Lecture : « Cité et pavillon » de Margarita Perea Zaldivar

Quand Fatiha, la femme de ménage des Lampelle, entend un râle à l’étage de la maison où elle travaille et découvre une masse sombre, inerte, étendue sur le sol, elle ne se doute pas que cet événement va changer le cours de la vie d’Arthur, jeune lycéen en train de sombrer dans la dépendance aux jeux en réseau.

Florence Lampelle, sa mère, et Fatiha racontent cette dérive à deux voix et initient, chemin faisant, une relative découverte réciproque. « Cité et pavillon » croise le regard de ces deux femmes qui vivent dans la même banlieue mixte où les gens de la cité et ceux des pavillons demeurent dans les limites de leurs territoires, sans se côtoyer ni se connaître.

Leur récit, tantôt douloureux tantôt cocasse, donne à découvrir deux mondes ayant chacun ses codes et ses règles, deux mondes dont la souffrance n’est pas exclue, quel que soit le côté de la rue où l’on habite.

Un roman inspiré par des histoires vraies, des anecdotes et des paroles glanées tant dans les cages d’escaliers que les rues pavillonnaires.

cite-et-pavillon-photo

Cité et pavillon – Margarita Perea Zaldivar

Éditeur : Iggybook [Autoédition] (paru le 24 octobre 2015)

Pages : 171

Ma note : 4/5

Mon avis :

J’ai vraiment apprécié ce court roman, j’ai passé un très bon moment en compagnie des personnages. Les thématiques des milieux sociaux français et de l’addiction d’un adolescent aux jeux en réseau sont traitées de façon sobre et juste. L’approche familiale ainsi que les différences culturelles sont abordées de manière assez pudique et ne tombent pas dans le cliché. Ici, on ne rentre pas dans un débat sans fin, mais dans une réalité exposée sincèrement et sans a priori. De plus, les touches d’humour sont très appréciables !  Lire la suite

Publicités

Lecture : « Si la lune éclaire nos pas » de Nadia Hashimi

Kaboul est entre les mains des talibans. Depuis que son mari, considéré comme un ennemi du régime, a été assassiné, Fereiba est livrée à elle-même. Si cette enseignante ne veut pas connaître le même sort que son mari, elle n’a d’autre choix que de fuir. Après avoir vendu le peu qu’elle possède, elle entreprend un voyage périlleux avec ses trois enfants, dans l’espoir de trouver refuge chez sa sœur, à Londres. Comme des milliers d’autres, elle traverse l’Iran, la Turquie, la Grèce, l’Italie et la France. Sans autres ressources que son courage et sa détermination sans faille, elle espère pouvoir compter sur le soutien de ceux qu’elle rencontrera en chemin. Hélas, les routes de l’exil sont semées d’embûches : que devra-t-elle sacrifier pour de meilleurs lendemains ?

si-la-lune-eclaire-nos-pas-redim

Si la lune éclaire nos pas – Nadia Hashimi

Éditeur : Milady (paru le 21 octobre 2016)

Pages : 512

Ma note : 4,75/5

Mon avis :

Attention, ce livre est une véritable pépite d’humanité, de douleur et d’espoir. Un roman à mettre entre toutes les mains tant il résonne profondément dans notre cœur et tant il est terriblement d’actualité.  Lire la suite

Lecture : « La loi du silence » d’Anita Terpstra

Alma Meester, son mari Linc et leurs enfants Iris et Sander semblent être une famille heureuse. Tout bascule lorsque Sander, âgé de onze ans, disparaît avec un petit camarade lors d’une colonie de vacances. Le corps de ce dernier est retrouvé, mais Sander, lui, semble s’être évaporé dans la nature.
Cinq ans plus tard, un jeune homme se signale à un poste de police en Allemagne. Il affirme être Sander, le garçon disparu des années plus tôt. Fous de joie, Alma et Linc peuvent à nouveau serrer leur fils dans leurs bras. Pourtant les retrouvailles sont loin d’être parfaites, et la famille commence à douter. Sander est-il vraiment celui qu’il prétend être ? Lui qui a toujours été un garçon étrange, au comportement parfois malsain, n’est plus tout à fait le même… Pour le savoir, ils devront se replonger dans un passé qu’ils préféreraient oublier. Qu’est-il réellement arrivé pendant la colonie de vacances ?

la-loi-du-silence-photo

La loi du silence – Anita Terpstra

Éditeur : Denoël (22 avril 2016)

Pages : 355

Ma note : 4,5/5

Mon avis :

Le challenge de Kyradieuse « Pioche dans ma PAL » sur Livraddict a été l’occasion pour moi de sortir un deuxième roman de mes piles de Pise (découvrir le premier ici) grâce à ma binôme De-pages-en-pages qui me l’a choisi. Et je la remercie car La loi du silence faisait partie de ces livres qui attendaient alors que je mourais d’envie de le découvrir.  Lire la suite

