Lecture : « Le Cirque des Merveilles » – Elizabeth MacNeal

Angleterre, 1866. Nell vit rejetée de tous à cause des taches de naissance qui constellent son corps. Lorsque le Cirque des Merveilles de Jasper Jupiter plante son chapiteau non loin de chez elle, son existence bascule : son père la vend au propriétaire comme nouveau phénomène de foire.
Contre toute attente, la jeune fille voit son horizon s’élargir. Elle se lie d’amitié avec les autres artistes et se prend d’affection pour Toby, le « photographiste ». Elle qui n’a connu que l’obscurité entre enfin dans la lumière et c’est un véritable triomphe. Mais que lui arrivera-t-il le jour où son succès menacera d’éclipser celui de l’homme qui l’a achetée ?
En préférant Toby à Jasper, ne risque-t-elle pas de mettre en branle une mécanique fatale ?

Le Cirque des Merveilles PHOTO

Le Cirque des Merveilles – Elizabeth MacNeal

Éditeur : Les Presses de la Cité (12 mai 2022)

Pages : 450 (456 avec la Note de l’auteure)

Ma note : 4/5

Mon avis :

J’ai lu récemment un autre roman sur le même sujet et je l’ai beaucoup aimé. Difficile alors, pour Le Cirque des Merveilles, de rivaliser. Toutefois, même si je n’ai pas autant été transportée par celui-ci, ma lecture fut agréable et intéressante.

En effet, il est également question ici de l’univers du cirque et des curiosités humaines données en spectacle, ce qui était courant (mais aussi un business juteux) à une époque. Contrairement à La vie qu’on m’a choisie, l’histoire se situe à l’époque victorienne, au XIXème siècle au cœur de l’Empire britannique donc. La Reine Victoria était friande de ce type d’exhibitions et a largement contribué à leur succès… Fin de la parenthèse, c’était vraiment une autre époque… De celle où il ne faisait pas bon d’être différent.

C’est avec le personnage de Nell que nous allons pénétrer dans l’antre du cirque et de ses Merveilles. Jeune femme rejetée par l’ensemble des villageois à cause des taches de naissance qui ornent l’ensemble de son corps, elle sera vendue par son père à Jasper Jupiter qui ne tardera pas à avoir de grands projets de spectacle pour elle. Si les débuts sont bien évidemment très difficiles pour Nell (arrachement familial brutal, perte des repères, se voir devenir un phénomène de foire…), elle finira par trouver un sens à sa vie à travers les applaudissements et les acclamations de la foule. Nellie Moon – son nom de scène – est née et aussi fou que cela puisse paraître à nos yeux de contemporains, elle en est heureuse. Mettre sur le devant de la scène des personnes particulières (femmes à barbe, hommes ou femmes de petite taille ou au contraire de très grande taille, personnes albinos, etc) et faire du profit sur leur dos, on ne peut pas dire que cela soit très éthique, humaniste, bienveillant. Mais il faut se rendre compte du quotidien difficile que ces personnes devaient subir, entre railleries et avenir inexistant. Alors, s’il on ouvre en grand notre esprit, on peut comprendre l’opportunité que ce changement de vie pouvait finalement être à leurs yeux. De plus, Nell se lie d’amitié à d’autres artistes, ce qu’elle ne connaissait pas dans son village. Tout à coup, on s’intéresse à elle, elle existe aux yeux de tous ces spectateurs. Elle va même vivre l’amour. Alors, même si tout n’est pas rose, elle va largement se contenter de ce qu’on lui propose.

Le succès à Londres est fulgurant. La foule l’acclame toujours plus et Nellie Moon s’envole. Son cœur bat la chamade, elle ne s’est jamais sentie aussi vivante. Mais cette forme de pouvoir est jalousée par Jasper, lui qui est avide de notoriété et dont l’ambition est démesurée. Il le répète à l’envi, il est le créateur, l’inventeur et le propriétaire de ce cirque et de tous ces gens. Il supporte de plus en plus mal d’être effacé par la grande Nellie. Et puis il y a ce frère, Toby, discret, plus humain, qui a toujours traîné dans l’ombre de son aîné. Il y a cette attirance entre lui et Nell. De grands chamboulements sont à venir, mais comment tout cela va-t-il bien pouvoir se terminer ?

L’écriture est fluide, il n’y a pas vraiment de longueurs, parfois seulement un léger manque de rythme. On se prend d’amitié pour Nell et Toby, même s’il on aurait envie de secouer les puces de ce dernier ! Je trouve que c’est un roman intéressant qui contribue à nous rendre compte de réalités historiques tout en nous divertissant. Ce n’est pas une histoire convenue et notamment la fin n’est peut-être pas celle à laquelle on s’attendait. C’est un bon roman que je recommande.

Merci à Babelio pour cette Masse Critique privilégiée ainsi qu’aux éditions Les Presses de la Cité.

Logo BABELIO

 

Auteur : ducalmelucette

Du calme Lucette est un blog à forte tendance littéraire. Mais pas que !

Une réflexion sur « Lecture : « Le Cirque des Merveilles » – Elizabeth MacNeal »

Laisser un petit mot (ou un grand)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :