Lecture : « Un merci de trop » de Carène Ponte

Sage et obéissante depuis le jour de sa naissance, Juliette a tour à tour été un bébé facile, une enfant modèle, une adolescente sans problèmes et une jeune fille rangée. À presque 30 ans, habituée à dire docilement oui à tout et effacée jusqu’à la transparence, elle ronronne dans la chaleur rassurante d’une vie sans remous d’assistante de gestion. Jusqu’à ce « merci » de trop, seule réponse qu’elle parvient à bafouiller après une énième humiliation professionnelle. Ouvrant brusquement les yeux sur le désert de son existence, Juliette décide de démissionner et d’enfin vivre ses rêves, au risque du désordre. Et du désordre, il va y en avoir beaucoup…

Un merci de trop – Carène Ponte

Éditeur : Pocket (15 juin 2017)

Pages : 230

Ma note : 3,75/5

Mon avis :

Juliette, à presque trente ans, est une jeune femme bien trop gentille, du genre à se laisser marcher sur les pieds, à faire des choses pour faire plaisir avant tout aux autres, et donc à reléguer ses propres envies au second plan. Elle travaille en tant qu’assistante de gestion car ses parents l’ont orientée dans cette voie, elle qui a pourtant d’autres rêves. C’est donc à un personnage effacé et pas franchement heureux auquel nous avons affaire au départ. Mais un incident au travail va tout changer.
Lire la suite

Publicités

Lecture : « Beaux rivages » de Nina Bouraoui

C’est une histoire simple, universelle.
Après huit ans d’amour, Adrian quitte A. pour une autre femme : Beaux rivages est la radiographie de cette séparation.
Quels que soient notre âge, notre sexe, notre origine sociale, nous sommes tous égaux devant un grand chagrin d’amour.
Les larmes rassemblent davantage que les baisers.
J’ai écrit Beaux rivages pour tous les quittés du monde. Pour ceux qui ont perdu la foi en perdant leur bonheur. Pour ceux qui pensent qu’ils ne sauront plus vivre sans l’autre et qu’ils ne sauront plus aimer. Pour comprendre pourquoi une rupture nous laisse si désarmés. Et pour rappeler que l’amour triomphera toujours. En cela, c’est un roman de résistance.
N. B.

Beaux rivages – Nina Bouraoui

Éditeur : Le Livre de Poche (23 août 2017)

Pages : 215

Ma note : 4/5

Mon avis :

Quand elle se fait quitter par Adrian après huit ans d’amour, elle peine à croire que leur histoire est bel et bien terminée. Du chagrin à une certaine forme de renaissance, nous allons suivre A. dans le dédale de la séparation amoureuse.
Lire la suite

Lecture : « Rien de plus grand » de Malin Persson Giolito

Stockholm, sa banlieue chic. Dans la salle de classe d’un lycée huppé, cinq personnes gisent sur le sol, perforées de balles. Debout au milieu d’elles, Maja Norberg, dix-huit ans à peine, élève modèle et fille de bonne famille. Son petit copain, le fils de la plus grosse fortune de Suède, et sa meilleure amie, une jolie blonde soucieuse de la paix dans le monde, figurent parmi les victimes, ainsi que Samir, brillant fils d’immigrés décidé à s’affranchir de sa condition. Neuf mois plus tard, après un battage médiatique qui a dépassé les frontières suédoises, le procès se tient. Mais qui est Maja ? Qu’a-t-elle fait, et pourquoi ?

Rien de plus grand – Malin Persson Giolito

Éditeur : Presses de la Cité (8 mars 2018)

Pages : 487

Ma note : 3,5/5

Mon avis :

Rien de plus grand est un polar exprimé du point de vue d’une lycéenne présumée coupable de meurtres au sein de sa salle de classe à Stockholm puisqu’elle est la seule à s’en être réchappée sans une égratignure. À travers l’évocation de ses relations avec chaque victime au fil des jours d’audience, nous découvrons un monde torturé de jeunes de dix-huit ans issus de la haute-bourgeoisie suédoise. Une atmosphère sombre et morne plane souvent sur le récit. Un reflet amer de notre société.
Lire la suite

Lecture : « Le jour où tout bascule » d’Édouard Moradpour (Rentrée littéraire Janvier 2019)

« J’étais matérialiste. Je ne croyais qu’en ce que je voyais. L’âme était une invention des religions et il n’y avait rien après la mort, rien que le néant. Pas de « vie » après la vie, le vide, comme une nuit sans rêves. Je ne croyais pas non plus à l’amour et pensais être incapable d’aimer, d’avoir réellement de l’amour pour l’autre ; en avais-je pour moi ? Et puis survint la tragédie. Le 26 juin 2008, ma compagne Elena avec qui je vivais depuis sept ans à Moscou se suicidait dans notre appartement.

