Lecture : « Le couple d’à côté » de Shari Lapena (Rentrée littéraire 2017)

Anne et Marco sont invités à dîner chez leurs voisins. Au dernier moment, la baby-sitter leur fait faux bond. Qu’à cela ne tienne : ils emportent avec eux le babyphone et passeront toutes les demi-heures surveiller le bébé. La soirée s’étire. La dernière fois qu’ils sont allés la voir, Cora dormait à poings fermés. Mais de retour tard dans la nuit, l’impensable s’est produit : le berceau est vide.
Pour la première fois, ce couple apparemment sans histoire voit débarquer la police chez lui. Or, la police ne s’arrête pas aux apparences… Qu’est-ce que l’enquête va bien pouvoir mettre au jour ?

Le couple d’à côté – Shari Lapena

Éditeur : Presses de la Cité (21 septembre 2017)

Pages : 331

Ma note : 4/5

Mon avis :

Le couple d’à côté est clairement un roman psychologique dans lequel nous devons dénouer les liens et les secrets familiaux. Il flotte une ambiance de huis-clos. En effet, les personnages sont assez peu nombreux et la pesanteur du doute les accable les uns après les autres. Si le coupable de l’enlèvement de l’enfant est dévoilé à mi-chemin, de nouvelles révélations vont cependant surgir en fin de roman.  Lire la suite

Publicités

Lecture coup de cœur : « Entre deux mondes » d’Olivier Norek (Rentrée littéraire 2017)

ADAM A DÉCOUVERT
EN FRANCE UN ENDROIT
OÙ L’ON PEUT TUER
SANS CONSÉQUENCES.

Entre deux mondes – Olivier Norek

Éditeur : Michel Lafon (5 octobre 2017)

Pages : 409

Ma note : 5/5

Mon avis :

Je n’ai pas si souvent de coup de cœur littéraire, mais vraiment, avec Entre deux mondes, Olivier Norek, que j’appréciais déjà beaucoup, est entré dans le top de mes auteurs à lire, à suivre, à ne pas manquer. Je suis heureuse de m’être procurée le petit dernier, j’avais toutefois un peu peur d’être déçue, cela arrive parfois quand autant de critiques dithyrambiques encensent un roman, mais force est de constater qu’elles sont toutes justifiées et que je vais complètement dans leur sens. Une véritable claque émotionnelle comme je les aime !  Lire la suite

Lecture : « Même les pêcheurs ont le mal de mer » de Diane Peylin

Il y a Rafa, le patriarche, Valente, le père, et Salvi, le dernier de la lignée. Ce sont des géants impassibles, aussi rudes que l’île où ils vivent. Chez les Orozco, on est pêcheur de père en fils. La peau dure. Les yeux secs. Le silence en héritage.
Voilà neuf ans que Salvi a fui les siens pour la ville, de l’autre côté de l’océan. Mais la mort de Rafa le rappelle aujourd’hui. Sur cette île où l’on n’exprime jamais ses sentiments, où les manques, les cicatrices et les mensonges se transmettent de génération en génération, de mal de mer en mal de père…

Même les pêcheurs ont le mal de mer – Diane Peylin

Éditeur : Pocket (1er juin 2017)

Pages : 251

Ma note : 4/5

Mon avis :

Je découvre Diane Peylin avec ce roman, et cela grâce à la proposition des Éditions Pocket. Je les remercie beaucoup car c’est à travers une bien jolie plume que j’ai pu m’immerger au sein d’une famille dans laquelle on ne dévoile pas ses sentiments, ni par les gestes ni par la parole. C’est avec délicatesse que l’auteure nous conte l’histoire de ces hommes qui n’ont pas appris à aimer autant qu’ils l’auraient voulu.  Lire la suite

Lecture : « La brume en août » de Robert Domes (Rentrée littéraire 2017)

La Brume en août est un roman allemand inspiré d’une histoire vraie. Celle d’Ernst Lossa, assassiné à l’âge de 14 ans dans un hôpital psychiatrique par les nazis parce qu’il était tzigane. Déjà adapté au cinéma en Allemagne.

Allemagne, 1933. Ernst Lossa vient d’une famille de Tziganes. Les services sociaux l’arrachent à sa famille et le placent dans un orphelinat. Là, le jeune enfant se débat entre les promesses de revoir ses parents et la difficile adaptation à son nouvel environnement. Quoi qu’il fasse, il est jugé comme un enfant à problèmes car ce qui plane sur lui, c’est le regard des adultes qui le jugent « issu d’une race inférieure ». Il sera transféré plusieurs fois d’institution en institution, jusqu’à être interné dans un hôpital psychiatrique. Commence alors son court voyage vers la mort. Cet enfant, parfaitement sain de corps et d’esprit, gentil, résilient, ne pourra jamais comprendre cette grande faute qu’on lui reproche.

