves d’adolescence à l’approche de la quarantaine ?

Le jour où Anita envoya tout balader – Katarina Bivald

Éditeur : Denoël (11 mai 2016)

Pages : 459

Ma note : 4/5

Mon avis :

J’avais découvert le premier roman de l’auteure, La Bibliothèque des cœurs cabossés, il y a quatre ans déjà. J’avais passé un bon moment malgré quelques longueurs dans le premier tiers du récit. Concernant ce deuxième roman, mon avis est assez similaire. En effet, l’histoire mériterait d’être un peu plus courte, ce qui apporterait certainement davantage de dynamisme.
Lire la suite

Lecture : « Les gens heureux lisent et boivent du café » de Agnès Martin-Lugand

Diane a brusquement perdu son mari et sa fille dans un accident de voiture. Dès lors, tout se fige en elle, à l’exception de son cœur, qui continue de battre. Obstinément. Douloureusement. Inutilement. Égarée dans les limbes du souvenir, elle ne retrouve plus le chemin de l’existence. Afin d’échapper à son entourage, elle décide de s’exiler en Irlande, seule.
Mais, à fuir avec acharnement la vie, elle finit par vous rattraper…

Les gens heureux lisent et boivent du café – Agnès Martin-Lugand

Éditeur : Pocket (mai 2014)

Pages : 187

Ma note : 4/5

Mon avis :

Après Désolée, je suis attendue, Les gens heureux lisent et boivent du café est le second roman de l’auteure que j’ai le plaisir de lire. Les chapitres sont courts, l’écriture est fluide, aucune longueur n’est à déplorer.
Lire la suite

Lecture : « Chère mamie » de Virginie Grimaldi

Chère mamie,
J’espère que tu vas bien, et surtout que tu es assise. Il y a plus d’un an, j’ai commencé à t’écrire des petites cartes sur les réseaux sociaux. Des chroniques du quotidien décalées, rédigées en gloussant. Je ne m’attendais pas à ce que mes aventures deviennent un vrai rendez-vous… Alors une idée a germé : et si ces rires partagés devenaient utiles ? J’ai immédiatement pensé à l’association CéKeDuBonheur, dont j’aime la philosophie et l’engagement.
Dans ce livre, tu trouveras plein d’inédits. Des photos pour illustrer. Des grands bonheurs, des petits malheurs, de la vie. Tu m’as donné l’amour des mots, j’ai hâte que tu découvres ceux qui te sont destinés.
Gros bisous à toi et à papy,
Ginie

Chère mamie – Virginie Grimaldi

Éditeur : Le Livre de Poche (31 octobre 2018)

Pages : 231

Ma note : 4/5

Mon avis :

J’aime beaucoup Virginie Grimaldi, j’ai quasiment lu tous ses romans, alors bien sûr je n’ai pu résister à ce recueil de cartes postales à mamie dont les bénéfices sont reversés à l’association CéKeDuBonheur *. C’est rafraîchissant, ça fait du bien, et en cette période de confinement on prolonge quotidiennement le plaisir sur la page Facebook de l’auteure. D’ailleurs, Mes très chers parents viennent de cette inspiration première. On s’amuse, que voulez-vous !
Lire la suite

Lecture : « Une longue impatience » de Gaëlle Josse

Ce soir-là, Louis, seize ans, n’est pas rentré à la maison. Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, dans un village de Bretagne, sa mère Anne voit sa vie dévorée par l’absence, qui questionne la vie du couple et redessine celle de toute la famille. Chaque jour, aux bords de la folie, aux limites de la douleur, Anne attend le bateau qui lui ramènera son fils. Pour survivre, elle lui écrit la fête insensée qu’elle offrira pour son retour. Telle une tragédie implacable, l’histoire se resserre sur un amour maternel infini.

Une longue impatience – Gaëlle Josse

Éditeur : J’ai Lu (13 février 2019)

Pages : 187

Ma note : 4/5

Mon avis :

Dans ce roman, Gaëlle Josse nous expose la langueur de l’attente d’une mère en proie à l’absence soudaine et brutale d’un fils parti en mer.
Lire la suite

Lecture : « À l’enfant que je n’aurai pas » de Linda Lê

La mise au jour d’une fiction n’équivaut pas à l’éclosion en soi d’un germe de vie.

À l’enfant que je n’aurai pas – Linda Lê

Éditeur : NiL – Les affranchis (11 août 2011)

Pages : 65

Ma note : 4/5

Mon avis :

À l’enfant que je n’aurai pas est une lettre que Linda Lê a écrite à l’enfant qu’elle a décidé de ne pas concevoir. Elle fait partie de la collection Les affranchis de NiL : Quand tout a été dit sans qu’il soit possible de tourner la page, écrire à l’autre devient la seule issue. Mais passer à l’acte est risqué. Ainsi, après avoir rédigé sa Lettre au père, Kafka avait préféré la ranger dans un tiroir. Écrire une lettre, une seule, c’est s’offrir le point final, s’affranchir d’une vieille histoire. La collection « Les Affranchis » fait donc cette demande à ses auteurs : « Écrivez la lettre que vous n’avez jamais écrite. »
Lire la suite

Lecture : « Matin brun » de Franck Pavloff

Charlie et son copain vivent une époque trouble, celle de la montée d’un régime politique extrême : l’État brun.

Dans la vie, ils vont d’une façon bien ordinaire : entre bière et belote. Ni des héros, ni de purs salauds. Simplement, pour éviter les ennuis, ils détournent les yeux.

Sait-on assez où risquent de nous mener collectivement les petites lâchetés de chacun d’entre nous ?

Matin brun – Franck Pavloff

Éditeur : Cheyne (1998)

Pages : 11

Ma note : 4/5

Mon avis :

Matin brun est une nouvelle de Franck Pavloff qui va droit au but et qui peut être lue aussi bien par les adultes que par les enfants.
Lire la suite