Lecture : « Yaak Valley, Montana » de Smith Henderson (Rentrée littéraire) #MRL16 #PriceMinister

texte-yaak-valley

J’ai eu la chance de découvrir ce premier roman de Smith Henderson par le biais des Matchs de la Rentrée Littéraire organisés chaque année par PriceMinister-Rakuten. Je les remercie de tout cœur car j’avais très envie de me plonger dans ce roman obscur de l’Amérique profonde et désœuvrée. Je remercie également Sylire qui est une des marraines de cette édition qui a permis que l’on puisse choisir ce roman percutant, et bien sûr les éditions Belfond sans qui tout cela ne serait pas possible.

logo_rentreelitteraire

Après cette mise en bouche plus originale qu’à l’accoutumée de mon avis sur ce roman, je ne peux que le développer plus précisément dans une chronique classique. La voici !  Lire la suite

Lecture : « Histoire d’une mère » d’Amanda Prowse

Jess porte l’enfant de l’homme qu’elle aime. Elle est folle de joie et attend avec impatience « l’heureux événement ». Ceux à qui elle a annoncé la bonne nouvelle n’ont que ce mot à la bouche. À commencer par sa mère, qui lui assure que l’amour maternel est une véritable révélation. Hélas, à la naissance de sa fille, Jess ne ressent rien. Est-ce à dire qu’elle est une mère indigne, comme le suggère son entourage ? Incapable de tisser un lien avec son enfant, Jess part à la dérive. Seule face à cette épreuve, elle redoute le pire.

histoire-dune-mere-photo

Histoire d’une mère – Amanda Prowse

Éditeur : Milady (paru le 23 septembre 2016)

Pages : 439

Ma note : 4,5/5

Mon avis :

J’ai commencé ce roman en me disant que j’avais l’impression d’assister à un téléfilm sentimental. Je savais que l’auteure le faisait exprès, justement pour insister sur le couple heureux avant grossesse. Mais tout de même, c’était très fleur bleue. Lire la suite

Lecture : « Le Goût de vivre » de Steven Uhly

« Oui, tu dois t’appeler Félicia, car, aujourd’hui, tu as eu beaucoup de chance. »

Depuis que sa femme l’a quitté, emmenant avec elle leurs deux enfants, Hans n’a plus goût à rien. Il vit seul, sans travail ni projets. Un jour, contraint de descendre les sacs-poubelle accumulés dans son appartement, il découvre, abandonné dans l’un des containers, un bébé. Frétillant, bien vivant. Hans le prend et l’emmène chez lui…
Grâce à Félicia, il va réapprendre à vivre et à s’ouvrir aux autres, à commencer par ses voisins, M. Wenzel, qui tient le tabac du coin, et les Tarsi. Mais il ne peut ignorer plus longtemps la réalité qui les rattrape : Félicia est recherchée par la police. Pire encore, sa mère est accusée de meurtre.
Mi-fable mi-roman social, un livre tout en finesse qui dévoile avec beaucoup de justesse qu’il suffit d’un seul être dans une vie pour tout repeupler. Une ode à l’amitié, à l’amour, à la volonté… à la vie, en somme.

le-gout-de-vivre-photo

Le Goût de vivre – Steven Uhly

Éditeur : Presses de la Cité (paru le 13 octobre 2016)

Pages : 300

Ma note : 3/5

Mon avis :

Le résumé m’a tout de suite attirée et je me suis lancée dans cette lecture avec une pointe de tendresse pour l’histoire que j’allais découvrir.  Lire la suite

Lecture : « Le Cri » de Nicolas Beuglet (Rentrée littéraire 2016)

Hôpital psychiatrique de Gaustad, Oslo. À l’aube d’une nuit glaciale, le corps d’un patient est retrouvé étranglé dans sa cellule, la bouche ouverte dans un hurlement muet. Dépêchée sur place, la troublante inspectrice Sarah Geringën le sent aussitôt : cette affaire ne ressemble à aucune autre…
Et les énigmes se succèdent : pourquoi la victime a-t-elle une cicatrice formant le nombre 488 sur le front ? Que signifient ces dessins indéchiffrables sur le mur de sa cellule ? Pourquoi le personnel de l’hôpital semble si peu à l’aise avec l’identité de cet homme interné à Gaustad depuis plus de trente ans ?
Pour Sarah, c’est le début d’une enquête terrifiante qui la mène de Londres à l’île de l’Ascension, des mines du Minnesota aux hauteurs du vieux Nice.
Soumise à un compte à rebours implacable, Sarah va lier son destin à celui d’un journaliste d’investigation français, Christopher, et découvrir, en exhumant des dossiers de la CIA, une vérité vertigineuse sur l’une des questions qui hante chacun d’entre nous : (spoiler, ndlr)
Et la réponse, enfouie dans des laboratoires ultrasecrets, pourrait bien affoler plus encore que la question !

le-cri-photo

Le Cri – Nicolas Beuglet

Éditeur : XO Éditions (paru le 8 septembre 2016)

Pages : 494

Ma note : 4,25/5

Mon avis :

Je referme à peine ce thriller que j’ai envie de partager avec vous mon enthousiasme à son sujet ! Lire la suite