Lecture : « Les jumelles » de Claire Douglas

Après un accident tragique, obsédée par la mort de sa sœur Lucy, Abi s’installe à Bath dans l’espoir de reprendre pied. Mais elle y rencontre Beatrice et Ben, un couple de jumeaux qui l’attirent dans leur univers privilégié et trouble…
Invitée par Bea à vivre dans l’hôtel particulier qu’elle partage avec Ben, Abi met tout en œuvre pour satisfaire les exigences de ses amis. Aimantée par eux mais déstabilisée par leurs comportements étranges, elle est poussée vers la folie quand elle est visée — mais l’est-elle vraiment — par des événements inquiétants qui se produisent dans la maison… 

Douglas

Les jumelles – Claire Douglas

Éditeur : HarperCollins (19 octobre 2016)

Pages : 341

Ma note : 4,75/5

Mon avis :

Le résumé m’a tout de suite donné envie de découvrir ce roman, tout comme la couverture avec ce « L’une est morte », « L’autre ment ». Ils laissent présager beaucoup de psychologie et un doute identitaire des jumelles. En bref, un thème que j’avais hâte de découvrir !  Lire la suite

Lecture : « Sans consentement – Enquête sur le viol » de Jon Krakauer

Missoula, Montana, est une ville universitaire typique si l’on se fie aux apparences : un campus animé, des parcs bucoliques, une rivière qui traverse la ville, et, cerise sur le gâteau, une équipe de football au palmarès si brillant que les joueurs sont portés au rang de demi-dieux.

Missoula, c’est aussi : 350 dépositions pour agressions sexuelles entre 2008 et 2012. Sur ces centaines de dépositions, quelques-unes seulement feront l’objet d’une enquête. Pour cela aussi, Missoula est une ville typique.

Lorsque, d’un côté, les agresseurs sont des héros aux yeux de la population et que, de l’autre, le système judiciaire minimise les accusations, le scandale est retentissant. La presse s’en empare. Il n’en fallait pas plus pour que Jon Krakauer décide de mener sa propre enquête.

À travers les drames personnels de cinq jeunes étudiantes, Allison, Kerry, Kelsey, Kaitlynn et Cecilia, Jon Krakauer dissèque ce qui relève de l’intime et fait l’inventaire de tout ce qui empêche aujourd’hui encore le viol d’être condamné unanimement. Pourquoi seulement 20% des victimes portent-elles plainte ? Peut-on dresser un portrait du violeur ? Comment la société et la justice réagissent-elles ? À qui fait-on porter la culpabilité ? Quelles sont les répercussions d’un tel traumatisme pour la victime ?

Un livre magistral qui exige une prise de conscience urgente de la part de la société tout entière.

sans-consentement-photo

Sans consentement – Enquête sur le viol, de Jon Krakauer

Éditeur : Presses de la Cité (paru le 20 octobre 2016)

Pages : 402

Ma note : 4,25/5

Mon avis :

J’ai vraiment pris le temps nécessaire pour lire ce livre – docu, d’une part parce que ce n’est pas un sujet facile dont on se délecte et qui nous transporte légèrement d’une page à l’autre, d’autre part parce que ce que l’on découvre est juste hallucinant. Pourquoi ?  Lire la suite

Lecture : « Le Goût de vivre » de Steven Uhly

« Oui, tu dois t’appeler Félicia, car, aujourd’hui, tu as eu beaucoup de chance. »

Depuis que sa femme l’a quitté, emmenant avec elle leurs deux enfants, Hans n’a plus goût à rien. Il vit seul, sans travail ni projets. Un jour, contraint de descendre les sacs-poubelle accumulés dans son appartement, il découvre, abandonné dans l’un des containers, un bébé. Frétillant, bien vivant. Hans le prend et l’emmène chez lui…
Grâce à Félicia, il va réapprendre à vivre et à s’ouvrir aux autres, à commencer par ses voisins, M. Wenzel, qui tient le tabac du coin, et les Tarsi. Mais il ne peut ignorer plus longtemps la réalité qui les rattrape : Félicia est recherchée par la police. Pire encore, sa mère est accusée de meurtre.
Mi-fable mi-roman social, un livre tout en finesse qui dévoile avec beaucoup de justesse qu’il suffit d’un seul être dans une vie pour tout repeupler. Une ode à l’amitié, à l’amour, à la volonté… à la vie, en somme.

le-gout-de-vivre-photo

Le Goût de vivre – Steven Uhly

Éditeur : Presses de la Cité (paru le 13 octobre 2016)

Pages : 300

Ma note : 3/5

Mon avis :

Le résumé m’a tout de suite attirée et je me suis lancée dans cette lecture avec une pointe de tendresse pour l’histoire que j’allais découvrir.  Lire la suite

Lecture : « L’oiseau des neiges » de Tracy Rees

Janvier 1831. Abandonnée, à même la neige, Amy n’a que quelques jours lorsqu’elle est trouvée par Aurelia Vennaway, huit ans, l’unique héritière d’une famille aristocratique. Malgré l’hostilité de ses parents, elle réussit à faire recueillir l’enfant, qui grandira à Hatville Court parmi les domestiques.

