Lecture : « Une minute d’attraction » de Carrie Elks

Londres, 31 décembre 1999, une soirée de réveillon ultra chic. Gothique jusqu’au bout des ongles et armée d’un sens de la répartie hors norme, Hanna donne un coup de main à sa mère, traiteur. Aux antipodes, Richard, impeccable dans son costume cravate, est un New-Yorkais aisé que son père destine à Wall Street. Hanna le désarçonne autant qu’elle le séduit. Il n’a jamais rencontré une fille comme elle.
12 mai 2012. Hanna et Richard ne se sont plus adressé la parole depuis des années. Elle est pourtant là, à New York, pour lui révéler un secret explosif.

Une minute d’attraction – Carrie Elks

Éditeur : Presses de la Cité (1er février 2018)

Pages : 364

Ma note : 4/5

Mon avis :

Carrie Elks nous offre une comédie romantique comme on les aime. C’est un vrai plaisir de lecture quand on souhaite passer un moment de détente et de douceur. Même si la fin est très prévisible, cela ne gâche en rien l’histoire. Je n’aurai de toute façon pas désiré qu’elle se termine autrement.
Lire la suite

Publicités

Lecture : « Toutes les couleurs de la nuit » de Karine Lambert

Le diagnostic est irrévocable. D’ici trois semaines, Vincent aura perdu la vue. Confronté à son destin, ce prof de tennis de trente-cinq ans qui avait tout pour être heureux expérimente le déni, la colère et le désespoir.
Comment se préparer à vivre dans l’obscurité ? Sur qui compter ? Alors que le monde s’éteint petit à petit autour de lui et que chaque minute devient un parcours d’obstacles, il se réfugie à la campagne où il renoue avec ses souvenirs d’enfance. Les mains plongées dans la terre, Vincent se connecte à ses sens, à l’instant présent et aux autres. Il tente de gagner le match de sa nouvelle vie.

Toutes les couleurs de la nuit – Karine Lambert

Éditeur : Calmann-Lévy (17 avril 2019)

Pages : 375

Ma note : 4/5

Mon avis :

Karine Lambert nous emmène cette fois tutoyer le « monde de la nuit ». En effet, son personnage principal, professeur de tennis, perd la vue suite à une Neuropathie optique de Leber. Il est évident que ce diagnostic va tout bouleverser dans sa vie. Ses projets, son quotidien et son rapport à la vie et aux gens ne seront plus jamais les mêmes. L’auteure nous décrit avec sensibilité la difficulté de l’acceptation et de la résilience quand tout semble partir à vau-l’eau, quand le sens si important qu’est la vue nous est privé soudainement.
Lire la suite

Lecture : « La peau des hommes » de Camille Lanvin

Estelle multiplie les rencontres. Qu’ils soient tendres, drôles, égoïstes ou spirituels, elle aime observer les hommes et les mettre à nu avec d’autant plus d’entrain qu’elle fuit sa propre histoire. Car l’avantage de tous ces hommes, c’est qu’ils ne sont pas lui : Ganaël, celui qu’elle a réussi à quitter dans un ultime réflexe de survie. L’amour de sa vie à qui elle avait tout donné. À Paris, elle tente désormais de tourner la page, et c’est à travers le regard des hommes qu’elle va chercher la femme en elle, celle dont elle a perdu la trace…

La peau des hommes – Camille Lanvin

Éditeur : &H (2 mai 2019)

Pages : 321

Ma note : 4/5

Mon avis :

Je lis très peu de romance mais celle-ci est réellement typée Contemporaine, ce qui n’est pas pour me déplaire. Si j’ai été parfois un peu lassée par les nombreuses relations du personnage principal, Estelle, l’issue donne de la consistance au roman et aborde la psychologie féminine avec délicatesse.
Lire la suite

Lecture : « Un merci de trop » de Carène Ponte

Sage et obéissante depuis le jour de sa naissance, Juliette a tour à tour été un bébé facile, une enfant modèle, une adolescente sans problèmes et une jeune fille rangée. À presque 30 ans, habituée à dire docilement oui à tout et effacée jusqu’à la transparence, elle ronronne dans la chaleur rassurante d’une vie sans remous d’assistante de gestion. Jusqu’à ce « merci » de trop, seule réponse qu’elle parvient à bafouiller après une énième humiliation professionnelle. Ouvrant brusquement les yeux sur le désert de son existence, Juliette décide de démissionner et d’enfin vivre ses rêves, au risque du désordre. Et du désordre, il va y en avoir beaucoup…

Un merci de trop – Carène Ponte

Éditeur : Pocket (15 juin 2017)

Pages : 230

Ma note : 3,75/5

Mon avis :

Juliette, à presque trente ans, est une jeune femme bien trop gentille, du genre à se laisser marcher sur les pieds, à faire des choses pour faire plaisir avant tout aux autres, et donc à reléguer ses propres envies au second plan. Elle travaille en tant qu’assistante de gestion car ses parents l’ont orientée dans cette voie, elle qui a pourtant d’autres rêves. C’est donc à un personnage effacé et pas franchement heureux auquel nous avons affaire au départ. Mais un incident au travail va tout changer.
Lire la suite

