Lecture : « Cantique de l’assassin » de Guillaume Prévost

Printemps 1920. Un prêtre est retrouvé sauvagement assassiné au Sacré-Cœur, à Montmartre, le cœur arraché, affublé d’une croix et d’une couronne d’épines. Quelques jours plus tard, un deuxième prêtre est tué selon le même rituel macabre à Carcassonne.
Pour démasquer le meurtrier, c’est le secret de sa propre histoire que François-Claudius Simon, l’ancien orphelin devenu l’un des plus brillants policiers de sa génération, va devoir percer. Un secret douloureux qui va le plonger au cœur d’une des plus grandes affaires du début du XXe siècle : celle de l’abbé Saunière, petit curé de campagne devenu richissime après avoir découvert un inestimable trésor dans son église. Entre mythe et réalité, la nature de ce trésor fascine et divise aujourd’hui encore historiens, chercheurs et passionnés d’ésotérisme.
Sur les traces de la légende de l’abbé Saunière, l’une des plus sulfureuses de l’Église catholique, un suspense diaboliquement construit, digne du Da Vinci Code.

Cantique de l'assassin

Cantique de l’assassin – Guillaume Prévost

Éditeur : NiL (2016)

Pages : 368

Ma note : 4,5/5

Mon avis :

Cantique de l’assassin fait partie de la série Une enquête de l’inspecteur François-Claudius Simon dont il est le cinquième volet, mais si comme moi vous n’avez pas lu les précédents, vous ne serez pas gênés dans votre lecture pour autant. Toutefois, si cette saga vous intéresse, lisez-la dans l’ordre, parce que des références et des résumés de certaines enquêtes sont présentes dans ce roman. 

Je ne vais pas tourner autour du pot, j’ai adoré cette enquête ! Elle est digne du Da Vinci Code oui, c’est certain. Comme pour ce dernier, j’ai été complètement happée, les chapitres – plutôt courts, ce qui ajoute à l’effet page-turner – se sont égrenés à une belle vitesse, avec l’envie folle de découvrir toujours plus de vérités. Sans compter sur les pointes d’humour qui jalonnent le récit, comme les premières lignes qui nous mettent directement dans le bain.

« – Tu comptes quand même pas allumer une cigarette à l’intérieur ? gronda Adrien Mortier, les sourcils en accent circonflexe et la moustache indignée.
– Et pourquoi pas ? fit François, la voix pâteuse.
– Parce que c’est une église, bon Dieu ! »

Je suis toujours impressionnée par les auteurs qui arrivent à construire de telles intrigues, et d’une merveilleuse façon qui plus est. Ici, Guillaume Prévost est parti de la mystérieuse affaire de l’abbé Saunière datant du début du XXème siècle et a tissé toute une trame ésotérique autour de celle-ci, nous proposant une version passionnante quant à la résolution de l’énigme.

« – Ce qui est sûr, en tout cas, c’est que Saunière avait découvert quelque chose… Quelque chose qui avait à voir avec un trésor ancien et qui lui a permis de mener grand train. Quelque chose sur quoi mon prédécesseur m’a immédiatement incité à fermer les yeux. Quelque chose qui a à ce point ébranlé les convictions de notre abbé qu’il en a progressivement perdu la raison. »

L’inspecteur François-Claudius Simon, d’abord présenté comme un poivrot dépressif, va peu à peu se révéler être un excellent enquêteur aux sens aiguisés. Même si j’ai parfois eu l’impression qu’il était trop doué pour être vrai. Mais tout est formidablement bien mené et expliqué. On ne perd jamais le fil grâce aux réguliers rappels de l’histoire.

Le rythme est entraînant et il est accentué par de petits faits se déroulant en parallèle de l’histoire principale. On ne s’ennuie jamais à la lecture de ce roman ! Les personnages ont leurs failles en plus de leurs qualités, ce qui les rend réalistes. Quant à l’histoire en elle-même, elle est crédible et on se prend de passion à suivre les différentes pistes, l’abandon de certaines et la révélation d’autres.

Voici donc un très bon roman policier, dans la lignée des Brigades du Tigre, qui brille par son efficacité et sa redoutable épopée baignée de crimes ésotériques et de chemins de traverse que l’on n’a plus envie de quitter !

Un grand merci aux Éditions NiL et à NetGalley pour cette lecture passionnante !

Editions NIL Logo

NetGalley_Logo

Publicités

Auteur : ducalmelucette

Du calme Lucette est un blog lifestyle, où l'on parle de tout donc, mais avec sincérité.

3 réflexions sur « Lecture : « Cantique de l’assassin » de Guillaume Prévost »

Laisser un petit mot (ou un grand)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s