Lecture : « Les flagrants délires d’Hendrik Groen »

Une cure de jouvence déjà prescrite dans trente-cinq pays !

Pas facile de vivre dans une maison de retraite quand on a 83 ans 1/4, de nombreux petits tracas de santé et une directrice qui frise l’autoritarisme. Mais Hendrik refuse de céder à la morosité ambiante. Il entame un journal intime afin d’y consigner ses contrariétés, ses pensées et observations, mais aussi ses envies et ses joies.
Avec ses amis, Evert, bourru, farceur et un tantinet alcoolique, la fine et intelligente Eefje et trois autres sympathiques octogénaires, il crée un club de rebelles : le VIMAPEM, Vieux Mais Pas Encore Morts. Car, quel que soit le temps qu’il leur reste à vivre et quoi qu’il arrive, l’amitié, une bonne dose de rigolade et de provocation, et même l’amour, rendront l’existence plus supportable et, pourquoi pas, plus belle. Un défi qu’ils vont relever avec panache, humour et dignité.

Les flagrants délires d’Hendrik Groen (Auteur anonyme)

Éditeur : Presses de la Cité (2 mars 2017)

Pages : 365

Ma note : 3,75/5

Mon avis :

Ce roman est en fait le journal intime d’un vieil homme en maison de retraite. Jour après jour, Hendrik Groen nous fait sourire, rire, nous émeut, mais soulève aussi, tout en drôlerie et légèreté, les problèmes que les personnes âgées rencontrent au quotidien et notamment dans les institutions. 

Mine de rien, l’auteur (anonyme) dénonce. Il ne s’attarde pas mais il aborde pléthore de sujets délicats pour nous faire prendre conscience des lacunes de notre société envers les personnes âgées, aussi bien morales qu’institutionnelles. Il nous parle de suicide, d’euthanasie, de maladies, de la mort, et aussi des repas et de l’hygiène qui laissent à désirer. Il n’y a pas de tabous et c’est très bien ainsi. On lit ce que c’est d’être vieux et l’auteur nous l’explique avec beaucoup de justesse et de sincérité.

C’est ainsi que l’on suit une bande d’hommes et de femmes qui ont créé leur Club, celui « des Vieux mais pas encore morts ». À ne pas piquer des hannetons !
Ce journal de bord d’une année est truffé d’humour. J’ai même ri à voix haute parfois ! De quoi décomplexer les plus apeurés par la vieillesse. Vraiment, ce n’est aucunement déprimant. C’est décapant, c’est marrant, c’est une bouffée d’oxygène dans une thématique qui pourrait vite sombrer dans le pathos. Les écrits sont très bien dosés, entre sérieux, légèreté et dérision.

« Au crématorium, la porte du four ne s’est pas refermée correctement car le cercueil était resté coincé à mi-parcours. Il s’est enflammé et la salle a vite été envahie par la fumée. Du coup, même ceux qui ne pleuraient pas ont eu les yeux rouges. Les lieux ont été évacués. C’est ce qu’on appelle des adieux spectaculaires.
Quand mon heure sera arrivée, j’aimerais cacher dans mon cercueil un petit lecteur de CD télécommandé. On entendrait ma voix : « Bonjour tout le monde (toc, toc, toc). Laissez-moi sortir, il y a erreur, je ne suis pas mort… Mais non, c’était une blague, je suis bien mort… et enterré. Ah ah ! »
Mais je ne serai plus là pour assister à la scène, dommage ! »

Personnellement, je lisais quelques pages entre deux romans. Je trouve que ce livre se prête bien à cela. Puisque l’on ne suit pas une histoire romancée comme c’est souvent le cas, on peut facilement le lire, le poser puis le reprendre ultérieurement. On ne perd pas le fil.

En bref, j’ai apprécié suivre les petites histoires désopilantes d’Hendrik Groen, 83 ans 1/4. C’est un vrai bon moment de divertissement qui ne manque pas de soulever les problèmes des personnes âgées en maison de retraite mais aussi de la société en général. Si les points évoqués sont sérieux voire graves, ils sont surtout accompagnés d’un esprit malicieux, plutôt optimiste, qui nous enveloppe d’une ambiance pleine de plaisanterie. À découvrir !

« J’ai entrepris d’écrire ce journal dans le but de dénoncer certaines pratiques, ce qui, après ma mort, me vaudrait la reconnaissance de tous les résidents. Cette idée est passée à l’arrière-plan.
Je m’aperçois qu’écrire est une excellente thérapie. Je suis plus détendu, moins frustré. J’aurais peut-être dû commencer cinquante ans plus tôt. Je m’y suis pris trop tard, tant pis. »

Je remercie Anne des Éditions Presses de la Cité pour cet envoi.

Logo Presses de la cité

Publicités

Auteur : ducalmelucette

Du calme Lucette est un blog lifestyle, où l'on parle de tout donc, mais avec sincérité.

5 réflexions sur « Lecture : « Les flagrants délires d’Hendrik Groen » »

Laisser un petit mot (ou un grand)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s