La jeune et sémillante Aurelia est sa seule amie. Aussi, quand cette dernière lui apprend qu’elle va mourir, Amy est dévastée.

Aurelia, cependant, lui a laissé un dernier cadeau : une série de lettres à retrouver aux quatre coins de l’Angleterre, telle une chasse au trésor, et qui l’aideront à lever le voile sur sa propre histoire mais aussi sur celle, inattendue, d’Aurelia.

Amy parviendra-t-elle à résoudre l’énigme ?

loiseau-des-neiges-photo

L’oiseau des neiges – Tracy Rees

Éditeur : Presses de la Cité (paru le 1er octobre 2016)

Pages : 494

Ma note : 4,5/5

Mon avis :

 Je frôle le coup de cœur pour ce roman, autant le dire tout de suite !  Lire la suite

Lecture : « Les corps de Lola » de Julie Gouazé (Rentrée littéraire 2016)

Lola est une femme comme les autres. Que veut dire être une femme comme une autre ?
Qui pourrait se douter en regardant Lola qu’un feu violent couve au fond de ses tripes ?
Lola si douce, si compréhensive… C’est pourtant une rage ancestrale qui sort de Lola.
Elle est une. Elle est deux. Rouge et Bleue.
Les deux Lola enfermées dans un même corps.
Qui est-elle ? Celle qui se laisse bander les yeux, ou celle qui aime dormir dans des draps en coton ? Où est celle qui réunissait les deux ?

Ce que la tête de Lola interdit par morale, son corps l’exige par bravoure.

À travers la vie de Lola, la fille coupée en deux, l’héroïne partagée, tiraillée, Julie Gouazé nous offre un long chant du désir et du corps et, à l’image de sa belle Lola, transforme le glauque en poésie.

les-corps-de-lola-photo

Les corps de Lola – Julie Gouazé

Éditeur : Belfond ( paru le 25 août 2016)

Pages : 120

Ma note : 3.25/5

Mon avis :

Les corps de Lola est un roman sur le désir féminin et ses contradictions. Lola Rouge est sulfureuse et flamboyante, elle accompagne et vit les désirs libertins de son homme. Lola Bleue est sage, est un ange qui se love dans le coton. Ce roman court et condensé, au langage parfois très cru, nous propose un rythme haletant, tout autant que la vie de son personnage.  Lire la suite

Lecture : « Les dix plaies de la Russie » d’Édouard Moradpour (Rentrée littéraire 2016)

Édouard Moradpour est l’un des pionniers de la « nouvelle Russie », où il est considéré comme le « père de la publicité ». Il s’installe à Moscou au lendemain de la chute du mur de Berlin et y restera vingt ans. Il mêle ici parcours personnel et réflexions sur le passage de l’URSS vers la nouvelle Russie et son capitalisme débridé. Putsch raté, chute vertigineuse du rouble, crise financière, guerres de Tchétchénie, attentats de Moscou, adieux d’Elstine, prises d’otages des rebelles tchétchènes, naufrage du Koursk, chasse aux oligarques – autant d’événements qui ont marqué le destin de la Russie postcommuniste et constituent des « plaies » encore ouvertes. Témoin privilégié de la « thérapie » de choc et de la marche forcée vers l’économie de marché imposée aux Russes dès 1992, Édouard Moradpour dresse le portrait fidèle d’une âme russe à laquelle il n’a jamais cessé de croire, et signe un document inédit pour qui veut penser la Russie d’aujourd’hui et de demain.

les-dix-plaies-de-la-russie-photo

Les dix plaies de la Russie, de l’URSS à la Ru$$ie – Édouard Moradpour

Éditeur : Fauves (paru le 25 août 2016)

Pages : 241

Ma note : 3/5

Mon avis :

J’avais déjà lu deux romans d’Édouard MoradpourLe Mausolée et Nous parlions d’amour de peur de nous parler d’autre chose – que j’avais aimé, alors quand on m’a proposé de découvrir son nouveau livre je n’ai pas hésité, bien que ce dernier relève du témoignage et non du roman comme les précédents.  Lire la suite

Lecture : « La Soledad » de Natalio Grueso (Rentrée littéraire 2016)

Bruno Labastide est venu s’installer à Venise, dans le quartier de Dorsoduro, au terme d’une vie bien remplie durant laquelle il n’a cessé de voyager. Cela fait bien un an qu’il y réside lorsque, un jour, il voit une jeune Japonaise d’une beauté stupéfiante passer devant le café où il a ses habitudes. C’est le coup de foudre. Mais cette dernière, Keiko, ne lui concédera une nuit d’amour que s’il parvient à l’émouvoir avec un poème ou une histoire… Mais par laquelle commencer ?