Après des années de recherches, Robert Domes tisse sur son destin et en son hommage un récit aussi beau que poignant, qui illustre parfaitement une face peu connue de la nazification des esprits dans l’Allemagne des années 1930. Un scandale historique qui aura été largement ignoré à Nuremberg, comme un dossier perdu dans les ténèbres de la Seconde Guerre mondiale.

La brume en août, l’histoire vraie d’Ernst Lossa – Robert Domes

Éditeur : La Belle Colère (12 octobre 2017)

Pages : 347

Ma note : 4,5/5

Mon avis :

C’est une lecture à la fois sensible et terrifiante que nous offre Robert Domes. Basé sur l’histoire vraie d’Ernst Lossa, s’étalant sur une dizaine d’années et reprenant les événements majeurs de sa triste et bien trop courte vie, le récit ne contient aucun pathos mais n’est pas dénué d’affect pour autant.  Lire la suite

Lecture : « Pukhtu, Primo » de DOA

Un chef de clan pachtoune en quête de vengeance après la mort de ses enfants dans une attaque de drone ; une société de sécurité privée aux relations troubles ; un ancien militaire français manipulé par la CIA pour infiltrer un réseau de mercenaires ; un conseiller occulte de la République française aux étranges amitiés ; deux journalistes prêts à sacrifier leur carrière et plus encore pour la vérité. 
Les destinées de ces personnages à l’ombre du monde se lient dans une vaste fresque noire, terriblement actuelle, entre Asie centrale, Afrique, Amérique du Nord et Europe. Vertigineux.

Pukhtu, Primo – DOA

Éditeur : Folio (7 septembre 2017)

Pages : 795

Ma note : 3,5/5

Mon avis :

Un roman noir, dense, ultra réaliste.  Lire la suite

Lecture : « On la trouvait plutôt jolie » de Michel Bussi (Rentrée littéraire 2017)

Du désert sahélien à la jungle urbaine marseillaise, en quatre jours et trois nuits…
Un suspense renversant et bouleversant.

« – Qu’est-ce qui ne va pas, Leyli ? Vous êtes jolie. Vous avez trois jolis enfants. Bamby, Alpha, Tidiane. Vous vous en êtes bien sortie.
– Ce sont les apparences, tout ça. Du vent. Il nous manque l‘essentiel. Je suis une mauvaise mère. Mes trois enfants sont condamnés. Mon seul espoir est que l’un d’eux, l’un d’eux peut-être, échappe au sortilège.
Elle ferma les yeux. Il demanda encore :
– Qui l’a lancé, ce sortilège ?
– Vous. Moi. La terre entière. Personne n’est innocent dans cette affaire. »

On la trouvait plutôt jolie – Michel Bussi

Éditeur : Presses de la Cité (12 octobre 2017)

Pages : 462

Ma note : 4,25/5

Mon avis :

Michel Bussi, un de mes auteurs favoris duquel je savoure chaque roman. Pour ne pas déroger à la règle, je savais, avant même d’ouvrir ce nouvel opus, que j’allais entrer facilement dans l’histoire, que j’allais sentir une addiction à ce récit. Une lecture plaisir, fluide et envoûtante !  Lire la suite

Lecture : « Verre Cassé » d’Alain Mabanckou

Verre Cassé est un client assidu du Crédit a voyagé, un bar congolais des plus crasseux. Un jour, L’Escargot entêté, le patron, lui propose de mettre sur papier les prouesses héroïco-comiques des habitués… Dans un cahier de fortune, sous la plume désabusée de cet ancien instituteur ivrogne, prend vie l’histoire horrifique d’une troupe d’éclopés aux aventures fantastiques.

Verre Cassé – Alain Mabanckou

Éditeur : Points (réédition du 15 juin 2017)

Pages : 248

Ma note : 4/5

Mon avis :

Dès les premiers mots, on sait que l’on aura affaire à un récit peu commun. Pas de majuscules, pas de points. Uniquement des virgules dans un entêtement de mots aux phrases qui semblent sans fin. Autant dire que cela surprend ! Mais ne prenez pas peur. Si les débuts peuvent être un poil tatillons (le temps de s’habituer), on prend vite le train en marche, ou plutôt on se retrouve aspiré, qu’on le veuille ou non, au sein de ce bavardage africain plein de drôlerie imagée et de vie à l’état brut.  Lire la suite