Lecture : « Sauvage » de Jamey Bradbury [Explorateurs du Polar]

À dix-sept ans, Tracy Petrikoff possède un don inné pour la chasse et les pièges. Elle vit à l’écart du reste du monde et sillonne avec ses chiens de traîneau les immensités sauvages de l’Alaska. Immuablement, elle respecte les trois règles que sa mère, trop tôt disparue, lui a dictées : «ne jamais perdre la maison de vue», «ne jamais rentrer avec les mains sales» et surtout «ne jamais faire saigner un humain». Jusqu’au jour où, attaquée en pleine forêt, Tracy reprend connaissance, couverte de sang, persuadée d’avoir tué son agresseur. Elle s’interdit de l’avouer à son père, et ce lourd secret la hante jour et nuit. Une ambiance de doute et d’angoisse s’installe dans la famille, tandis que Tracy prend peu à peu conscience de ses propres facultés hors du commun.

Flirtant avec le fantastique, ce troublant roman d’initiation nous plonge dans l’intimité d’une jeune fille singulière qui s’interroge sur sa nature profonde.

Sauvage – Jamey Bradbury

Éditeur : Gallmeister (07 mars 2019)

Pages : 311

Ma note : 4/5

Mon avis :

Jamey Bradbury nous offre un premier roman atypique à l’atmosphère troublante, sensiblement bien écrit.
Lire la suite

Publicités

BD : « Carpe Diem – Amour, spleen et tatouage » de Timothée Ostermann

Parfois, l’amour s’en va, et c’est chiant. S’ensuit la sempiternelle question : comment se remettre d’un déboire affectif ? La réponse est simple : marquer son épiderme à l’encre pour toujours.

Ainsi démarre la quête initiatique de Timothée Ostermann dans un salon de tatouage pour trouver LE tattoo qui soignera les blessures profondes.

Suivez les tribulations d’une âme en peine entre tribal et vanité, entre phénix et signe de l’infini, entre amour et béatitude prochaine.

Carpe Diem – Amour, spleen et tatouage – Timothée Ostermann

Éditeur : Fluide Glacial (10 avril 2019)

Pages : 135

Ma note : 3,25/5

Mon avis :

J’ai passé un bon moment avec cette bande dessinée qui aborde de façon humoristique l’univers du tatouage. Toutefois, le graphisme n’est pas complètement à mon goût et j’ai eu une petite frustration en fin de BD. Un avis un peu mitigé donc.
Lire la suite

Concours : Gagnez la revue PAGE n°195 + des goodies (10 gagnants !)

Dans le cadre de notre partenariat annuel, j’ai le plaisir de vous proposer une fois de plus un concours pour remporter la très jolie revue PAGE des Libraires et ses goodies !

Nous vous proposons donc de remporter la revue PAGE (le numéro n°195) mais aussi un sac en toile, un carnet et un marque-page PAGE. Ce n’est pas tout, il y aura… 10 gagnants ! Découvrir la suite et participer

Interview Libraire : Claire Rémy de la librairie Maupetit à Marseille

Voici la treizième interview issue de mon partenariat avec PAGE des Libraires. Cette fois, j’ai souhaité que PAGE contacte Claire Rémy de la librairie Maupetit à Marseille car elle a rédigé une chronique, dans le numéro 194 de PAGE, au sujet de la BD Nymphéas noirs de BussiCassegrainDuval, qui m’a donnée très envie de la découvrir. Le roman de Michel Bussi avait été un véritable coup de cœur il y a quelques années !

Quelques mots de Claire Rémy à son sujet (revue n°194) :

« Il faut être honnête : tout, dans cette BD, est réussi. La réécriture de Fred Duval est au cordeau grâce à un savant découpage qui nous emporte immédiatement et nous souffle le chaud et le froid jusqu’au twist final, imparable. Quant au dessin de Didier Cassegrain, tout en peinture et couleurs directes, il nous plonge parfaitement dans l’ambiance lourde et ouatée de l’enquête, dans les différentes branches d’une affaire opaque, sans oublier de rendre hommage à Giverny, sa nature et son illustre Claude (Monet, ndlr). »

★ ☆ ★ ☆ Lire la suite

Lecture : « Histoire des Blancs » de Nell Irvin Painter (Rentrée littéraire Janvier 2019)

La notion de race fait un retour violent dans le langage et les conflits sociaux en France, comme si le sujet avait été refoulé. Les minorités visibles n’hésitent plus à revendiquer leur couleur ou leur identité racisée.
L’historienne africaine-américaine, Nell Irvin Painter, adopte un point de vue révolutionnaire : au lieu d’étudier la négritude, elle interroge la construction de la notion de race blanche, depuis les Scythes de l’Antiquité jusqu’aux catégories raciales utilisées dans l’Occident contemporain. Elle retrace la manière dont la désignation des Blancs et des Non-Blancs a évolué selon les croyances politiques. En montrant les transferts entre les pensées américaines et européennes, elle éclaire les identifications raciales aujourd’hui.

Histoire des Blancs – Nell Irvin Painter

Éditeur : Max Milo (31 janvier 2019)

Pages : 428 avec les remerciements et les notes (369 sans)

Ma note : 3,75/5

Mon avis :

Je lis peu d’essais mais suite à une interview télévisée de Nell Irvin Painter, j’ai eu envie de me plonger dans Histoire des Blancs. Le racisme et la condition des Noirs forment un sujet qui me passionne autant qu’il me désespère. J’aime beaucoup me cultiver à ce propos. Avec cet essai très documenté, j’ai pu m’immerger dans la notion de race en Amérique – tout en faisant le pont avec l’Europe – de l’Antiquité à nos jours.
Lire la suite

Concours : Gagnez la revue PAGE n°194 + des goodies

Dans le cadre de notre partenariat annuel, j’ai le plaisir de vous proposer une fois encore un concours pour remporter la très jolie revue PAGE des Libraires et ses goodies !

Nous vous proposons donc de remporter la revue PAGE (le numéro n°194) mais aussi un sac en toile, un carnet et un marque-page PAGE. Découvrir la suite et participer

Interview Libraire : Anne-Sophie Rouveloux de la librairie L’Écriture à Vaucresson (92)

Voici la douzième interview issue de mon partenariat avec PAGE des Libraires. Cette fois, j’ai souhaité que PAGE contacte Anne-Sophie Rouveloux de la librairie L’Écriture à Vaucresson (92) car elle a rédigé une chronique, dans le numéro 193 de PAGE, au sujet du roman de Dave EggersLes héros de la Frontière, qui m’a donné très envie de le lire.

Quelques mots d’Anne-Sophie à son sujet (revue n°193) :

« Et il y a Josie, bien sûr. Touchante lorsqu’elle pense à Jeremy qui voulait partir pour l’Afghanistan, hilarante lorsqu’elle se souvient de sa vie conjugale avec Carl – qu’elle a plus connu sur le trône qu’autre chose – et attachante car elle est humaine. Une seule question la hante : utilise-t-elle son temps sur Terre à bon escient ? Elle met à l’oeuvre ce dont nous rêvons tous : fuir pour se trouver. »

★ ☆ ★ ☆ Lire la suite