La Soledad Photo

La Soledad – Natalio Grueso

Éditeur : Presses de la Cité (paru le 1er septembre 2016)

Pages : 317

Ma note : 4/5

Mon avis :

Aujourd’hui, je vous présente un roman de la rentrée littéraire pas comme les autres.  Lire la suite

Lecture : « Une nuit, Markovitch » de Ayelet Gundar-Goshen (Rentrée littéraire 2016)

« Une nuit, Markovitch. Une seule et unique nuit, nous dormirons ensemble comme mari et femme. »

1939. Zeev Feinberg et Yaacov Markovitch quittent leur petit village de Palestine, direction l’Allemagne, où ils ont pour mission d’épouser de jeunes Juives afin de les sauver des griffes des nazis. De retour chez eux, ils leur redonneront leur liberté en divorçant. Mais si Zeev a bien l’intention de retrouver la femme qu’il aime et son enivrant parfum d’orange, Yaacov, lui, ne tient pas à laisser partir Bella, « la plus belle femme qu’il ait vue de sa vie ». Cette dernière est pourtant déterminée à s’en séparer…

Une nuit, Markovitch

Une nuit, Markovitch – Ayelet Gundar-Goshen

Éditeur : Presses de la Cité (paru le 25 août 2016)

Pages : 480

Ma note : 3,75/5

Mon avis :

Ce roman, paru hier, est tel une orange que l’on déguste lentement et savoureusement dans une ambiance poétique et brûlante.  Lire la suite

Lecture : « Le Mausolée » d’Édouard Moradpour

Moscou, 2014. Dans la Russie trouble et tourmentée de Poutine, Tatiana gagne sa vie en dansant tous les soirs au Club 121, haut lieu de rencontres entre hommes d’affaires. Sa beauté ne laisse personne indifférent, et surtout pas Oleg Bezroukov. La jeune femme succombe rapidement au charme magnétique de ce dernier. Mais très vite, le doute s’installe. Qui est cet homme qui paraît si amoureux mais ne cesse de disparaître sans la moindre explication et surtout, semble être doté d’un étrange et inquiétant pouvoir de prédiction ?
En tentant de percer le mystère Bezroukov, la jeune femme va se retrouver entraînée dans les coulisses d’un monument emblématique, objet de tous les fantasmes, symbole d’une Russie partagée entre tradition et modernité, superstition et rationalité : le mausolée de Lénine. Dans cette aventure, Tatiana devra accomplir une mission périlleuse : arracher le corps embaumé de Lénine des griffes d’une mystérieuse organisation secrète pour l’enterrer dans une forêt de l’Oural.
Mêlant suspense, politique et mysticisme, Édouard Moradpour signe un thriller habilement construit autour d’un des monuments les plus énigmatiques et fascinants du XXe siècle.

Le Mausolée

Le Mausolée – Édouard Moradpour

Éditeur : Éditions Michalon (2013)

Pages : 384

Ma note : 4,5/5

Mon avis :

Ce roman est mêlé d’intrigue, d’histoire, de politique, de présent et de passé, de réel et d’irréel. La frontière est parfois mince au point de se demander où se situe la vérité. L’emprunte mystique est fortement présente et donne tout son piment à ce roman bien construit qui nous plonge tantôt dans le Bien tantôt dans le Mal, tantôt dans la Russie de Poutine tantôt dans l’ex URSS de Lénine, mais toujours dans le côté sulfureux du pays en question. Lire la suite

Lecture : « Nous parlions d’amour de peur de nous parler d’autre chose » d’E. Moradpour

Peut-on encore tomber amoureux lorque l’on a choisi de mettre fin à sa vie ? Eléonore et Julien ont trois jours pour décider de mourir ou de commencer à s’aimer.

Lui, Julien, grand avocat d’affaires parisien, collectionneur, mène sa vie avec autorité et grand train, sans toutefois réussir à trouver l’idéal féminin qu’il recherche tant. Elle, Eléonore, violoniste de talent dans un orchestre symphonique, ne réussit pas la carrière artistique qu’elle mérite tout en vivant des amours décevantes.
Rien, a priori, ne semble pouvoir les rapprocher – jusqu’au jour où le destin les frappe tous deux de maladies apparemment irréversibles. Leurs chemins vont se croiser à Zurich, dans une salle d’attente improbable. Tous deux veulent fuir une déchéance qui leur est insupportable.
De cette rencontre fortuite et désespérée dans un lieu incertain se produira le coup de foudre inattendu, nourri par l’art, la musique et la passion. Mais n’est-il pas déjà trop tard ?
Dans un décor de tragédie, un roman délicat et puissant sur la naissance d’une passion amoureuse qui semble pourtant condamnée. Une histoire hors normes qui garde un suspens subtil jusqu’à la dernière ligne.

Nous parlions d'amour

Nous parlions d’amour de peur de nous parler d’autre chose – Edouard Moradpour

Editeur : Michalon (2015)

Pages : 270

Ma note : 3,75/5

Mon avis :

Ce roman aborde un sujet tabou en France, la mort souhaitée, programmée, le suicide assisté.  Lire la suite