Les nanas

– 1 –
Elle est apparue dans la lueur d’un lampadaire de la rue où elle habite depuis cinq ans avec son fils de deux ans. Il fait nuit et elle va pouvoir laisser la nounou rentrer chez elle. Elle va pouvoir embrasser son enfant dans son sommeil. Elle ne dormira que cinq heures parce qu’elle sera réveillée par les pleurs de Léo, qui lui, aura eu son quota de dodo. Elle l’emmènera à la garderie et la nounou fera le reste. Sophia récupérera le petit à midi et en fin de journée. Elle le nourrira, l’amusera, le câlinera, ce qu’elle fait avec douceur depuis un an. Marie ne le reverra que cette nuit, quand ses lèvres déposeront un doux baisers sur son visage endormi. Puis elle rejoindra sa chambre où elle pleurera de ne le voir que trop peu, où elle se lamentera de devoir le laisser grandir sans elle. Elle n’a pas le choix, elle doit travailler dur pour subvenir à leurs besoins. Mais le besoin d’amour qu’ils ont tous les deux, elle ne peut en revanche le combler. Elle est seule pour apporter un peu d’argent dans le foyer, pour louer cet appartement minuscule de la région parisienne. Minuscule, comme la joie qu’elle porte dans son cœur. Immense, comme est son désir de tout changer. Mais Marie est une super nana, elle fait de son possible, elle arrache sa motivation pour l’emmener avec elle chaque matin, puis elle claque la porte et dévale les escaliers en ne laissant pas faiblir son sourire lorsqu’elle porte son enfant contre son cœur, juste le temps de descendre les escaliers et d’ouvrir la portière de sa voiture. Marie est vraiment une super nana, même si elle ne le sait pas. Lire la suite

Publicités