Lecture : « Les Filles de Roanoke » d’Amy Engel

« Soit nous fuyons, soit nous mourons. »
Tout le monde admire les filles Roanoke. Elles sont belles, jeunes, riches et vivent avec leurs grands-parents au milieu du Kansas, dans un immense domaine noyé de soleil. Leur vie semble si douce… Pourtant Camilla, Penelope, Eleanor, toutes les filles de la lignée ont connu des fins tragiques. Il y a quelque chose de pourri au royaume des Roanoke.
Plongée étouffante au cœur des relations troubles d’une famille d’aujourd’hui, Les Filles de Roanoke est un véritable page turner atmosphérique et haletant. Amy Engel distille avec talent le poison des non-dits, dans la lignée des grands romans de Joyce Carol Oates.

Les Filles de Roanoke – Amy Engel

Éditeur : Autrement (7 juin 2017)

Pages : 351

Ma note : 4,5/5

Mon avis :

Je l’ai dévoré ! Une fois commencé, on a franchement du mal à s’arrêter. Le sujet abordé est malsain mais ce n’est pas le cas de l’écriture et de la façon dont il est traité, nous sommes réellement captivés. La psychologie des personnages est diablement bien dépeinte. L’auteure souffle le chaud et le froid avec brio !  Lire la suite

Lecture : « L’Invention de la neige » d’Anne Bourrel

Il fait un froid, cette année. Mais un froid. Du jamais vu. Pourtant sur les pistes des Cévennes, pas un centimètre de neige, les tire-fesses sont à l’arrêt. Une station fantôme…
Si Ferrans pensait faire oublier à sa femme, Laure, la mort de son grand-père, c’est plutôt raté. L’auberge qu’il a choisie pour ses deux filles et pour Laure n’a du Bonheur que le nom. Elle est peuplée d’une patronne obèse, d’un lézard barbu et d’un moniteur de ski aux yeux morts. Et partout : la terre trempée, la boue. Pourtant, Ferrans s’obstine à rester jusqu’à ce que l’imprévu retourne comme un gant cette famille recomposée en apparence bien sous tous rapports.

L’Invention de la neige – Anne Bourrel

Éditeur : Pocket (11 mai 2017)

Pages : 260

Ma note : 4/5

Mon avis :

Voici une lecture singulière, dans son style tout d’abord, une belle écriture instillant une atmosphère noire de laquelle émerge parfois une pointe de burlesque, mais aussi dans son histoire et son traitement.  Lire la suite

Lecture : « La ferme des Miller » d’Anna Quindlen

Histoire d’amour, drames, secrets inavouables : à travers le destin d’une famille de Pennsylvanie, Anna Quindlen donne à lire tout un pan de l’histoire américaine de la seconde moitié du XXe siècle. 

Petite fille précoce et curieuse, Mimi mène une enfance protégée dans la ferme familiale. Il y a là Bud, son père cultivateur et répare-tout ; Miriam, sa mère infirmière ; ses deux frères, le taiseux Eddie et le caïd séducteur Tommy ; ainsi que Ruth, sa tante, qui, pour une raison étrange, ne s’éloigne jamais de la maison. Un monde rassurant, fait d’éclats de rire et de joie, que Mimi pense immuable. Mais nous sommes en 1966 et ces jours heureux sont comptés… 

La guerre du Vietnam qui laisse Tommy à jamais meurtri, la maladie qui frappe Bud, les drames passés de la tante Ruth… et cet impensable projet du gouvernement de transformer leur vallée en barrage. Ce monde que Mimi aime tant disparaîtrait englouti sous les eaux ? Qui désormais pour sauver la ferme et ses habitants ? Alors qu’elle envisageait de quitter le village pour suivre des études de médecine et retrouver son amour d’enfance, Mimi va devoir faire un terrible choix.

La ferme des Miller – Anna Quindlen

Éditeur : Belfond, Le Cercle (18 mai 2017)

Pages : 316

Ma note : 4/5

Mon avis :

La ferme des Miller, c’est une histoire familiale au cœur de l’Amérique profonde des années 60, mais c’est aussi l’évolution d’un personnage principal féminin au fil des ans : les grandes étapes de sa vie, ses doutes, ses envies, ses questionnements… C’est un récit emprunt de douceur et de réalisme.  Lire la suite

Lecture : « Une mer si froide » de Linda Huber

Un jour de fin d’été, sur une plage des Cornouailles, Olivia, trois ans, disparaît. Effondrés, ses parents Maggie et Colin attendent en vain que l’Océan leur restitue le corps de l’enfant.

Quelques semaines plus tard, non loin de là, c’est la rentrée des classes pour Hailey, cinq ans. Jennifer s’en fait une joie mais depuis quelque temps sa petite fille est distante et craintive, si bien que Jennifer se laisse parfois déborder par la nervosité. D’autant que son mari est absent, qu’elle affronte seule une nouvelle grossesse, et que certaines bribes de son passé lui reviennent comme enveloppées de brouillard.