Je me sens maintenant assez fort pour vous raconter l’itinéraire de mon « Éveil » vers la Spiritualité : celui que j’étais et celui que je suis. Je veux témoigner, partager ce tournant de ma vie. Expliquer comment cette épreuve m’a ouvert les yeux et m’a apporté la Lumière, malgré les heures les plus sombres de mon existence. » 

L’auteur livre un récit personnel et sincère, dans lequel il explore les thèmes du couple, du deuil, de la culpabilité après le suicide de sa compagne, et comment il a surmonté cette épreuve. Il revient sur ses expériences « mystiques » avec de grands médiums, qu’il décrit avec lucidité ; au départ très sceptique, il a été amené à changer sa vision de « l’après », et par là-même celle du mystère de la vie et de l’origine de l’univers.

Le jour où tout bascule – Édouard Moradpour

Éditeur : Fauves (à paraître au 31 janvier 2019)

Pages : 217

Ma note : 3,75/5

Mon avis :

J’ai déjà lu plusieurs romans d’Édouard Moradpour (« Le Mausolée« , « Nous parlions d’amour de peur de nous parler d’autre chose« , « Les dix plaies de la Russie« , « Moi, Édouard, vieux garçon, maniaque et fier de l’être« ) donc quand on m’a proposé ce livre, qui va paraître dans quelques jours, j’étais complètement partante pour le découvrir. D’autant plus que la quatrième de couverture a su attirer mon attention, de par sa thématique ésotérique.  Lire la suite

Lecture : « Erectus » de Xavier Müller

À Richards Bay, en Afrique du Sud, c’est le choc.
Un homme s’est métamorphosé. Il arbore des mâchoires proéminentes, est couvert de poils, ne parle plus.

Bientôt, à New York, Paris, Genève, des Homo erectus apparaissent en meutes, déboussolés, imprévisibles, semant la panique dans la population.

De quel virus s’agit-il ?
Que se cache-t-il derrière cette terrifiante épidémie ?

Une scientifique française, Anna Meunier, se lance dans une course contre la montre pour comprendre et freiner cette régression de l’humanité.

Partout, la question se pose, vertigineuse : les erectus sont-ils encore des hommes ?
Faut-il les considérer comme des ancêtres à protéger ou des bêtes sauvages à éliminer ?

Erectus – Xavier Müller

Éditeur : XO Éditions (8 novembre 2018)

Pages : 430

Ma note : 3,75/5

Mon avis :

Quand l’éditeur m’a proposé cette lecture, j’ai vraiment été intéressée par la quatrième de couverture. J’ai trouvé l’idée de la régression humaine attrayante et je me demandais, si un tel virus devait nous frapper, comment réussirions-nous à nous en sortir ? Et d’ailleurs, y arriverait-on ?  Lire la suite

Lecture : « La petite fille du phare » de Christophe Ferré

Ploumanac’h, Côte de granit rose. Le temps d’une soirée dans un bar proche de leur maison, Morgane et Elouan laissent la garde de leur bébé, Gaela, à son frère adolescent.
Au retour, un berceau vide les attend. Aucune trace d’effraction, nulle demande de rançon. Les pistes se multiplient, mais l’enquête piétine.
Très vite, la police judiciaire pense que la petite fille ne sera jamais retrouvée.
Pour les parents de Gaela, l’enfer commence. D’autant qu’on fouille leur passé, et que celui-ci présente des zones d’ombre. Morgane est bientôt suspectée d’avoir orchestré la disparition de sa fille…
Un suspense au dénouement aussi stupéfiant qu’une déferlante sur les côtes bretonnes.

La petite fille du phare – Christophe Ferré

Éditeur : L’Archipel (3 octobre 2018)

Pages : 442

Ma note : 4,25/5

Mon avis :

Au début de ma lecture, j’avoue que j’étais un peu mitigée et j’avais peur de ne pas me passionner par ce récit. Un petit manque d’attrait pour la façon dont sont présentés les évènements et les personnages mais aussi des dialogues pas toujours passionnants ou plutôt un peu étranges. Bref, j’espérais sincèrement que cela allait s’arranger. Et j’ai eu raison de poursuivre car l’auteur a su attiser ma curiosité peu après et même rendre addictive la lecture de son roman !  Lire la suite

Lecture : « Ton année parfaite » de Charlotte Lucas

Jonathan, la quarantaine, s’enferme dans son train-train quotidien. Hannah, au contraire, profite de chaque instant et ne tient pas une minute en place. Ce 1er janvier va tout chambouler pour eux.
Au petit matin, Hannah découvre que Simon, son conjoint, a disparu, tandis que Jonathan tombe sur un agenda rempli de mystérieuses invitations. Piqué par la curiosité, il se prend au jeu et suit pas à pas les instructions du carnet. En quelques mois, il est transformé, rayonnant, tandis que Hannah, toujours sans nouvelles de son compagnon, est plus perdue que jamais.
Qui est donc l’auteur de cet étrange agenda, véritable déclaration d’amour… ?

Ton année parfaite – Charlotte Lucas

Éditeur : Presses de la Cité (7 juin 2018)

Pages : 455

Ma note : 3,75/5

Mon avis :

J’ai eu envie d’une lecture un peu feel good alors j’ai sorti Ton année parfaite de ma PAL parce que rien qu’en regardant la couverture, je me suis dit que j’allais passer un bon moment, frais, amoureux, facile.  Lire la suite