Lecture : « La Promesse d’un ciel étoilé » d’Alison McQueen [Rentrée littéraire]

Un amour interdit. Un secret inavouable. La fin d’un empire.

1957. Sophie a vingt-sept ans lorsqu’elle épouse Lucien, un diplomate avec qui elle part s’installer à New Delhi, destination qui réveille en elle de douloureux souvenirs que son mari ignore…
1947. Sophie emménage dans le nord des Indes, dans le palais d’un maharaja ; son père vient d’être nommé assistant du médecin chef. Pour échapper à sa mère tyrannique, Sophie explore le luxueux palais et rencontre, dans le dédale de couloirs, Jag, un jeune indien de son âge. Immédiatement complices, ils se voient en cachette. La nuit de la Partition, le 15 août 1947, ils consomment leur amour dans un jardin du palais.
De retour sur les terres indiennes, Sophie parviendra-t-elle à se réconcilier avec son passé ?

la-promesse-dun-ciel-etoile-photo

La Promesse d’un ciel étoilé – Alison McQueen

Éditeur : Presses de la Cité (paru le 19 janvier 2017)

Pages : 463

Ma note : 4,5/5

Mon avis :

Quelle jolie couverture, quelle jolie promesse d’un instant délicieux de lecture. En effet, entre récit historique et romance, La Promesse d’un ciel étoilé bascule véritablement le lecteur dans un vase d’émotions. 

Je dois dire que je ne suis pas très calée en histoire de l’Inde, donc ce roman m’a beaucoup intéressée. J’aime quand j’apprends lors de mes lectures et ici, le mélange d’évasion et de culture est superbement bien maîtrisé par l’auteure. Nous découvrons la fin d’un empire, la division d’un pays par les religions en 1947 – la Partition -, le mouvement des musulmans en direction du Pakistan et toute la violence et la misère que cela engendre.
En effet, du palais luxueux et sécurisé du maharaja, nous allons peu à peu découvrir l’envers du décor. Jag et son père partent du palais quand ce dernier apprend que son fils fréquente une anglaise et par là-même déshonore sa famille. S’en suit alors un périple au milieu des réfugiés pour rejoindre la famille de sa mère disparue en lui donnant naissance. Une histoire difficile qui est contrebalancée par la romance entre Sophie et Jag.
Sophie, pour échapper à un quotidien ennuyeux et difficile, géré par une mère tyrannique, va partir à la découverte de l’immense palais. Rapidement, elle rencontre un jeune indien aux yeux verts magnifiques, Jag. Le courant passe immédiatement entre eux et c’est ainsi que nous, lecteurs, assistons à leur amour, ce premier amour si intense. Les romantiques adoreront, et même si je ne me revendique pas en tant que telle, cela fait du bien au cœur. C’est tout en poésie et en délicatesse, ce n’est pas mièvre, c’est beau, tout simplement. C’est l’amour dont on rêve toutes.

« Son cœur était pris. Il l’avait su dès l’instant où il avait senti la douceur de ses lèvres sur les siennes. Cette sensation de sombrer dans la terre, comme le soleil qui s’enfonce derrière l’horizon en lâchant dans le ciel sa palette de couleurs. Son corps ne lui avait soudain plus appartenu, réduit à une parcelle du vaste univers qui les entourait par cette nuit noire, sous la pluie des étoiles filantes. »

J’ai beaucoup aimé cette alternance du côté historique et de la romance, cela permet de rendre le roman passionnant. Un juste dosage qui ne laisse aucunement place ni à l’éventuel ennui si cela avait été trop historique, ni au sentimentalisme dégoulinant si la romance avait pris le dessus. De plus, l’alternance des époques, à dix ans d’intervalle, ajoute un suspense et une addiction à la découverte du cheminement et du destin de ces deux personnages centraux auxquels on s’attache tant.

N’allez pas croire que l’histoire entre ces deux-là est toute belle toute rose. Il n’en est rien. Je ne vous en dirai pas plus, je vous laisserai découvrir. Tout ce que je peux vous dire, c’est que l’espoir est en nous du début à la fin, l’envie immense que tout se termine bien comme on en a – souvent – l’habitude. Mais Alison McQueen a su en faire une histoire bien plus profonde, celle qui fait chavirer notre cœur, le démolit puis le remplit à nouveau d’amour. Ce jeu des sentiments, ces montagnes russes des émotions nous font dévorer passionnément les pages, les chapitres, les époques.

En bref, je ne peux que vous recommander ce merveilleux roman. La juste dose d’histoire et de romance rend le récit captivant, poignant et émouvant. L’alternance des époques, quant à elle, nous accroche avec addiction au destin de ces personnages si attachants. Je frôle le coup de cœur !

Promesse tenue !

Je remercie sincèrement les Éditions Presses de la Cité (merci Anne !) pour m’avoir permis de découvrir ce beau roman.
Cliquez sur leur logo ci-dessous afin d’accéder à leur site et à la fiche du livre.

Logo Presses de la cité

Publicités

Auteur : ducalmelucette

Du calme Lucette est un blog lifestyle, où l'on parle de tout donc, mais avec sincérité.

9 réflexions sur « Lecture : « La Promesse d’un ciel étoilé » d’Alison McQueen [Rentrée littéraire] »

Laisser un petit mot (ou un grand)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s