Alors que Maggie traverse la pire épreuve de sa vie, Jennifer veut redonner l’apparence du bonheur à sa famille fracassée. Intriguée par la fillette mutique, Katie, une jeune institutrice passionnée par son métier, pousse Hailey à mettre des mots sur les démons qui l’étouffent…

Une mer si froide – Linda Huber

Éditeur : Presses de la Cité (4 mai 2017)

Pages : 363

Ma note : 3,25/5

Mon avis :

Une disparition d’enfant, deux familles, deux histoires, quel est le lien ?  Lire la suite

Lecture : « La ferme du bout du monde » de Sarah Vaughan

Cornouailles, une ferme isolée au sommet d’une falaise. Battus par les vents de la lande et les embruns, ses murs abritent depuis trois générations une famille… et ses secrets.
1939. Will et Alice trouvent refuge auprès de Maggie, la fille du fermier. Ils vivent une enfance protégée des ravages de la guerre. Jusqu’à cet été 1943 qui bouleverse leur destin.
Été 2014. La jeune Lucy, trompée par son mari, rejoint la ferme de sa grand-mère Maggie. Mais rien ne l’a préparée à ce qu’elle y découvrira. Deux étés, séparés par un drame inavouable. Peut-on tout réparer soixante-dix ans plus tard ?

La ferme du bout du monde – Sarah Vaughan

Éditeur : Préludes (5 avril 2017)

Pages : 445

Ma note : 3,75/5

Mon avis :

Un récit au cœur des Cornouailles et des secrets de famille, une nature sauvage et des mystères gardés entre les murs de cette vieille ferme retirée, voilà ce que contient ce roman rural et familial.  Lire la suite

Lecture : « Le Refuge des souvenirs » de Mary Marcus

Mary Jacob grandit dans l’indifférence générale. Son unique confidente : Lavina, la domestique noire de la famille, qui la considère comme sa fille. Quand Lavina est tuée lors d’incidents raciaux, Mary Jacob est envoyée en pension sans que le drame soit jamais évoqué. Pour se protéger, la fillette oublie tout de cette période.
Trente ans plus tard, Mary Jacob retourne dans sa ville natale, auprès de son père mourant. Sur les traces de son passé, la jeune femme recouvrera-t-elle la mémoire ? Pourra-t-elle faire la paix avec sa propre histoire et avec Billy Ray, le fils de Lavina, blessé par le silence et les non-dits ?

Le Refuge des souvenirs – Mary Marcus

Éditeur : Presses de la Cité (16 mars 2017)

Pages : 445

Ma note : 4,25/5

Mon avis :

Vous le savez peut-être, les romans sur la ségrégation et le racisme me touchent profondément, j’y suis particulièrement sensible. J’aime énormément me cultiver à ce sujet, parce que je trouve qu’il est essentiel de se souvenir du passé afin de préserver le présent et d’essayer de le (et de nous) rendre meilleur. C’est donc avec grand intérêt que j’ai plongé dans ce roman qui m’a rappelé le très bon La Couleur des sentiments de Kathryn StockettLire la suite

Lecture : « Les flagrants délires d’Hendrik Groen »

Une cure de jouvence déjà prescrite dans trente-cinq pays !

Pas facile de vivre dans une maison de retraite quand on a 83 ans 1/4, de nombreux petits tracas de santé et une directrice qui frise l’autoritarisme. Mais Hendrik refuse de céder à la morosité ambiante. Il entame un journal intime afin d’y consigner ses contrariétés, ses pensées et observations, mais aussi ses envies et ses joies.
Avec ses amis, Evert, bourru, farceur et un tantinet alcoolique, la fine et intelligente Eefje et trois autres sympathiques octogénaires, il crée un club de rebelles : le VIMAPEM, Vieux Mais Pas Encore Morts. Car, quel que soit le temps qu’il leur reste à vivre et quoi qu’il arrive, l’amitié, une bonne dose de rigolade et de provocation, et même l’amour, rendront l’existence plus supportable et, pourquoi pas, plus belle. Un défi qu’ils vont relever avec panache, humour et dignité.

Les flagrants délires d’Hendrik Groen (Auteur anonyme)

Éditeur : Presses de la Cité (2 mars 2017)

Pages : 365

Ma note : 3,75/5

Mon avis :

Ce roman est en fait le journal intime d’un vieil homme en maison de retraite. Jour après jour, Hendrik Groen nous fait sourire, rire, nous émeut, mais soulève aussi, tout en drôlerie et légèreté, les problèmes que les personnes âgées rencontrent au quotidien et notamment dans les institutions.  Lire la suite