Lecture : « Nulle part sur la terre » de Michael Farris Smith (Rentrée littéraire 2017) #MRL17

Une femme marche seule avec une petite fille sur une route de Louisiane. Elle n’a nulle part où aller. Partie sans rien quelques années plus tôt de la ville où elle a grandi, elle revient tout aussi démunie. Elle pense avoir connu le pire. Elle se trompe.

Russel a lui aussi quitté sa ville natale, onze ans plus tôt. Pour une peine de prison qui vient tout juste d’arriver à son terme. Il retourne chez lui en pensant avoir réglé sa dette. C’est sans compter sur le désir de vengeance de ceux qui l’attendent.

Dans les paysages désolés de la campagne américaine, un meurtre va réunir ces âmes perdues, dont les vies vont bientôt ne plus tenir qu’à un fil.

Nulle part sur la terre – Michael Farris Smith

Éditeur : Sonatine (24 août 2017)

Pages : 362

Ma note : 3,75/5

Mon avis :

J’avais entendu beaucoup de bien de ce roman de la Rentrée littéraire, j’avais donc hâte de le découvrir à mon tour. Annoncé comme un thriller, j’ai davantage eu affaire à un roman noir : des personnages désœuvrés, une Amérique profonde et désertique, de l’alcool, de la violence, de la vengeance, mais aussi la rédemption et malgré tout quelques petites étincelles de lumière dans toute cette ombre. 

Je ne m’attendais pas exactement à cela pour tout dire, même si j’ai plutôt aimé ce roman, j’attendais plus de rythme mais aussi plus de surprises dans le déroulement de l’histoire. L’écriture de l’auteur est particulière, truffée de « et » en lieu et place des virgules dans des phrases parfois à rallonge qui alourdissent le récit. Je pense sincèrement que cela peut poser problème à certains lecteurs et accuser quelques longueurs. Heureusement, les phrases courtes et donc fluides ne sont pas en reste. Une bouffée d’air dans cette touffeur qui nous laissait en apnée et transpirant.

Et c’est justement un moyen d’immerger profondément dans ce style de roman. Encore faut-il savoir l’apprécier. Au final, ce style d’écriture ne m’a pas tant dérangée que cela car j’ai aimé l’histoire dans sa globalité. Je m’y suis intéressée, je voulais en savoir plus sur ce qu’allaient devenir les personnages, sur ce qui leur était arrivé par le passé aussi. Nous ne sommes pas surpris par ce qui se déroule au fil des chapitres, mais nous souhaitons continuer la route avec Russel, ex-tolard, avec Maben et sa fille Annalee, deux âmes paumées, parce que l’on développe une certaine forme d’attachement pour ces écorchés de la vie. Le lien qui les unit est dramatique mais ce qu’ils en font est une leçon de vie, même si elle n’est pas présentée comme telle, même si l’auteur reste modeste dans la façon de nous l’offrir.

Il est également question de reconstruction et de possibilité de seconde chance, de savoir la saisir et de la vouloir. Quand les âmes esseulées et heurtées se rencontrent, on espère qu’il en ressortira une force nouvelle voire même un miracle. Mais y arriveront-elles ?

Nulle part sur la terre ne nous plonge certes pas dans une thématique inhabituelle, mais ce roman reste intéressant à découvrir parce qu’il dépeint rudement bien cette Amérique délaissée. On ressent la chaleur étouffante, la solitude, les sentiments obscurs et les hommes dans leur plus grande noirceur.
Les romans noirs doivent se lire en connaissance de cause. On sait que l’on s’immergera dans une ambiance particulière et sombre dans laquelle l’espoir reste discret, quoiqu’il en soit.

Ce roman plaira incontestablement aux adeptes du genre puisque Michael Farris Smith réussit absolument à nous brosser le portrait des oubliés du rêve américain, ceux pour lesquels nous aimerions voir se tracer un chemin au milieu de nulle part sur cette terre, une destination un peu plus jolie et lumineuse.

Merci à PriceMinister-Rakuten, à la marraine Plume de Cajou ainsi qu’aux Éditions Sonatine pour cette lecture !

Roman lu dans le cadre des Matchs de la Rentrée Littéraire 2017 de PriceMinister-Rakuten.

 

Auteur : ducalmelucette

Du calme Lucette est un blog lifestyle à forte tendance littéraire.

15 réflexions sur « Lecture : « Nulle part sur la terre » de Michael Farris Smith (Rentrée littéraire 2017) #MRL17 »

    1. Ah bon ? Ça fait quelque temps que j’ai reçu le roman moi… Il y a surement un problème, tu ne crois pas ? Peut-être devrais-tu les contacter si ce n’est pas déjà fait, parce que le délai se raccourcit grandement maintenant :/

      J'aime

Laisser un petit mot (ou un grand)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.