Lecture : « Beaux rivages » de Nina Bouraoui

C’est une histoire simple, universelle.
Après huit ans d’amour, Adrian quitte A. pour une autre femme : Beaux rivages est la radiographie de cette séparation.
Quels que soient notre âge, notre sexe, notre origine sociale, nous sommes tous égaux devant un grand chagrin d’amour.
Les larmes rassemblent davantage que les baisers.
J’ai écrit Beaux rivages pour tous les quittés du monde. Pour ceux qui ont perdu la foi en perdant leur bonheur. Pour ceux qui pensent qu’ils ne sauront plus vivre sans l’autre et qu’ils ne sauront plus aimer. Pour comprendre pourquoi une rupture nous laisse si désarmés. Et pour rappeler que l’amour triomphera toujours. En cela, c’est un roman de résistance.
N. B.

Beaux rivages – Nina Bouraoui

Éditeur : Le Livre de Poche (23 août 2017)

Pages : 215

Ma note : 4/5

Mon avis :

Quand elle se fait quitter par Adrian après huit ans d’amour, elle peine à croire que leur histoire est bel et bien terminée. Du chagrin à une certaine forme de renaissance, nous allons suivre A. dans le dédale de la séparation amoureuse.
Lire la suite

Lecture : « Rien de plus grand » de Malin Persson Giolito

Stockholm, sa banlieue chic. Dans la salle de classe d’un lycée huppé, cinq personnes gisent sur le sol, perforées de balles. Debout au milieu d’elles, Maja Norberg, dix-huit ans à peine, élève modèle et fille de bonne famille. Son petit copain, le fils de la plus grosse fortune de Suède, et sa meilleure amie, une jolie blonde soucieuse de la paix dans le monde, figurent parmi les victimes, ainsi que Samir, brillant fils d’immigrés décidé à s’affranchir de sa condition. Neuf mois plus tard, après un battage médiatique qui a dépassé les frontières suédoises, le procès se tient. Mais qui est Maja ? Qu’a-t-elle fait, et pourquoi ?

Rien de plus grand – Malin Persson Giolito

Éditeur : Presses de la Cité (8 mars 2018)

Pages : 487

Ma note : 3,5/5

Mon avis :

Rien de plus grand est un polar exprimé du point de vue d’une lycéenne présumée coupable de meurtres au sein de sa salle de classe à Stockholm puisqu’elle est la seule à s’en être réchappée sans une égratignure. À travers l’évocation de ses relations avec chaque victime au fil des jours d’audience, nous découvrons un monde torturé de jeunes de dix-huit ans issus de la haute-bourgeoisie suédoise. Une atmosphère sombre et morne plane souvent sur le récit. Un reflet amer de notre société.
Lire la suite

Lecture : « Le jour où tout bascule » d’Édouard Moradpour (Rentrée littéraire Janvier 2019)

« J’étais matérialiste. Je ne croyais qu’en ce que je voyais. L’âme était une invention des religions et il n’y avait rien après la mort, rien que le néant. Pas de « vie » après la vie, le vide, comme une nuit sans rêves. Je ne croyais pas non plus à l’amour et pensais être incapable d’aimer, d’avoir réellement de l’amour pour l’autre ; en avais-je pour moi ? Et puis survint la tragédie. Le 26 juin 2008, ma compagne Elena avec qui je vivais depuis sept ans à Moscou se suicidait dans notre appartement.

Je me sens maintenant assez fort pour vous raconter l’itinéraire de mon « Éveil » vers la Spiritualité : celui que j’étais et celui que je suis. Je veux témoigner, partager ce tournant de ma vie. Expliquer comment cette épreuve m’a ouvert les yeux et m’a apporté la Lumière, malgré les heures les plus sombres de mon existence. » 

L’auteur livre un récit personnel et sincère, dans lequel il explore les thèmes du couple, du deuil, de la culpabilité après le suicide de sa compagne, et comment il a surmonté cette épreuve. Il revient sur ses expériences « mystiques » avec de grands médiums, qu’il décrit avec lucidité ; au départ très sceptique, il a été amené à changer sa vision de « l’après », et par là-même celle du mystère de la vie et de l’origine de l’univers.

Le jour où tout bascule – Édouard Moradpour

Éditeur : Fauves (à paraître au 31 janvier 2019)

Pages : 217

Ma note : 3,75/5

Mon avis :

J’ai déjà lu plusieurs romans d’Édouard Moradpour (« Le Mausolée« , « Nous parlions d’amour de peur de nous parler d’autre chose« , « Les dix plaies de la Russie« , « Moi, Édouard, vieux garçon, maniaque et fier de l’être« ) donc quand on m’a proposé ce livre, qui va paraître dans quelques jours, j’étais complètement partante pour le découvrir. D’autant plus que la quatrième de couverture a su attirer mon attention, de par sa thématique ésotérique.  Lire la suite